La direction des douanes du Burkina Faso alerte sur le trafic de drogue

38
La douane burkinabè a mis la main sur un camion qui transportait de la drogue le 17 février dernier. Quatre tonnes de cannabis en destination du Mali. Durant les trois derniers mois, la douane burkinabè a saisi envions 15 tonnes de cannabis et 14 kilogrammes d’héroïne. Le pays est passé d’un pays de transit à un pays de consommation de drogue, selon les responsables douaniers. Malgré ces opérations de saisie, les frontières poreuses et le manque de matériel adéquat rendent difficile le travail des douaniers dans sa lutte contre le trafic. Il y a quelques jours, quatre tonnes de cannabis, dissimulées dans un camion en provenance du Ghana, ont été saisies. Selon le directeur des enquêtes douanières, le camion, qui faisait deux rotations par mois entre Bamako et d’autres capitales de la sous-région, était recherché par les forces de sécurité maliennes. « La douane malienne a été saisie et elle a fait ses investigations. Tous les documents que nous avons trouvés dans le camion sont des documents faux. Ils ont fait également il y a deux semaines une saisie identique, d’un camion en provenance de la Côte d’Ivoire. Cela fait 7,9 tonnes de saisies », détaille Laurent Blaise Kaboré, directeur des enquêtes douanières. Entre novembre 2017 et février 2018, la douane burkinabè a saisi environ 15 tonnes de cannabis, 14 kilogrammes d’héroïne et 10 kilogrammes de méthamphétamine, une drogue encore plus dure que la cocaïne, selon les services. Ces drogues étaient destinées à la Nouvelle-Zélande, l’Australie ou certains pays de l’Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso. « Le Burkina Faso était un pays de transit. Aujourd’hui, il faudrait faire attention : le Burkina Faso est un pays de consommation de drogue. Il ne faut pas avoir peur de le dire : le Burkina Faso consomme de la drogue et il faut combattre les trafiquants », martèle Laurent Blaise Kaboré. Malgré ces saisies, la porosité des frontières et l’insuffisance en détecteurs de traces constituent de véritables obstacles à la lutte contre le trafic de drogue au Burkina Faso, regrette la direction générale des douanes. Par RFI Publié le 24-02-2018

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here