Lutte contre le terrorisme : La Coordination des Journalistes du G5 Sahel voit le jour

24
Les responsables de la Coordination des Journalistes du G5 Sahel ont présenté officiellement leur association à la presse le vendredi 16 février dernier. C’était à la faveur d’une cérémonie organisée à cet effet à la Maison de la Presse en présence de l’Ambassadeur de la Délégation de l’Union Européenne au Mali Alain Holleville, du coordinateur des journalistes du G5 Sahel Hamidou Touré et du représentant du Premier ministre Issa Diarra.Son objectif est d’accompagner le G5 Sahel dans ses missions. Selon Hamidou Touré, il y a six mois (du 21 au 23 Août dernier), les journalistes des cinq (05) pays membres du G5 Sahel réunis à Niamey au Niger, ont créé la Coordination Régionale des Journalistes du G5 Sahel, afin d'accompagner et d'appuyer les politiques de communication du G5 Sahel. Suite à la création de cette coordination régionale dit-il, il a été décidé la mise en place urgente des coordinations nationales dans chacun des pays membres. C’est pour répondre à cette volonté régionalequ’ils ont constitué le 19 octobre 2017, la coordination nationale dont le récépissé a été délivré sous le numéro 0079/G-DB du 26 Janvier 2018. « La mise en place a été inclusive et la porte reste ouverte à tous nos consœurs et confrères », précise-t-il. Avant d’ajouter que la Coordination des Journalistes du G5 Sahel se veut un outil indispensable du dispositif dans cet espace combien vaste afin de compléter en plus des militaires, les regroupements de femmes et de jeunes du G5 Sahel. « Nous sommes un levain pour le développement au vu du rôle que chacun peut jouer avec professionnalisme dans la lutte contre l’insécurité, le radicalisme et l’extrémisme violent. Cela est important pour l’atteinte des objectifs que se sont fixés nos chefs d’Etats en créant le G5 Sahel »,a déclaré Hamidou Touré.Avant de souhaiter que les autorités leur facilitent l’accès à l’information mais aussi les accompagnent pour que les populations s’approprient les mécanismes et fonctionnement du G5 Sahel leur sa globalité et surtout la Politique Nationale de lutte contre le radicalisme et l’extrémisme violent et la stratégie nationale de sécurité en particulier. Pour lui, les défis sont énormes et les enjeux sont immenses. C’est pourquoi, il demande à ses confrères de se mobiliser pour une union sacrée autour du G5 Sahel et plus de professionnalisme afin de mieux comprendre et appréhender les questions relatives à la sécurité et à l’extrémisme violent. « Notre souhait est d’avoir dans les mois à venir des formations sur des sujets précis pouvant nous aider à aller plus loin dans cette lutte qui nous concerne autant que les militaires.Je suis persuadé que nous constituons avec la composante femmes et jeunes, la deuxième force du G5 Sahel après la force militaire », a-t-il souligné. Pour sa part, Alain Holleville dira que le G5 Sahel est une priorité pour l’Union Européenne. Et Issa Diarra s’est réjoui de la création de cette association qui pour lui, est une bonne initiative qu’il soutient en tant que communicateur. D’après lui, l’accompagnement des journalistes est d’une très grande importance. A noter que la Coordination des Journalistes du G5 Sahel a pour objectifs spécifiques d’appuyer les initiatives de communication et les politiques du G5 Sahel en conformité avec la coordination régionale, d’appuyer les politiques nationales de lutte contre le radicalisme, l'extrémisme violent et le terrorisme, d’appuyer le plan national de sécurité. Mais aussi, d’appuyer la recherche de la paix et de la cohésion sociale à travers la mise en œuvre de l'accord issu du processus d'Alger, entre autres. Fatoumata Fofana Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here