Présidentielle 2018: ine coalition de femmes appelle le Président IBK à se porter candidat

10
La Coalition des femmes regroupées au sein de l’’’Association des femmes unies pour leur épanouissement’’, conduite par la présidente du Mouvement des femmes du parti Rassemblement pour le Mali (RPM), Mme DIAWARA Aïssata Lady TOURE était, vendredi dernier, en meeting dans la salle de basket du Stade du 26 Mars de Bamako. Il s’agissait pour la vingtaine d’associations féminine d’appeler le Président IBK à se représenter à l’élection présidentielle de juillet prochain. La rencontre était placée sous le parrainage de Mme TRAORE Oumou TOURE, ministre de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille, représentée par sa Directrice du cabinet, Mme Kama SAKLIBA. C’est une salle archi-comble, de femmes venues des six communes de Bamako et ses environs, qui a réitéré sa confiance et son soutien indéfectible au président IBK. Le but de cet appel, selon la présidente de la coalition, était de prouver à l’opinion nationale et internationale que le président IBK a toujours la confiance de ses compatriotes. Ainsi, c’est dans un chœur symphonique que des centaines de femmes ont appelé le président IBK à se porter candidat à sa propre succession pour la présidentielle de juillet prochain. Enjeux des prochaines élections « IBK pour la continuité de ses projets ; IBK, les femmes te disent merci. IBK pour un Mali uni et prospère ; IBK pour la continuité ; IBK pour la souveraineté du Mali… », voilà entre autres slogans qu’on pouvait lire sur les banderoles. En campant le décor, Mme Diawara a remercié les centaines de femmes venues répondre à son appel. Avant de rentrer dans le vif du sujet, elle a rappelé le rôle de la femme dans la consolidation de la paix dans la société malienne. « Le rôle de la femme n’est pas méconnu au Mali. Comme le dit l’adage, derrière chaque grand homme, se cache une femme. Nous n’avons pas besoin de revendiquer ce rôle, nous l’incarnons. Tout notre parcours de femme est marqué du sceau de ce rôle de la société », a-t-elle enflammé la salle pleine de sympathisants. Selon la présidente des femmes du RPM, ce meeting a pour objectif spécifique de sensibiliser, d’informer sur les enjeux des prochaines élections. Elle a par ailleurs déploré les attitudes de certaines personnes qui font de la société malienne une véritable jungle. « Ces derniers temps, nous constatons que notre société prend des coups de toute part. L’on a l’impression que nous avons réinventé une nouvelle société. Que de crimes passionnels ! Que de violences ! Que d’attaques personnelles mal placées ! Que d’injures ! Sommes-nous dans des familles ? Sommes-nous dans le même pays », s’est-elle interrogée ? Selon la patronne de la nouvelle coalition de soutien au président IBK, ces violences interpellent toutes les femmes du Mali. « Il est temps que nous consacrions l’essentiel de nos efforts à l’éducation de nos enfants. Si nous ne le faisons pas, nous pourrions être les premières victimes de leurs débordements. Car la violence est aveugle ! Aucune femme ne succombe quelque part sans que nous ne le ressentions au plus profond de nous-même. Nous sommes profondément attachées au respect de la vie comme premier droit fondamental inscrit dans notre idéologie politique de la démocratie sociale », a-t-elle rappelé avant d’appeler les femmes du Mali à accorder la plus grande attention à l’encadrement des leurs enfants pour les orienter sur le bon chemin. Un second mandat pour parachever les efforts Mme DIAWARA a remercié le président IBK pour son engagement personnel en faveur de la promotion des femmes du Mali. Elle a, dans ce cadre, rappelé la Loi N° 2015-052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives. « Le Gouvernement a pris des mesures en faveur du soutien à la participation politique des femmes. La Loi N° 2015-052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives est le résultat de la lutte des femmes de notre pays. Là aussi, nous disons merci à notre Président, El hadj Ibrahim Boubacar KEITA. Mais nous n’oublions pas non plus notre camarade, notre sœur SANGARE Oumou BA pour ce résultat. Toute chose qui nous a permis aujourd’hui d’engranger plus de conseillères communales », a-t-elle martelé. Aussi, a-t-elle fait référence aux 300 millions de FCFA offerts par le président IBK aux femmes candidates lors des élections communales du 20 novembre 2017. Selon Mme DIAWARA, le combat des femmes va se poursuivre et même s’intensifier pour que plus de femmes soient nommées et élues à des postes de prise de décision. Elle en a appelé ainsi aux femmes à s’approprier de ladite loi et à veiller à sa traduction en acte concret. « Nous appelons aussi les femmes à adhérer aux partis politiques, pour défendre les valeurs chères à notre société. Il s’agit de la solidarité, de la liberté et de la justice », a-t-elle lancé à ses invitées. Appel à la candidature au président IBK Pour les élections de cette année, Mme DIAWARA n’est pas allée par quatre chemins pour appeler les centaines de femmes à être soudée pour l’atteinte de leur objectif, celle de convaincre le président IBK à se représenter pour un second mandat. En tout cas, ces femmes promettent au président IBK le ‘’Takokelen’’ au cas où il acceptait de se porter candidat à sa propre succession. Ce qui, selon elle, permettrait d’achever les grands chantiers qu’il a commencés malgré le contexte sécuritaire difficile dans lequel notre pays se trouve, depuis 2012. « 2018 est une année chargée de défis pour nous femmes politiques. Elle est une année électorale dans un contexte de crise sécuritaire. Il nous faut renforcer notre engagement politique. Nous sommes convaincues qu’El Hadj Ibrahim KEITA mérite de poursuivre les efforts qu’il a déjà entamés, avec foi et désintéressement, pour la reconstruction du Mali et la réconciliation des Maliennes et Maliens avec eux-mêmes et avec leurs institutions. Oui, mes sœurs, là aussi nous sommes interpellées. Nous devons reprendre notre rôle de ciment de la société. C’est nous les femmes qui pouvons », a-t-elle galvanisé. À cet appel, les participantes, à cette grande mobilisation, ont répondu favorablement à l’appel de Mme DIAWARA en scandant ‘’IBK’’ des dizaines de fois. Elles ont enfin rassuré le président IBK de le faire réélire avec un taux de vote remarquable. Pour joindre l’utile à l’agréable, la présidente de l’’’Association des femmes unies pour leur épanouissement’’ a fait spécifiquement un don de pagnes du 08 Mars et des enveloppes aux femmes du camp Soundiata de Kati qui se sont fait remarquer par leur grand nombre à ce meeting. PAR CHRISTELLE KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here