1ère session ordinaire de l’Assemblée de la Confédération générale des Transporteurs terrestres et fluviaux du Mali

18
La salle de Conférence du CNPM a servi de cadre le samedi 17 février 2018 à la tenue de la première session ordinaire de l’Assemblée de la Confédération générale des transporteurs terrestres et fluviaux du Mali (CGTTFM). Présidé par M. Dadié dit Amadou Sankaré, président de ladite confédération, cette session s’est ouverte en présence des nombreux opérateurs du secteur des transports du Mali. Cette assemblée avait à son programme la lecture et l’adoption du règlement intérieur, le remembrement du bureau et l’adoption du rapport d’activités 2016-2017 et du budget 2018. A l’ouverture des travaux, le président de la CGTTFM, M. Dadié Amadou Sankaré, indiquera que c’est fort d’une vision proactive d’un développement économique probant et efficient que la Confédération, à l’entame de son mandant en 2016, s’est évertuée à un double objectif. Celui de l’organisation et de la mise en place des structures locales et de la programmation de l’acquisition de parc automobile adapté à l’exercice de sa profession, pendant cette première année. Il dira que pour le premier objectif, le bureau a mis en place les coordinations locales dans toutes les régions du Mali, excepté Kidal, Taoudenit et Ménaka. «Dans une perspective proche, ces structures seront mises en place dès que les conditions seront favorables» dit-il. Quant au programme de renforcement du parc des transports, M. Sankaré révèlera que des contacts et rencontres d’échanges ont eu lieu entre le bureau et les partenaires comme SERA, CFAO équipement, HPA-Belge, Shandong WEICHAI et Kamaz. « Cette session sera l’occasion de débattre de cette question pour apporter une solution à l’accélération du processus», ajouta-t-il. Au département de tutelle, le président de la CGTTFM signifiera que les mesures d’accompagnement relatives à la mise en œuvre des dispositions communautaires de facilitation, notamment le Règlement N° 14 et la directive N°8, restent un gage certain de la réalisation de cet objectif et de la préservation des réseaux routiers. Notons que cette première session a été l’occasion d’évaluer le parcours et de faire des propositions pouvant accélérer la marche vers un progrès efficient. Ainsi, on constate dans le rapport d’activités 2016-2017 que l’année 2017 a été marquée par la tenue des réunions statutaires. Aussi, pour une meilleure organisation du trafic, par décision du 26 octobre 2016, la Confédération a créé un bureau de fret qui permettra d’améliorer l’appairage entre l’offre et la demande de transports. Cela pour une planification efficace des moyens de transports. Par ailleurs, soucieuse de l’amélioration des conditions de vie des chauffeurs, la Confédération a tenu des rencontres avec le SYNACOR sur les perspectives d’emplois de conducteurs routiers et marque son accord pour le processus de négociation en cours au niveau du CNPM sur la convention collective des chauffeurs et conducteurs routiers. «L’évolution actuelle du secteur face à la concurrence grandissante dans la sous-région, nous oblige à aller à une vision novatrice. C’est pourquoi, nous estimons que la tenue des Etats généraux des Transports routiers en préparation au niveau du CNPM doit se faire rapidement» reconnait le président de la CGTTFM, M. Dadié Amadou Sankaré. Il a enfin invité les autorités à œuvrer pour la sauvegarde du fleuve Niger pour le transport fluvial. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here