FCD : L’actualité sociopolitique décortiquée par l’ex-ministre Djibril Tangara

31
“L’année 2018 doit être un entonnoir pour évacuer toutes les élections en suspens de peur de se retrouver dans une impasse sociopolitique“, déclare Djibril Tangara, président de la Force citoyenne et démocratique (FCD), ancien ministre des Sports, puis du Développement social sous le président ATT. Fraîchement revenu d’Abidjan et du Maroc, Djibril Tangara, dans un entretien passe au peigne fin l’actualité sociopolitique de la nation malienne. Sur les élections générales, il note que rien ne semble au menu pour qu’il y ait les conditions idoines pour leur tenue d’ici la fin de cette année 2018. Selon lui, notre pays n’a aucun intérêt à aller de report en report, au risque de se retrouver dans une sorte de transition qui n’est pas de bon augure. Le président de la FCD estime que, si l’opposition démocratique en tant que contrepouvoir, continue d’attirer l’attention du chef de l’Etat et de sa majorité sur les dangers qui planent sur notre pays, ceux-ci semblent se complaire du statu quo. Il se dit néanmoins stupéfait de constater que le parti présidentiel est en plein dans la danse, c’est-à-dire en campagne à travers tout le pays aux frais du contribuable. L’ex-ministre félicitent et encouragent ses compagnons leaders politiques comme Tiébilé Dramé et Soumaïla Cissé, Nouhoun Togo, pour leur apport aux débats sociopolitiques. Selon lui, leur engagement contribue à consolider les bases d’une vraie démocratie avec des débats d’idées interpellatrices et constructives. “Si des mesures adéquates et adaptées ne sont pas mise en œuvre, le pays tout entier risque d’être placé au rouge et cela à nos dépens“, signale-t-il, parlant de la crise sécuritaire. Au regard de toutes les pertes en vie humaines actuelles et potentielles des fils pays et de ceux de nos partenaires, le Mali risque un retrait des investisseurs, poursuit-il. Parlant de la jeunesse, il se dit triste d’assister à la montée fulgurante des sans-emplois qui ne savent plus à quel saint se vouer. Conséquence, l’aventure vers les océans et les déserts de la mort. L’école malienne, martèle-t-il, au lieu de faire sa mue et devenir le centre d’apprentissage du savoir, est en train de plus en plus de se revêtir dans son costume funeste où les étudiants s’entretuent comme dans un film western. Tangara s’inquiète du fait que la ville de Bamako se transforme en un vrai dépotoir où l’insalubrité avec son corollaire de menaces sur l’environnement et sur la santé humaine n’émeut plus le Malien lambda. L’économie, presque dans l’agonie peine à se remettre, précise-t-il, déplorant le dépérissement du panier de la ménagère avec des familles qui n’arrivent plus à se permettre les trois repas journaliers. S’agissant de la circulation routière, il attire l’attention du commun des mortels sur l’engorgement de la ville qui devient un casse-tête chinois pour les usagers avec toutes ses conséquences socioéconomiques. Parlant de la recrudescence des attaques dites terroristes ou jihadistes, le président de la FCD trouve que la question contient trop de non-dit chez toutes les parties impliquées dans cette crise sempiternelle. Pour rester dans sa droite philosophie socio humaniste, il réitère l’appel d’il y a un an, celle d’un vrai dialogue national inclusif avec la participation d’Iyad Ag Ghali et aussi d’Hamadou Koufa. Pour corroborer cette thèse, il prend en illustration le récent dialogue dans la famille du football malien et des journalistes. “Mon supposé ennemi n’a pas que des côtés négatifs, il possède des valeurs qui peuvent me servir ! Mais pour y arriver, il faut que, nous fassions profil bas et saisir les opportunités afin d’établir un cadre d’échange de partage d’idées et de visions !“, a-t-il lancé comme appel à la communauté malienne. L’enfant prodige de Kignan en appelle à la sagesse politique qui doit guider les grands hommes d’Etat : “savoir sortir par la grande porte“. M. Tangara ajoute : “Lorsqu’on ne sait pas quand s’arrêter, on finit par perdre le rythme ou dépasser sa destination !!!“. L’allusion est claire. Tchéwi Adams Konaté Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here