Ras Bath au meeting de soutien à Alou Coulibaly : « à bas Ami Kane et le ministre des Collectivités territoriales ! »

18
Le Collectif « Respectez nos voix » a organisé, hier mercredi 21 févier, devant l’esplanade du siège de l’Union des associations et coordinations pour le développement et la défense des droits des démunis (UACDDDD), un meeting de soutien au maire de la commune V du district de Bamako, Alou Coulibaly. Aucun doute, la suspension de l’élu communal est une injustice. Pendant près de trois heures, les membres du regroupement se sont relayés au pupitre pour brocarder le régime. Pour le porte-parole du Collectif pour la Défense de la République(Cdr), Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, la suspension du maire de la commune V, Alou Coulibaly est injuste. C’est pourquoi, il a exigé la levée pure et simple de cette mesure, cela sans condition. A l’en croire, la sanction a révélé l’engagement patriotique de l’élu de l’Urd (Ndlr principal parti d’opposition). Selon lui, s’il y’a faute, le maire de la commune doit payer au même titre que la gouverneure du district de Bamako, Ami Kane. Le chroniquer le plus, Ras Bath n’en décolère pas : « Si Ami Kane est imbue de son honneur et de sa dignité, elle aurait due à travers cet acte se rende compte que ses services n’ont pas véritablement vérifié avant de la. Pis, ils n’ont pas été à la hauteur. Elle devrait chercher au sein du gouvernorat la personne qui a laissé passer le document avec cette erreur matérielle et la sanctionnée ». Aussi précise-t-il, Ami Kane n’a envoyé aucune mission de vérification en commune VI. Et de poursuivre qu’elle ne sait baser que sur les déclarations des six conseillers du Rassemblement pour le Mali (Rpm) (Ndlr parti au pouvoir) pour demander des sanctions contre le maire. Au même moment, explique l’animateur vedette de l’émission « carte sur table », la gouverneure du district a changé la vocation d’un site dédié à la construction du commissariat de police de Missabougou au profit de sa fille unique Rokiatou Salaly Sacko. Boua Ka Bla « le père doit laisser le pouvoir» Très en verve et devant un auditoire acquis à sa cause, le chroniquer déroule « le Mali est totalement à la rue. Comment un gendarme peut-il se lever à Kita pour venir interpeller une personne en commune VI ? Ou est donc la territorialité ? Nous ne sommes pas dans une République, mais plutôt dans une jungle ». Il a déploré le fait que les vertus de la noblesse et l’honnêteté ont été relégués au second plan. Déterminé, il assène « aucun homme ne pourra nous arrêté ». L’orateur, Ras Bath n’a pas manqué de revenir sur le thème de sa campagne actuel « Boua Ka bla » qui signifie « le père doit laisser le pouvoir ». D’après lui, le président IBK a démontré toute son incapacité à diriger le pays. Ainsi, ajoute-t-il, le Chef de l’Etat n’a ni les moyens, ni la vision encore moins les hommes pour sortir le Mali du gouffre. « Il doit laisser le pouvoir », complète-t-il. Plus de mille milliards ont été détournés en deux ans sous IBK, a précisé le chroniquer. Pour terminer le porte-parole du Cdr martèle « A bas la sanction contre le maire de la commune VI ! A bas Ami Kane ! Abas le ministre des Collectivités territoriales ! A bas le népotisme…. » Il convient de noter la présence massive des forces de l’ordre. Pour rappel, le gouvernorat du district de Bamako n’a pas voulu accorder d’autorisation de marche au collectif pour des raisons de sécurité. Abdrahamane Sissoko

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here