Gao : Faute d’équipements, le détachement de l’armée malienne en poste à Tessit se replie sur Ansongo

2170
L’armée malienne renoue avec ses démons du passé. Hier, mardi 27 février 2018, le détachement en poste à Tessit s'est replié sur Ansongo. Selon des sources sécuritaires, cet « abandon » de poste est motivé par un manque d’équipements adéquats pour faire face aux risques d’attaques terroristes dans la zone. Hier, l’unité de l’armée malienne en poste à Tessit a plié bagage pour aller s’installer à Ansongo. «Ces soldats, des bérets rouges, réputés être très aguerris au combat, exigent, depuis plusieurs mois, d’être dotés d’équipements nécessaires pour bien accomplir leur mission dans une zone où les attaques terroristes sont récurrentes », explique une source sécuritaire. Cette décision des soldats de se retirer de Tessit, ajoute notre source, est consécutive à l’attaque terroriste dont ils ont fait l’objet le mardi 20 février. « Ce jour là, les soldats se sont repliés par faute d’équipements pour faire face à l’ennemi ». Lors de cette attaque, officiellement, 8 militaires et 1 civil ont été blessés et deux terroristes ont été abattus. La direction de la communication de l’armée malienne, joint par le Républicain, n’a fait aucun commentaire sur cette nouvelle grogne au sein de la grande muette. «Je ne peux rien dire. Je suis en déplacement, c’est dommage ! », s’est contenté de répondre le Colonel Diarran Koné, le directeur des relations publiques de l’armée malienne. La grande muette n’est pas si muette que ça au Mali. L’arrestation pour désertion, à l’entrée de la ville de Bamako, le mercredi 17 janvier dernier, de 36 gendarmes de la force d’action rapide qui étaient déployés dans le centre, plus précisément à Ngomakoura, avait défrayé la chronique alors que le Mali fait face à une recrudescence des attaques terroristes. La gestion des troupes reste encore très problématique au sein de l’armée malienne. La hiérarchie est régulièrement accusée de plusieurs manquements (surfacturation, détournements de primes...). M.K. Diakité Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here