Le message d’IBK à Koutiala : « Je ne tomberai pas… »

19
Revigoré par un accueil chaleureux et une foule en liesse à Koutiala, sa ville natale, du jeudi 14 au vendredi 15 février, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta reste flegmatique face à l’adversité politique. « Ils savent que vous avez su porter la lourde responsabilité qui vous a été confiée. Vous n’avez point déçu les Maliens». Vous : ce sont les habitants de Koutiala et le président IBK. Vendredi 16 février, il est au second jour de sa visite à Koutiala, sa ville natale, ‘’son royaume d’enfance’’ d’après ses propres termes. Le stade municipal de la ville, d’une capacité de 5000 places, est plein comme un œuf. Construite il y a quelques années, ce jour, le président Ibrahim Boubacar Keïta, vient pour baptiser l’infrastructure sportive au nom de feu Seydou Ouattara, le ‘’Jamanatigui’’ (chef traditionnel ndlr) de Koutiala. Tout de blanc vêtu, IBK survole à l’envie ses souvenirs de jeunesse et ses rapports amicaux avec le défunt ‘’Jamanatigui’’, de Koutiala. Il a côtoyé ce dernier à son jeune âge et le considère comme son grand-père. « Seydou Ouattara était un homme digne, plein de sagesse, respecté par tout le monde y compris par l’homme blanc (le colon). A Koutiala, nous avons le sens de l’honneur et de la dignité. J’ai grandi avec ces valeurs», rappelle-t-il. Mais très vite, l’émotion fait surface. Le président est trahi par ses larmes. Quelques secondes de calme plat dans le stade. Le discours reprend avec, cette fois-ci, une allure politique plus aiguë. Il est prononcé en langue nationale bamanan. « Tant que j’ai la bénédiction de mes ancêtres, tant que j’ai votre soutien et je me confie à Dieu, ils peuvent continuer à jeter le bâton dans mes roues, je ne tomberai pas », a-t-il déclaré. « Je n’enfreins pas la loi car je sais de quoi il s’agit. Retenons-nous ! Retenons-nous ! Écoutons-nous les uns les autres. Arrêtons de jeter le bâton dans les roues les uns des autres et donnons-nous les mains. La jalousie et la haine ‘’noire’’ ne servent à rien » poursuit le président IBK. Et il ajoute : « d’aucuns affirment que je ris alors que le pays est en crise. Certes, il y a des difficultés, mais nous sommes à la tâche et Dieu nous est témoin». En guise d’exemples, il a rappelé entre autres : la réalisation très récente des ouvrages d’approvisionnement en eau potable dont 5000 branchements sociaux à Koutiala pour plus de 3 milliards FCFA. Ou encore, le lancement des travaux d’un hôpital de 2ème référence dans la même ville pour 12 milliards FCFA et d’un vaste projet routier dans les régions de Koulikoro et Sikasso. Soutenue par la banque mondiale à hauteur de 45 milliards FCFA, l’initiative vise à améliorer la circulation des personnes et de leurs biens en milieu rural. Sa première phase sera réalisée dans le cercle de Koutiala. Il consiste à aménager une piste rurale longue de 98km reliant Koutiala-Konséguena-Konina-Fleuve Glo. Par la même occasion, le président Ibrahim Boubacar Keïta a remis 1680 machines décortiqueuses de riz, 360 repiqueuses de riz et 10 000 kits scolaires. Et le ministre des Sports, Jean Claude Sidibé de promettre la construction très prochaine d’une salle multifonctionnelle de basketball, de handball et d’autres disciplines sportives à Koutiala. « Vous avez honoré votre engagement envers les populations de Koutiala. La balle est désormais dans notre camp », a déclaré quelques heures plus tôt, Mamadou Coulibaly, porte-parole de la coordination des chefs de quartiers. « J’ai le souci du Mali, je n’ai pas la boulimie du pouvoir », a conclu le président IBK. Lassina NIANGALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here