Concours de l’ENA : Un résultat salutaire et interpellateur

201
Le résultat du concours d’entrée à l’Ecole nationale de l’administration (ENA), session décembre 2017 et le résultat des épreuves écrites du concours de recrutement des auditeurs de justice, session de janvier 2018, sont parus, le vendredi 16 février 2018. Rappelons que pour le concours de l’ENA il y avait 19.000 candidats pour 46 postes et quant à celui de la magistrature il y avait 6.750 candidats pour l’ordre judicaire, et 3.171 candidats pour l’ordre administratif pour 40 postes dont 30 pour l’ordre judicaire et 10 pour l’ordre administratif. Les résultats de l’Ecole nationale d’administration (ENA) est paru et les 46 postes ont été occupés par les admis. Pour le résultat des auditeurs de justice 131 candidats ont été retenus au niveau de l’ordre judicaire pour passer à la phase orale et au niveau de l’ordre administratif ils sont 114 candidats retenus pour la phase orale, prévue le lundi 25 février prochain à l’Institut national de formation judiciaire (INFJ) à Banankabougou. En effet, le résultat de l’ENA a suscité des constats; il s’agit du fait que la plupart des admis sont nés hors du Mali notamment en Coté d’Ivoire. Ce qui veut dire que ces admis ont fréquenté d’autres écoles avant qu’ils ne soient au Mali. D’où, leur niveau élevé comparativement à leurs camarades qui ont suivi leur étude et formés ici au pays. Le deuxième constat, est relatif à l’absence des femmes car, il est à noter que c’est une seule femme qui a été admise à ce concours, et mieux, elle est née en République de Coté d’Ivoire. Ainsi, on peut analyser avec objectivité que la transparence et la recherche des meilleurs candidats ont été les synonymes de ce concours. « Je peux affirmer que les concours ont été faits dans la transparence. Mais ce que je souligne et je déplore ce que nous n’avons pas de niveau intellectuellement. Et cela interpelle forcement les autorités qui d’ailleurs sont les coupables de la dégradation du système éducatif depuis deux décennies. Alors, en réalité, elles doivent revoir leur système éducatif », nous a livré MS, candidat malheureux à la magistrature. Un autre à la personne SK qui a fait les deux concours a soutenu qu’il y a la rigueur dans ces concours surtout celui de l’ENA, mais il a ainsi sollicité les autorités à augmenter le nombre de quotas et aussi faire en sorte que chaque année, il ait un concours de l’ENA et de la magistrature. M.L. KONE Source: LE FONDEMENT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here