Le HCR fait le point sur le phénomène de l’apatridie en Afrique de l’Ouest

17
Il y a trois ans, la déclaration d'Abidjan était adoptée par les 15 Etats membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Dans cette déclaration, les Etats se sont engagés à mettre fin à l'apatridie d'ici 2024. L'apatridie ou le fait de ne pas avoir de nationalité, empêche les gens d'avoir accès à l'école, aux soins ou à un travail faute de papiers d'identité. C'est la cause de grandes inégalités et de vulnérabilité pour la population. Le HCR a publié ce dimanche 25 février 2018 une note pour faire le point sur les évolutions du phénomène dans la zone. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés constate que quelques progrès ont été effectués ces derniers temps dans certains pays d'Afrique de l'Ouest. Romain Desclous, le porte-parole du HCR dans la région, explique qu'il y a eu des avancées au Sierra Leone, au Burkina Faso ou en Côte d'Ivoire, par exemple. « En Sierra Leone, en 2017, la législation a été amendée pour permettre aux femmes, donc aux mères, de pouvoir transmettre la nationalité à leurs enfants. Jusqu’à présent, seul le père le pouvait, rappelle Romain Desclous. Il y a également le Burkina Faso qui, la semaine dernière, a initié la distribution d’actes d’état civil et d’actes de naissance à des enfants et à des jeunes adultes qui n’en avaient pas. En Côte d’Ivoire, l’année dernière au moins 8 000 personnes qui étaient apatrides se sont vues remettre un certificat de nationalité, au terme d’une procédure spéciale qui avait été mise en place. » Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180226-apatridie-situation-afrique-ouest-poi...
Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here