Régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti: l’UE mobilise plus de 4 milliards de FCFA

19
Le Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) sur la route de Kati a servi de cadre, hier mardi, à la cérémonie de lancement du Projet de renforcement des capacités des conseils régionaux de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti. D’un montant total de 4 405 milliards F CFA, entièrement financé par l’Union européenne, ce projet vise à booster le développement économique régional dans les cinq collectivités pour une période de 3 ans. Au total, c’est six contrats, qui ont été signés, hier 27 février 2018, par le Chef de la coopération de l’Union européenne, Geza STRAMMER et le président de l’Association des Régions du Mali (ARM), Siaka DEMBELE ; en présence du ministre des Collectivités territoriales, Alhassane Ag Hamed MOUSSA et de son homologue du Développement local, Soumana Mory COULIBALY. L’objectif général est de renforcer le rôle central des autorités locales, niveau région (Conseils régionaux) dans le processus de développement du territoire régional, en cohérence avec les dispositions de l’Accord pour la paix et les priorités définies par la Politique nationale de la décentralisation et le Cadre stratégique de la relance économique et développent durable (CREDO) du Gouvernement. Ces accords sont des contrats de subvention directe en faveur de 5 Conseils Régionaux du Centre et du Sud du Mali (Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso et Mopti) en raison de 852 millions F CFA par conseil régional pour une durée de trois ans et un contrat d’appui/suivi à la direction générale des collectivités territoriales (DGCT) du ministère des collectivités territoriales pour 141 millions F CFA. Le coût du projet est estimé à environ 7 000 000 d’EUR, soit 4 591 699 000 FCFA, réparti comme suit : région de Kayes : 1 668 479 EUR, soit 10 944 FCFA ; région de Koulikoro : 1 328 704,29 EUR, soit 8 715 728 FCFA ; région de Sikasso : 1 329 000 EUR, soit 871 766 853 FCFA ; région de Ségou : 1 329 173, 28 EUR, soit 8 718 805 FCFA ; région de Mopti 1 329 860,45 EUR, soit 872 331 271 FCFA. Quant au montant pour le suivi des contrats par la OGCT, il est estimé à 214 999 EUR, soit 141 030 099 FCFA. Dans son allocution, le Chef de la coopération de l’Union européenne a indiqué que l’Union européenne reconnaissait le rôle essentiel que les autorités locales jouent dans les domaines du développement durable, de la bonne gouvernance inclusive et de la promotion des droits humains. M. STRAMMER a rappelé que « ce nouveau programme est basé sur les résultats positifs de deux interventions pilotes dans les régions de Mopti et Ségou ». Pour finir, il a souhaité que les « interventions financées par ces contrats aient des résultats tangibles et durables et un effet multiplicateur socio-économique ». Les actions soutiendront les conseils régionaux dans l’exécution de leur rôle de leadership et la maîtrise d’ouvrage par la réalisation et la gestion durable d’infrastructures économiques, en collaboration étroite avec les communes, avec un impact socio-économique positif sur les populations bénéficiaires. Les infrastructures concerneront entre autres, une aire de stationnement de camions, des marchés de bétail, des champs aménagés, des installations de transformation de produits agricoles, des boucheries modernes et hygiéniques, etc. Dans son intervention, le ministre Alhassane Ag Hamed MOUSSA, a souligné que la mise en œuvre de ce projet se fera, à travers des contrats de subvention. L’extension de cet appui de l’Union européenne aux régions de Kayes et Koulikoro, a-t-il fait savoir, découle des résultats probants engrangés par les régions de Ségou, Sikasso et Mopti. Le succès de ces premières expériences, faut-il le souligner, permet aujourd’hui d’étendre ce précieux outil de développement aux régions de Kayes et Koulikoro et bientôt à toutes les Régions. Il a profité de cette cérémonie pour féliciter les régions de Ségou, Sikasso et Mopti, les premières régions bénéficiaires, tout en les encourageant à poursuivre la dynamique positive qu’elles ont su insuffler à leur collaboration avec l’Union européenne. Avant de terminer, il a lancé un vibrant appel aux autres régions pour s’inspirer de ces expériences réussies afin de se préparer au mieux pour le prochain appel à candidatures aux appuis de l’Union européenne dans le cadre des contrats de subvention. Par Abdoulaye OUATTARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here