« Maintenant, je suis français et je suis fier » : trois ans après les attentats, qu’est devenu Lassana Bathily ?

43
Il a sauvé plusieurs personnes lors de la prise d'otage de l'Hyper Cacher. Plus de trois ans après les attentats, Lassana Bathily raconte sa vie aujourd’hui. "Quand je sors dehors, ça m’arrive souvent que des gens me reconnaissent. Ils continuent toujours de me féliciter pour ce que j’ai fait le jour des attentats." Le 9 janvier 2015, les policiers du RAID et de la BRI mettent fin à la prise d’otages de l’Hyper Cacher qui a duré plus de quatre heures. Un jeune employé du magasin devient un héros national en cachant des otages et en aidant la police à intervenir. Depuis ce jour-là, la vie de Lassana Bathily a changé. Son message à la jeunesse française Suite à l’aide qu’il a apportée le jour des attentats, Lassana Bathily, né au Mali, a été naturalisé français. "Un honneur", pour le jeune homme : "J’aime bien ce pays depuis mon arrivée. Maintenant, je suis français et je suis fier." Il a également passé des concours et obtenir un poste de fonctionnaire à la Mairie de Paris. Il a aussi réalisé de nombreuses interventions dans les écoles et les quartiers afin d’"être auprès des enfants", pour lesquels il veut être "un exemple". Il a d’ailleurs un message pour la jeunesse : "Ils ont la chance d’être nés et d’être éduqués en France. En Afrique, par exemple au Mali, il y a beaucoup de jeunes qui n’ont pas les moyens d’aller à l’école. Eux, ils sont nés ici, ils ont tout pour apprendre quelque chose, même s’ils n’aiment pas l’école, ils peuvent apprendre des métiers pour s’en sortir. Moi, j’ai vu les difficultés quand je suis arrivé, je n’avais pas mes papiers, je ne parlais pas un mot de français. J’ai appris tout ça ici, pour avoir une vie meilleure. » Il y a des gens qui disaient que juifs et musulmans étaient des ennemis. Ils ont mal compris. Musulman pratiquant, Lassana Bathily ne s’explique toujours pas ce qu’il a vécu lors des attentats de janvier 2015 et condamne fermement le terrorisme: "Dans toutes les religions, musulmane, chrétienne, juive, personne n’accepte de tuer d’autres personnes pour la religion. Ça, c’est inacceptable. La religion c’est une question de foi et de choix. Chacun peut être croyant ou ne pas l’être, chacun peut vivre comme il veut." Comme son père avant lui, le jeune homme travaillait dans un magasin Hyper Cacher. "Il y a des gens qui disaient que juifs et musulmans étaient des ennemis. Ils ont mal compris." estime-t-il. Il en est bien le démenti : "On travaille avec les juifs et tout se passe très bien. Ils ne nous empêchaient pas de faire notre religion. Moi, j’avais mon tapis de prière au magasin. Les patrons, mes collègues, tous étaient juifs, ils me voyaient prier. Ils ne me dérangeaient pas. Ils me respectaient, je les respectais. Eux aussi faisaient leur prière, je les respectais. Pour moi, c’est ça qu’il faut." Enfin, trois ans après les attentats, Lassana Bathily estime que les terroristes "ont perdu la bataille" : "Aujourd’hui, tous les endroits qu’ils ont attaqués, les restaurants, le Bataclan, les magasins… Tout a rouvert. C’est nous qui sommes forts et il faut continuer à donner notre force." Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here