Falsifications des bazins au Mali : « Mogodioginiw » hausse le ton !

2
Revendication des Mogodioginiw (qui veut dire les gens blessés) car tous les marchés sont envahis par les Chinois, toutes les marchandises qui sont au marché aujourd’hui, sont celles des chinois. C’est la raison pour laquelle les femmes et les hommes du marché de Bamako s’élèvent pour dire non à la piraterie et falsifications des couleurs des bazins comme :Touloumani, bogolan, vip, facebouk, poliman etc. C’est le vendredi 2 février 2018 à la Place de souvenir du marché que les femmes et les hommes qui sont des vendeurs des Bazins au marché de Bamako regroupés au sein de l’Association dénommée Mogodioginiw (les gens blessés) demandent l’interdiction des étrangers notamment les (chinois) de faire des détails chez nous des Bazin gala, chaussures wax, léger, draps et rideaux.
Ils demandent également la fermeture des boutiques des détaillants étrangers (chinois) et interdiction d’entrer dans nos marchés chaque jour. « Nous ciblons des sociétés qui sont à la base de toutes ces falsifications comme : King Team, Blue Sky, Youmatex, Posmi. C’est pour cette raison qu’on a fait appel à tous les vendeurs de bazins, de gala, teinturiers, gala donaw, bazin gochilaw, bazin sirilaw, vendeur des chaussures, des draps et des rideaux, association teinterais et sérigraphes, du Mali et les galadors ». Selon l’adjoint du président du marché de Dabanani, Gaoussou Coulibaly dit Djeri et non moins président du Marché Rose, « la raison pour laquelle nous sommes ici est très difficile comme elle est facile aussi, car tous les vendeurs du marché de Bamako ont le même problème, pour cela nous avons envoyé une lettre au ministre pour lui informer de la situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui, le ministre nous a dit qu’il va prendre des dispositions pour nous aider ». Selon Mamadou Minkoro Traoré président de la Chambre des métiers, « si nous devrons parler c’est dans ça que nous devons parler, nous devons également donner les mains pour lutter contre ces flux ». « Il faut que nous nous donnons les mains, sinon les chinois vont finir avec le Mali. Nous connaissons tous la loi de commence du Mali qui dit que celui qui fait en gros des marchandises ne doit pas faire les détails dans le même endroit que les détaillants donc levons nous pour lutter contre cela », a dit le représentant de Chambre de commence et l’industrie Cheick Oumar Sacko. Assan Soukou la représentante des femmes du marché, selon elle, une pièce de Bazin fait nourrir 13 personnes, « nous sommes mogodioginiw (personne blessée), nous faisions travailler beaucoup des jeunes filles et garçons dans la teinture. Or, maintenant avec l’arrivée des Chinois qui prennent nos couleurs pour les falsifier et nous les ramener cela a beaucoup joué sur cette activité, donc nous les femmes demandent les départs des chinois de nos marchés. » Selon Bayaya Haidara, porte-parole, les dossiers sont partout, « nous avons déposé ces dossiers dans les 4 ministères qui sont censés les recevoir, ils nous ont répondu en disant qu’ils vont nous mettre dans nos droits. Ces problèmes même les vendeurs des téléphones ont ça, car les chinois mettent les téléphones dans les poussepousses pour les vendre donc tout le monde a le même problème ». Amadou Sala Touré

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here