Recrudescence des attaques terroristes au Mali: Grand meeting de soutien de la « Plateforme debout sur les remparts » à l’armée le samedi prochain à la bourse du travail

5
De la tragédie d’Aguelhok à celle de Gao en passant par Nampala, Bambara maoudé, Macina, Kidal, Tenenkou, Boni, Soumpi, les forces armées maliennes (FAMAS) traversent l’un des moments les plus meurtriers de leur existence. Elles sont la cible récurrente des ennemis de la paix, pourtant, elles incarnent le Mali. Bien qu’affaiblies et subissant des pertes, elles essaient de tenir et d’accomplir leur mission. Au cours de l’année 2017, il y a eu plus de 700 morts au Mali dont de nombreux militaires. En cette année 2018, plus de 80 personnes sont déjà morts dont des militaires. Cette situation est due à la recrudescence de l’insécurité partout au Mali. Furieuse donc de cet état de fait, la « Plateforme debout sur les remparts » a décidé d’apporter sa pierre à la construction de l’édifice commun. C’est pourquoi, elle prévoie un grand meeting de soutien à l’armée malienne le samedi 10 février 2018 sur l’esplanade de la bourse du travail de Bamako à partir de 15heures. Au cours de ce meeting, il y’aura un don de sang à l’armée. Par ailleurs, la « Plateforme debout sur les remparts » invite le gouvernement malien à mieux équiper les FAMAS. Hier, mercredi 7 février 2018, les leaders de la « Plateforme debout sur les remparts » étaient face à la presse à la Maison de la presse de Bamako pour évoquer leurs objectifs et de leurs futures actions. Une conférence de presse à l’allure d’un meeting où on notait la présence de plusieurs jeunes leaders dont Etienne Fakaba Sissoko, El Hadj Tandina, Ibrahima Kébé, Abdoul Niang, Djimé Kanté, Dr Allaye Bocoum, Malick Konaté, Master Soumi, tous de la Plateforme debout sur les remparts, l’ancien président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), Mohamed Salia Touré, Mamoudou Traoré, leader religieux, représentant de Chouala Bayaya Haïdara et d’autres personnalités. « Il ne se passe pas de semaine sans qu’au moins un de nos jeunes soldats meurent de manière violente, dans un anonymat affligeant. Les communiqués sont diffusés et on passe à autre chose ! D’autres sont blessés dans la même indifférence et sont soignés dans nos hôpitaux, dans des conditions précaires. Les familles de ceux qui sont tombés sur le champ de l’honneur et de la dignité, pour la sauvegarde de l’intégrité de notre pays, vivent dans des conditions exécrables. Il est temps que tout cela change. Il faut rectifier le tir », c’est en substance ce qui ressort de la déclaration lue par Ibrahima Kébé de la Plateforme debout sur les remparts. Avant de signaler de la nécessité de rehausser le moral des Famas. « Nous, leaders d’associations de la société civile, leaders religieux, syndicats, militants de partis politiques, leaders d’opinion : Inquiets par le regain de tensions au nord et au centre du Mali, interpellés par le nombre de pertes en vie humaine particulièrement de militaires, plus de 1200 morts entre 2013 à nos jours, conscients que cette vaillante armée, aujourd’hui plus que jamais, a besoin de nous, a besoin de notre soutien, conscients de la nécessité de rassembler les maliens de toutes obédiences autour du Mali et de son armée en souffrance, décidons de créer une structure permanente de veille citoyenne dénommée «PLATEFORME DEBOUT SUR LES REMPARTS – WILI KA JO TOUMA SERA»»,a-t-il dit. Selon lui, les objectifs de la Plateforme sont nom seulement de réaffirmer leur soutien total et sans réserve, aux forces armées et de sécurité, qui déploient des efforts titanesques pour la défense de la souveraineté malienne, la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière et la sécurisation du peuple et de ses biens. Mais aussi, de constituer un rempart a toute forme de dérives quelles qu’elles soient tout en investissant dans toutes luttes ou actions, qui pourraient permettre au Mali, de retrouver la plénitude de son intégrité territoriale, et sa cohésion sociale légendaire. En outre, Ibrahima Kébé a cité les futures actions de la Plateforme dont la cessation du dénigrement des forces armées malienne, sous toutes ses formes, le plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour la réalisation de monuments, de stèles commémoratives, sur base d’initiatives nationale, régionale ou locale ; le plaidoyer pour l’instauration de journées spéciales pour les troupes ; le plaidoyer pour accorder dans les édifices publics une place aux héros, leur faire des monuments spécifiques, pour mettre les rues en leur nom ou des places pour témoigner de la reconnaissance de la nation à ses dignes fils mort pour la patrie et l’organisation des opérations de dons de sang en faveur de l’armée. Pour la Plateforme, ces initiatives doivent venir compléter toutes les activités prévues dans la Loi d’orientation et de programmation militaire. « Que nul ne se trompe, la « PLATEFORME DEBOUT SUR LES REMPARTS – WULI KA JO TUMASERA », n’est pas une organisation caritative, elle est consciente, que les problèmes au sein de l’armées sont politiques, et aux questions politiques, il faut des réponses politiques. C’est pourquoi, nous invitons le gouvernement du Mali à mettre tout en œuvre afin de rehausser l’image de notre armée entachée dans l’exercice de sa noble mission par la formation, l’équipement et un réarmement moral des troupes ; rappelons aux groupes armées signataires de l’accord pour la paix, leurs responsabilités dans la dégradation de la situation sécuritaire au nord et au centre du pays ; rappelons à la communauté internationale, ses engagements pour la restauration de la paix et de la stabilité au Mali ; invitons les maliens de tous bords à se mobiliser, pour faire échecs aux plans machiavéliques des ennemies de l’intérieur et de l’extérieur, invitons les leaders d’associations de la société civile, leaders religieux, syndicats, militants de partis politiques, mouvements politiques, leaders d’opinion qui ne nous ont pas encore rejoint à le faire sans délai, pour la prochaine mobilisation en faveur de l’armée, à l’esplanade de la Bourse du travail le samedi prochain 10 février 2018, à partir de 15h00 », a conclu Ibrahima Kébé. A la suite de Kébé, Djimé Kanté de la même plateforme a traduit la déclaration en Bambara tout en faisant savoir qu’un pôle de médecins existe au sein de la Plateforme prêt à soigner les militaires blessés lors de la guerre et même les familles de ces militaires. Durant le regroupement populaire prévu le samedi 10 février prochain, il a aussi fait savoir qu’il y aura un don de sang à l’armée. Le politicien, Allaye Bocoum, le religieux, Mamoudou Traoré, l’activiste, Abdoul Niang, la représentante des Amazones, Mme Kanté Awa Traoré, l’ex conseiller à la présidence, Etienne Fakaba Sissoko, l’ancien président du conseil national de la jeunesse du Mali, Mohamed Salia Touré, président du Mouvement Wélé Wélé ont tous souhaité une synergie d’action autour de l’armée. « C’est l’existence du Mali qui est en jeu », ont-ils dit. Par ailleurs, les leaders de la Plateforme ont fait savoir que l’organisation reste ouverte à tout le monde. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here