Soumana Sako, président CNAS-Faso Hèrè :  » Ceux qui ont allumé la flamme de la crise sont logés dans les hôtels huppés de Bamako … »

58
Le président de la Convention nationale pour une Afrique solidaire (CNAS-Faso hèrè), Dr. Soumana Sako, à la tête d’une forte délégation du bureau politique national du parti, a rencontré une délégation des femmes déplacées de Goundam à Lafiabougou Koda le samedi 17 février 2018. Une rencontre que l’ancien Premier ministre a mis à profit pour compatir à la souffrance des déplacés et refugiés maliens. Il a dénoncé la politique de deux poids deux mesures du gouvernement malien « qui chouchoutent les bandits armés et méprisent les vraies victimes de la crise.» La crise du septentrion malien a fait et continue de faire des malheureux notamment au sein des paisibles populations qui payent pourtant le plus lourd tribut à ce conflit. Les femmes déplacées de Goundam à Bamako vivent dans des conditions misérables et sont confrontées à tout genre d’ennuis. C’est par ces mots que Nana Touré, la porte parole des femmes déplacées de Goundam à Bamako, a entamé ses propos. Elle a expliqué au président de la Cnas-Faso Hèrè les moult difficultés auxquelles elles font face dans leur séjour forcé à Bamako à cause de la crise. Le président de la CNAS-Faso hèrè, dans ses propos, a fait la genèse de la crise au septentrion malien qui selon lui remonte à 1963 quelques années après l’accession du Mali à la souveraineté internationale. «C’est la France qui est l’instigateur de cette crise avec la complicité de certains soi-disant Maliens animés par l’esprit de scission», a-t-il dit. Selon lui, le père de l’indépendance du Mali a étouffé la crise sans problème en faisant savoir à ceux qui étaient manipulés que le jeu de la France est simplement de diviser pour mieux régner. Dr soumana Sako a signalé que malgré tout, la crise a continué et que tous les présidents ont géré en leur façon. Il a fustigé l’accord d’Alger, un accord qui, selon lui, ne comporte que les germes de la division du Mali. « Tous ceux qui s’hasarderont à cautionner un tel crime nous trouveront sur leur chemin. Le Mali ne sera jamais divisé et le rêve des narcotrafiquants de la création de l’Azawad ne deviendra jamais une réalité », a-t-il indiqué. Le président de la CNAS-Faso Hèrè a regretté la politique de deux poids deux mesures du président IBK. « Ceux qui ont allumé la flamme de la crise sont logés dans les hôtels huppés de Bamako et nourris au frais du contribuable malien alors que les déplacés et les réfugiés errent et font face à toutes les difficultés», a regretté Dr. Soumana Sako. Il a invité les Maliens à être vigilants lors des prochaines élections présidentielles afin de porter à la tête du pays un président soucieux du devenir de tous les Maliens et non de sa famille comme on le voit actuellement. Moussa Samba Diallo
Source : Africatime Africatime

1 commentaire

  1. les Maliens n’aiment pas, celui qui les aimes, mais ce qui les brisent des os, ils n’ont pas un sense de morale élevé, pour choisir un bon président

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here