6ème Arrondissement : La chasse aux malfrats en passe d’engager la vitesse de croisière.

52
Relever le défi sécuritaire en commune I du District de Bamako est un combat de longue haleine. Le bouillonnant Commissaire Principal Tapa Diallo en charge de l’hôtel de police de Korofina, son incontournable brigade de recherche et le reste de l’équipe de choc qui gravitent autour de lui ont démontré à hauteur de souhait qu’ils sont résolument engagés dans cette noble aventure avec la ferme conviction d’accomplir cette exaltante mission avec honneur et magnanimité. De jour comme de nuit, ils sont au four et au moulin, plus que jamais revigorés à cause de la stratégie communicationnelle et de la méthodologie de travail qu’ils ont adoptées comme règles de conduite. Pour preuve, dans la nuit du 10 au 11 Février 2018, aux environs de 03 h 40mn, les insatiables fouineurs de la brigade de recherche sous le coaching de l’irréductible inspecteur Tangara affectueusement appelé Japon et son adjoint l’increvable Waterloo en perpétuelle mission de patrouille, ont croisé deux individus sur deux motos Djakarta, dont une pilotée par le conducteur à l’aide d’une jambe posée sur l’arrière de l’autre. Illico interpellés et palpés sur place,il a été trouvé en leur possession, une arme à feu, un Pistolet Automatique de fabrication russe, calibre 09mm avec sa cartouche. Conduits au Commissariat et soumis à un interrogatoire hautement professionnel, Nianza et Mohamed, tous deux Coulibaly, ont reconnu avoir braqué un quidam et l’avoir soulagé de sa moto de marque Djakarta avant de prendre la direction du quartier Bougouba, un secteur relevant du 3ème Arrondissement où ils ont été alpagués. Quelques instants plus tard, un agent de la garde nationale, informé par un passant de ce que des agents de police viennent d’interpeller deux chenapans sur deux motos Djakarta, a suivi le véhicule de patrouille à l’aide d’un taxi. Sur place, il a pu identifier les deux infortunés gredins comme étant ses agresseurs et que l’une des motos trouvée en leur possession était bien la sienne. OsiasKamaté est le nom du malheureux garde. Il a formellement déclaré qu’il quittait SirakoroMéguétanapour se rendre à Sotuba lorsqu’il est tombé en panne sèche. Il était en train de trimballer son enginclopinclopan, colpanclopin afin de regagner son poste de garde à l’école américaine sise à Bougouba. A deux cent mètres de sa destination, il a été rattrapé par les deux compères sous la menace du P.A. Ces redoutables canailles ont réussi à le mettre à plat ventre et l’ont minutieusement fouillé avant de le délester de sa moto et de son téléphone portable. Tout est bien qui finit bien. En attendant, les deux bandits cogitent sur leur sort dans les grilles du Commissariat. Ils seront très bientôt transférés au parquet. Toujours au four et au moulin, les insatiables limiers de l’hôtel de police de Korofina ont effectué une merveilleuse prise le 15 Février 2018 vers 04 heures 20 minutes. Sur dénonciation du sieur Moussa Kamissoko, âgé de 39 ans, entrepreneur domicilié à Djélibougou, les agents de l’équipe de patrouille de la brigade B ont conduit et mis à la disposition du Commissariat un individu déclarant se nommer Mamadou Sissoko pour usurpation de titre et détention illégale d’arme à feu, de fabrication artisanale, garnie à une cartouche et son étui. Le quidam est sorti d’un bar malfamé, « LE WA » sis à Doumanzana aux environs de 04 heures. Au moment de récupérer sa moto, le gestionnaire du parking a constaté qu’il portait une arme à feu. Interpellé par ses soins, il s’est présenté comme étant un sergent de police. Ce qui n’a pas convaincu ce dernier qui a attiré l’attention d’autres clients parmi lesquels le sieur Moussa Kamissoko qui a pris illico le soin d’appeler le Commissariat qui, à son tour, a intimé l’ordre à l’équipe de patrouille d’investir les lieux. Dans les locaux de la police où il a été conduit, il s’est présenté dans un premier temps comme journaliste en exhibant une carte professionnelle de presse de la radio Patriote sans numéro, libellée au nom de Mamoudou Sissoko, pour ensuite déclarer qu’il est serveur au centre culturel français. En attendant son déferrement au parquet, il médite sur son sort entre les grilles du commissariat. Encore une fois de plus, l’inextirpable Commissaire Principal du 6ème Arrondissement, Tapa Diallo et son équipe de choc, viennent d’enlever une grosse épine des pieds de la population de la commune I en réussissant à mettre hors d’état de nuire ces malfrats qui y semaient la terreur La révélation Source : aBamako aBamako

1 commentaire

  1. pourquoi donné le nom du personne. Il faut couvre les personnes qui ont montré les brigands. les jens veut dénoncé mais c’est peur pour la vie parce que le brigand demain soir viens pour tier celi qui est dans le journal le nom écrit. ni les journalistes ni les fama sont des professionneles. si ces pas dire les noms la population va vous aidera. come sa la on poeur .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here