Observatoire : En hausse : Souleymane S. Sidibé

29
Le président du Conseil national de la jeunesse (Cnj), Soumeymane Satigui Sidibé, par ailleurs secrétaire général du Conseil panafricain de la jeunesse, donne enfin une âme à cette organisation de jeunesse par ses initiatives de rester en contact permanent avec la base, à travers des rencontres qui permettent d’échanger avec les démembrements du Cnj jusqu’au niveau communal. C’est une façon efficace de redorer le blason du Cnj-Mali dont on commençait vraiment à se poser des questions sur sa raison d’être, a fortiori son efficacité. Au moins, Souleymane Satigui Sidibé est en train de démontrer qu’on n’est pas président du Cnj-Mali pour parader avec ce titre afin de se créer des opportunités de business ou de se frayer plus tard un chemin au sein des milieux politico-affairistes du pays. L’actuel président du Cnj-Mali qui a résisté aux assauts de thuriféraires du pouvoir pour le déboulonner, parce qu’il a refusé une camisole de force politique, est en train de démontrer qu’il mérite de porter la responsabilité de répondre de la fonction de président du Cnj-Mali. Luc Togo Canam - Assep à Koulikoro. Pour le système intégré de l'AMO Luc Togo, DG CANAM Le discret directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam), Luc Togo, a su ramener la confiance des populations après les soubresauts provoqués par une campagne de désinformation consécutive à une guerre de positionnement syndical ; notamment entre deux centrales du pays. Luc Togo a droit à notre coup de chapeau pour les performances réalisées au niveau de la Canam et reconnues par le Conseil d’administration qui s’est réuni avant-hier, mercredi. La Canam fait aujourd’hui la fierté du Mali et constitue l’un des rares domaines de l’activité nationale qui fait référence sur le continent. En effet, c’est un exemple de réussite cité partout en Afrique, au point que des délégations de pays africains défilent à Bamako pour s’inspirer de l’exemple malien d’assurance maladie obligatoire. En baisse : Ibrahima Fomba Le désormais ex directeur national des Sports et de l’Education physique qui s’est fait beaucoup remarquer ans la crise du football dont il a contribué au pourrissement de la situation par sa gestion du dossier, est relevé de ses fonctions pour être mis au frigo, comme on le dit dans le langage administratif. Ibrahima Fomba En effet, Ibrahima Fomba, puisque c’est de lui qu’il s’agit, devient conseiller technique, poste où il a été confirmé par le Conseil des ministres d’avant-hier, mercredi 28 février 2018. Quitter le poste de directeur national des Sports pur devenir simple conseiller, c’est loin d’être une promotion pour ce magistrat qui aurait certainement plus gagné en rejoignant des fonctions liées à sa formation, notamment le corps judiciaire. Nous n’osons pas croire quand même qu’il y a à boire et à manger au ministère des Sports pour accepter ce qui n’est pas loin d’une humiliation. Au fait, pourquoi son ami Poulo ne l’a pas appelé au ministère de l’Education nationale ? Ozone Mali : La société préposée au ramassage des ordures dans le district de Bamako brille par son impuissance à réaliser ce travail et des montagnes d’ordures poussent encore de partout dans la capitale malienne comme des champignons. La société Ozone qui commence à être une habituée de cette rubrique dans laquelle elle a été déjà épinglée, ne fournit aucun effort pour être à hauteur des attentes. Alors que la convention signée avec les autorités maliennes fait état de plusieurs milliards de nos francs à lui verser chaque année. Nous n’osons donc pas croire que cette société puisse évoquer le problème de moyens pour justifier sa léthargie qui pénalise les populations bamakoises. En tout cas, il est temps de revoir cette convention signée sur huit ans car avec la montagne d’argent qui l’accompagne (on parle de près de 9 milliards par an) il y a de quoi solutionner entièrement le problème des ordures ménagères au Mali en créant plein d’emplois rentables pour les jeunes, en lieu et place des miettes payées par Ozone. A suivre Cheick Modibo Diarra Dr Cheick Modibo Diarra Dr Cheick Modibo Diarra Après un long silence, le navigateur interplanétaire, comme aiment l’appeler ses fans, est sorti de son mutisme à l’occasion du 1er congrès ordinaire de son parti tenu le samedi dernier au Palais de la Culture qui a refusé du monde pour la circonstance. Mais comme au Mali les meetings et autres manifestations publiques ne constituent aucunement un baromètre politique…En tout cas, c’est un Cheick Modibo Diarra très en verve et pétillant de forme qui a été découvert lors de ces assises qui furent l’occasion pour lui de manifester son intention de participer à la prochaine présidentielle, même s’il s’abstient pour le moment de révéler la forme. En effet, il préfère, comme il l’a déclaré, attendre l’issu de négociations en cours dans le cadre d’un regroupement, pour savoir s’il en sera le candidat ou s’il devra soutenir le candidat choisi. Pour sûr, il sera donc au rendez-vous de juillet 2018. Alors, à suivre ! Habib Dembélé Habib Dembélé ou Guimba National pour les intimes et pressenti pour se présenter à la présidentielle de juillet 2018. Il ne fera que récidiver parce qu’il était déjà candidat lors de la présidentielle de 2002 qui avait porté le Général ATT au pouvoir pour son premier mandat de cinq ans. Habib Dembélé dit Guimba national Habib Dembélé dit Guimba national A cette occasion, Guimba National, malgré les faibles moyens dont ils disposaient, est arrivé devant plusieurs candidats qui sont des chefs de partis politiques et avaient étalé une certaine surface financière. Alors, du courage Guimba car le chemin du Palais de Koulouba n’est réservé pour personne. Surtout, si nos hommes politiques se distinguent de plus en plus comme de piètres comédiens, c’est donc normal que les bons comédiens, eux, tentent aussi de prendre leur place dans la politique nationale. Peut-être que, beaucoup plus sensibles aux préoccupations des populations dont ils sont poches, les feront moins souffrir de leurs décisions. La Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here