Tiébilé Dramé, président du Parena à Kéniéba: «Ma candidature n’est pas la question la plus importante, ce qui est capital aujourd’hui est d’unir nos forces pour changer le régime en place»

2
Le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé, accompagné d’une forte équipe du bureau exécutif du Parena, s’est rendu le dimanche 11 février 2018, à Kéniéba (dans la région de Kayes). Ladite visite s’inscrivait dans cadre de prise de contact du parti avec ses structures à la base. Cela, pour redynamiser le parti, en vue notamment des joutes électorales de 2018: élections présidentielles, législatives, régionales, etc. La section Parena de Kéniéba avec à sa tête, Koly Sissoko, a réservé un accueil chaleureux au président du parti du Bélier Blanc et à son équipe. On pouvait noter entre autres, les délégués venus des sous-sections des arrondissements de Kassama, Dombia, Dialfara, Faraba, Faléa, etc. Accueilli à Mogoyafara (5 Km de Kéniéba) par les militants et sympathisants du Parena de la localité, Dramé a été accompagné en ville et installé au Motel Tambaoura de Kéniéba, avant d’animer une conférence. Interrogé par ses camarades militants de Kéniéba s’il sera candidat ou pas aux élections présidentielles de 2018, Tiébilé Dramé a été on ne peut plus clair avec eux : «Ma candidature n’est pas la question la plus importante, ce qui est capital aujourd’hui est d’unir nos forces pour changer le régime en place. Nous (certains regroupements de la société civile et des partis politiques) travaillons à avoir une candidature unique pour apporter le changement» a déclare Tiébilé Dramé. Il ajoutera qu’il faut « travailler dans ce sens pour sauver le Mali qui est entrain d’aller au mur». Comme il fallait donc s’y attendre, le changement de régime, combat qu’il mène depuis un bon moment avec beaucoup d’autres acteurs politiques et de la société civile, a été fortement demandé par Tiébilé Dramé. Après la conférence, Tiébilé Dramé et sa délégation ont rendu visite aux notabilités traditionnelles (le chef de village et ses conseillers) et à d’autres personnes ressources de la ville comme l’imam Haidara. Hadama B. Fofana Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here