2ème conférence nationale de l’Alliance pour la République (APR) : – La question de la candidature interne du parti examinée ultérieurement par le directoire du parti

21
– Les acteurs de l’accord pour la paix invités à trouver les moyens politico-diplomatiques pour le retour effectif de l’État à Kidal L’Alliance pour la République (APR) a tenu, le samedi 17 février, dans la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampathé Ba, sa 2ème conférence nationale placée sous le thème : « La contribution de l’APR à l’approfondissement de la décentralisation au Mali ». Les travaux se sont déroulés sous le regard vigilant du président du parti, Oumar Ibrahima Touré, en présence de son secrétaire général, Ousmane Diallo et de plusieurs figures politiques de notre pays.
Ouvrant le bal des interventions, le secrétaire général de l’APR a invité l’assistance à observer une minute de silence en hommage à tous les militants du parti décédés durant l’année 2017 ainsi qu’à toutes les victimes civiles et militaires tombées sous les balles des barbares et des narcotrafiquants de tout acabit. Il a saisi l’occasion pour retracer l’historique du parti. D’après lui, l’APR a été créée le 24 mai 2013 dans un climat politique caractérisé par le coup d’État de mars 2012. À ce titre, le parti est composé d’hommes et de femmes résolument engagés à assurer l’implantation et l’animation de leur parti sur l’ensemble du territoire et même au-delà de nos frontières. À l’en croire, le parti du perroquet se positionne comme une formation politique de premier plan à travers sa participation à la présidentielle de 2013 et aux élections législatives avec un député élu dans la circonscription électorale de Mopti. À l’entendre, sa formation politique totalise, en plus du premier député, plus de 200 conseillers régionaux, de cercle et communaux. « Mieux, malgré la conjoncture et en moins de cinq ans d’existence, l’APR a enregistré des avancées significatives par sa présence dans toutes les régions du Mali. Aussi, notre parti est implanté dans plusieurs pays de la sous-région notamment au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Burkina Faso, en Guinée, en Mauritanie, au Cameroun et bientôt au Ghana. L’APR c’est aussi ce fort engouement de la Diaspora malienne de France », s’est réjoui M.Diallo. L’APR, une famille unie et constituée de talents de toutes les contrées du Mali Pour sa part, le président du parti, visiblement très satisfait du niveau de la mobilisation, a rendu un vibrant hommage aux différentes délégations venues de l’intérieur et de l’extérieur. « Je ne saurais prononcer mon discours sans évoquer l’immense et excellent travail de mobilisation que vous avez abattu pour faire de cet instant de forte émotion, de réelsengagements, une preuve authentique d’engouement pour notre patrimoine commun, le Mali et les idéaux de l’APR.Vous avez, à chaque fois que le besoin s’est exprimé, répondu à l’Appel et relevé le défi témoignant ainsi de votre engagement pour le progrès de l’APR. Grâce à cet engagement militant et vos fortes convictions et foi en notre formation politique, cette conférence s’ouvre sous de bons augures », a-t-il dit. Selon lui, l’APR est une famille unie et constituée des couleurs, des charmes et des talents de toutes les contrées du Mali. « Notre parti est à l’image de cette salle dont les couleurs arc-en-ciel sont le reflet des diversités géographiques et ethniques qui constituent le ciment de l’unité nationale du Mali.Du septentrion et du centre de notre pays si éprouvé par des convulsions sécuritaires multiples.Du Sud, de l’Ouest, sans oublier notre dynamique diaspora, de fortes délégations sont porteuses de nos immenses trésors culturels pour honorer cette conférence », a-t-il précisé. Évoquant la situation sécuritaire de notre pays, il a fait noter qu’au regard de cette situation qu’il a qualifiée de peu rayonnante et à quelques encablures des élections communale, régionale, et présidentielle, cette conférence revêt d’une importance capitale, les enjeux et les défis de l’heure sont donc nombreux et l’intérêt des militantes et militants de l’APR pour la vie nationale ne souffre d’aucune équivoque. Il a mis l’occasion à profit pour reconnaitre la capacité de résilience des populations maliennes, surtout sa frange jeune et ses femmes qui se sont illustrées sur tous les fronts ces dernières années. Et de poursuivrecette conférence vient à point nommé, surtout qu’à l’heure des urgences et des préoccupations nationales, où sur notre pays est une nuit d’angoisses et d’interrogations multiples. « Nous discuterons donc de la vie du parti. Je ne doute nullement que vos informations, recueillies à la base et remontées au niveau du bureau, vos vécus, vos riches et utiles expériences constitueront un précieux sésame pour mieux nous inscrire dans le sens des réponses justes aux problèmes vitaux des Maliennes et des Maliens », a-t-il fait savoir. Et d’inviter les délégués à analyser, avec rigueur, les forces et faiblesses du parti du perroquet, dont les acquis, en si peu de temps, sont réels et mesurables par la réalité de son implantation géographique et le nombre des élus. En effet, dit-il, au sortir des dernières élections municipales, l’APR a enregistré 145 conseillers. « Une performance non négligeable pour un parti qui venait d’être créé et qui avait encore le défi de son implantation. Aussi, nous avons enregistré de nombreuses adhésions de militants et surtout de plusieurs élus venus d’autres horizons politiques. Que ces militants et élus qui nous ont rejoints en soient vivement salués et remerciés. Ils sont les bienvenus dans la famille APR et partagent désormais avec nous autant les idéaux du parti que nos soucis légitimes pour l’avenir de notre pays », a martelé le président du parti à l’intention des désormais militants de l’APR. La nécessité de renforcer le dialogue et l’échange au sein de la majorité présidentielle À l’issue des travaux, les délégués se sont prononcés sur certains sujets intéressants la vie de la nation notamment la candidature propre du parti à la présidentielle de 2018, la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger ainsi que le front sociopolitique du Mali. Ainsi, en ce qui concerne la candidature de l’APR à la prochaine présidentielle, la conférence n’a pas pu traiter de manière approfondie cette question. Toutefois, mandat a été donné au bureau exécutif national du parti de se saisir de cette question ultérieurement afin de l’analyser en fonction des enjeux de la situation du pays. « En écho aux appels pressants et légitimes des militants, dans une large majorité, en faveur de la candidature interne de l’APR au scrutin présidentiel à venir, la conférence n’a pas pu traiter cette question importante », peut-on lire dans le document. Par rapport au front sociopolitique, la conférence recommande de renforcer le dialogue et l’échange au sein de la majorité présidentielle. Aussi, il a été recommandé d’accélérer la recherche de solutions pour la sécurisation et la stabilisation du pays. L’occasion était bonne pour l’APR de louer et soutenir les efforts de l’État dans le domaine de la mise en œuvre intelligente de l’accord pour la paix. Ainsi, les délégués invitent les acteurs à intensifier les efforts dans la lutte contre le terrorisme avec plus de rigueur et de synergie d’actions des acteurs concernés. En vue d’anticiper la bonne tenue des futures élections sur toute l’étendue du territoire national, le parti du perroquet exhorte les acteurs concernés à trouver les moyens politico-diplomatiques pour le retour effectif de l’État à Kidal. « Nous devons œuvrer ensemble (majorité, opposition et la société civile) pour des élections transparentes et apaisées. Ces élections doivent davantage consolider la cohésion sociale et nationale », a fait remarquer le communiqué final. Mama PAGA

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here