Reprise du transport ferroviaire Bamako-Kayes : Le ministre de tutelle s’est frotté aux réalités du trajet.

32
Se mettre au même niveau que les passagers du train voyageur Bamako-Kayes afin de toucher du doigt les réalités du trajet sur lequel le trafic ferroviaire a repris le 23 décembre 2017 ; tel a été l’objectif assigné à la sortie effectuée par le ministre des Transports et du Désenclavement le lundi 12 février dernier. A bord du train qui s’est ébranlé de la gare de Bamako sous les coups de 7h 30 minutes pour arriver dans la cité des rails au petit matin du lendemain mardi (5h 00), le ministre Ahmed Moulaye BOUBACAR, puisque c’est de lui qu’il s’agit s’est imprégné des conditions de voyage, aussi bien chez la société en charge du trafic que chez les passagers. Les populations riveraines n’étaient pas du reste puisqu’à chaque gare, le ministre a tenu à aller vers les populations pour s’enquérir de leurs sentiments vis-à-vis de la reprise du train voyageurs. Ainsi de Kati sa toute première escale du trajet, à Sébékoro, Badinko, Kita , Boulouli et Diamou en passant par Toukoto, Fangala, Oualia, Badumbe et Mahina, c’est un ministre très impressionné par l’engouement des populations autour du train, qui a déclaré avoir compris la raison pour laquelle le président de la République a inscrit la relance du train voyageurs Bamako-Dakar dans son programme d’urgences sociales. « Le train est pour Toukoto ce que le Nil est pour l’Egypte » a-t-il laissé entendre très ému reprenant ainsi l’expression de joie d’une notabilité de la localité de Toukoto située à mi-parcours de Bamako-Kayes. A toutes les autres gares du trajet, le bain de foule aux rythmes des chants et danses auxquels le ministre Ahmed Moulaye a eu droit, l’ont convaincu une fois de plus que le désenclavement ferroviaire avait toute sa raison d’être. « Ces populations ont le train dans le sang, le train est culturel et économique. » a déclaré le ministre. Au sujet des réalités liées aux conditions du trafic, le ministre a animé à bord du train une conférence de presse avec les medias qui l’accompagnaient dans sa mission d’inspection. A cette occasion, il a été essentiellement question de la société Dakar Bamako Ferroviaire (DBF) qui a repris la gestion du trafic. Le ministre s’est dit satisfait de leur méthode de travail notamment le traitement des passagers. Hommage spécial a été rendu aux deux dames conductrices de l’engin. « Nous sommes dans de bonnes mains surtout que la conductrice principale est la meilleure de sa promotion au terme de sa formation » a signifié le ministre Boubacar tout heureux après un tour fait par la cabine technique du train. Mais cela ne l’a pas empêché de rappeler un certain nombre de problèmes qui ont été selon lui à l’origine de la suspension qu’a connu le trafic. Il s’agit entre autres, aux dires du ministre, du manque de rigueur dans la vente des tickets et du mauvais entretien du matériel roulant. D’où des conseils ont été prodigués aux uns et aux autres sur le bien-fondé d’une gestion saine et rigoureuse sans aucune forme de favoritisme basé sur le social. Le ministre a aussi prôné de la sensibilisation des passagers allant dans le sens des comportements et attitudes à tenir vis-à-vis du bien public qu’est le train ; le tout pour la pérennisation de ce trafic à laquelle il est appelé. André SEGBEDJI/abamako.com Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here