1er congrès ordinaire du RPDM : Dr Cheikh Modibo Diarra, nouveau pourfendeur du régime IBK

9
Le palais de la culture Amadou Hampaté Bah a servi de cadre le samedi 24 février dernier, à la cérémonie d’ouverture du 1er congrès ordinaire du Rassemblement pour le Développement du Mali. Plusieurs autres formations invités, qui partagent la ligne politique avec le Malien de la Nasa étaient présentes à l’ouverture. Ils veulent la réalisation de l’alternance. La cérémonie était placée sous la haute présidence du président du parti, Dr Cheick Modibo Diarra. Les militants et sympathisants sont venus des quatre coins de la république pour prendre part à ces assises C’est dans la droite ligne de rompre avec l’ancien système politique, de résoudre et de bien gérer les affaires publiques que le RPDM a vu le jour, selon son leader et la plupart des admirateurs qui l’accompagnent. Il s’agit bien d’une formation politique qui vise à conquérir le pouvoir en vue de restaurer les valeurs du Mali d’antan par une vision mieux adaptée aux réalités de l’heure. Dans son intervention Dr Cheikh Modibo Diarra n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a affirmé sans ambages que le Mali subit les assauts lâches et barbares des terroristes qui n’ont ni foi ni loi, avec son cortège de pertes en vie humaines tant chez les militaires que dans la vie civile. Dr Diarra, bien connu sur la scène nationale et internationale, n’a pas manqué de saluer le courage et la détermination des FAMAS et de leurs alliés, qui font preuve de dévouement jour après jour dans la lutte contre le terrorisme et pour l’unité nationale. « Notre parti est né d’un rêve qui est de faire du Mali un pays démocratique, qui donne une égalité de chance, un Mali qui rassemble ses enfants, un Mali où il fait bon vivre. Le RPDM n’a pas l’intention d’être un parti de trop sur l’échiquier politique. C’est pourquoi, nous renonçons au confort personnel au profit de l’intérêt collectif », a martelé devant un public tout à fait déterminé ; le président du RPDM. S’agissant de l’Accord d’Alger, le Président du PRPDM a eu sa propre lecture. Il apparait comme un « instrument juridique de sortie de crise, son application exige de concessions ». C’est la raison pour laquelle, il a invité les parties signataires à mettre le Mali au dessus de tout. Les crises scolaires n’ont pas été épargnées dans le discours de Cheick M. Diarra. Il a invité dans cette optique, tous les acteurs impliqués dans la gestion des affaires scolaires à conjuguer les efforts pour refonder l’école malienne et l’adapter aux besoins du Pays. Pour Dr Diarra, l’école ne doit pas être un lieu de formation des chômeurs. De ce point de vue, il fait remarquer que le Mali n’est pas un pays pauvre, car regorgeant de plusieurs potentialités pour amorcer son développement Une année électorale Compte tenu de 2018 qui est une année électorale, le président du RPDM a demandé aux autorités de reporter les élections régionales à une date ultérieure afin de se concentrer sur la présidentielle. Il a aussi invité le pouvoir en place de tout mettre en œuvre pour que la présidentielle, tant attendue, puisse être transparente, crédible et appuyée par des résultats qui ne souffriraient d’aucune contestation. Le Président du RPDM a révélé devant le public, la coalition à laquelle appartient sa formation politique, de 11 partis qui forment un destin commun sur la voie de la réalisation de l’alternance en choisissant un candidat unique. Rappelons que les partis amis invités pour la circonstance, ont exprimé leur soutien sans faille, au RPDM et à son chef Dr Diarra. Le Grand Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here