Ansongo : Attaque contre l’armée malienne à Tessit, Bilan : 9 blessés dont 1 civil, 2 assaillants tués

1539
Hier mardi 20 février 2018, tôt le matin, le check point de l’armée malienne à Tessit dans le cercle d’Ansongo, région de Gao, a subi une attaque. Les assaillants, selon des sources sécuritaires, ont été repoussés. Côté malien, le bilan provisoire est le suivant: 9 blessés dont 1 civil. Au cours de leur débandade, précise l’armée malienne, les assaillants ont abandonné sur place deux morts, des armes et des munitions. Cette nouvelle attaque contre les forces maliennes de défense et de sécurité est intervenue hier, vers six heures 30 minutes du matin. Les assaillants, venus à bord de plusieurs véhicules et sur des motos, ont été repoussés par les militaires maliens, selon des sources sécuritaires. «Les Famas ont infligé de lourdes pertes aux terroristes, ce matin du mardi 20 février 2018 aux environs de 6 heures 30 mn », a indiqué l’armée malienne. Selon l’armée malienne, les FAMa déplorent huit blessés, mais n’enregistrent aucune perte en vie humaine. Il faut aussi regretter un civil blessé, une victime collatérale. «Au cours de leur débandade, les assaillants ont abandonné sur place deux morts, des armes et des munitions. Lors des opérations de ratissage, les FAMa ont en outre abattu d’autres terroristes. Les opérations de ratissage ont permis aux FAMa de déterminer les bilans généraux et de prendre le contrôle de cette zone. » Dans la même journée du mardi, l’armée malienne affirme avoir appréhendé des suspects à Mondoro, dans le cercle de Douentza, région de Mopti. Ces suspects, au nombre de deux, ont été appréhendés plus précisément à Ouradjam, une localité située à 20 kilomètres de Mondoro. «Les deux individus sont reconnus comme des malfrats dans la localité. Ils se rendaient au village sur motos, en provenance d’une forêt. C’était tôt le matin, aux environs de 9 heures. Ils vont être convoyés et remis aux structures compétentes pour toutes fins utiles», précise l’armée malienne. Mondoro fait partie des localités du Mali où les motos et les pick-up sont interdits de circuler depuis le 1er février 2018 à cause de la recrudescence des attaques terroristes au Mali(rien qu’en janvier dernier, au moins 80 personnes ont perdu la vie dont 29 militaires maliens, trois agents de douanes et une vingtaine de civils). M.K. Diakité
Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here