Détérioration du climat des affaires par les chinois : Les acteurs du Bazin en colère

18
La concurrence déloyale du Bazin dont les chinois font siens sur le marché malien, continue de plonger les acteurs de ce sous-secteur dans le plus grand désespoir. C’est ce qui a donné lieu à la naissance d’une coalition dénommée ‘’Groupement mogodjokinew’’. Englobant l’ensemble des acteurs travaillant dans le circuit du Bazin, le groupement a lancé un cri de cœur à l’endroit des plus hautes autorités maliennes par rapport à cette problématique qui ruine leurs activités commerciales. À la faveur d’une rencontre d’information initiée le vendredi 2 février 2018, à la Place du Souvenir du Grand marché de Bamako, le groupement souhaite l’interdiction des marchés aux étrangers chinois. Le sous-secteur du Bazin est un véritable pourvoyeur d’emplois. Malheureusement, ces derniers temps, les acteurs de ce circuit traversent un moment difficile dû à la concurrence déloyale des étrangers, plus précisément, les chinois. Ceux-ci fouillent les marchés pour s’inspirer des différentes couleurs inventées par les maliens. Du coup, ils retournent en chine pour falsifier ces motifs et revenir les vendre sur les marchés. D’où la détérioration du climat des affaires. Les vendeurs de Bazin, en passant par les vendeurs de teintures, les teinturiers et les sérigraphes, bref tous sont préoccupés par cette situation ingérable. Pour la circonstance, cette rencontre a enregistré la présence de plusieurs personnalités dont M. Mamadou Minkoro TRAORE, président des chambres de métiers du Mali, M. Cheick Oumar SACKO, président du syndicat national des commerçants détaillants, M. Sadia KEITA représentant des vendeurs de teinture, M. Aly sall, le président du ‘’groupement mogodjokinew’’, M. Bayaya Haidara ; M. Abdoulaye Dirra, membre de la section du groupement en commune V et un parterre de commerçants exerçant différentes activités commerciales. Selon M. Ali SALL, le président du Groupement Mogodjokinéw, la vente du Bazin n’apporte plus. Les chinois font la vente en gros et le détaille en même temps. Ils portent atteinte à notre commerce. ‘’Nous voulons que les chinois quittent nos marchés’’, a-t-il insisté. ‘’Nous n’arrivons plus à dormir, notre commerce devient de plus en plus difficile et inquiétant. Nous perdons de jour en jour nos clients, car les chinois ont envahi tous nos marchés et nous avons perdu nos clients’’, a indiqué Sadia KEITA, vendeur de teinture. Et de poursuivre : ‘’ auparavant je pouvais vendre quatre conteneurs de teintures en deux mois, mais maintenant, je ne peux même pas vendre deux conteneurs en une année’’. Il ajoute : ‘’ Cette problématique a un impact négatif sur notre pays, car elle entrave l’économie et entraîne le chômage’’. Et une teinturière de renchérir : ‘’Nous ne savons plus quoi faire, à cause de la dette, certaines femmes ont préféré abandonner le domaine du Bazin au profit d’autres activités commerciales. Nous recevons des convocations en longueur de journée’’. Avant d’ajouter : ‘’grâce à ce métier, nous parvenions à subvenir régulièrement aux besoins de nos familles. Malheureusement aujourd’hui c’est le contraire parce que nous ne profitons plus de cette activité dû aux chinois qui falsifient les couleurs que nous produisons’’. En effet, ces témoignages prouvent à suffisance l’ampleur de cette problématique qui coupe le sommeil aux commerçants. Cependant, ils invitent les plus hautes autorités à prendre des dispositions nécessaires pour contrer ce mal qui ruine leurs activités. Par conséquent, les acteurs du Bazin à travers leur coalition dénommé ‘’ groupement mogodjokinéw’’ souhaite la prise en compte de leur préoccupation. Pour ce faire, M. Bayaya HAIDARA a encouragé les acteurs du Bazin à poursuivre cette lutte qu’il trouve noble. Adama Coulibaly Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here