Réforme pénitentiaire : Emmanuel Macron veut repenser le sens de la peine

27
Donner plus de dignité aux détenus. Voilà l’engagement de Macron pris lors des campagnes présidentielles avant d’être évoqué à la prison de Fresnes le vendredi dernier lors d’une visite qu’il a eu à effectuer. Plusieurs réformes sont à l’ordre du jour. La surpopulation des espaces pénitentiaires français ne saute pas aux yeux du locataire de l’Élysée. À la prison de Fresnes où il s’était rendu vendredi dernier, le taux de surpopulation carcérale avoisine les 200% contre 120 % au niveau national. À cet effet, le jeune président français se lance dans une bataille consistant à refonder la politique carcérale. Ce que dénonce Emmanuel Macron, c’est aussi les conditions inhumaines de détention. S’il est vrai que toute personne possède une dignité, alors, les prisonniers en tant que des êtres humains méritent tout le respect que nous devons aux autres. Il s’engage à bannir les peines infligées simplement par émotion. Repenser l’espace pénitentiaire constitue l’objectif numéro 1 du locataire de l’Élysée. Cela se voit à travers ses propos : « Il y a une chose essentielle dans notre pays, c’est penser le sens de la peine. Nous devons rompre avec la vision utilitariste de la peine, symptomatique, politico-médiatique et revenir à ses fondamentaux. Elle n’est pas là pour répondre à une émotion, pour avoir un écho. Elle doit reposer sur des piliers stables, correspondre à un moment d’un individu. » Dans sa réforme, le chef de l’État français entend mettre fin aux incarcérations d’un mois ou moins. Ces genres de peines pourront se faire hors de la prison à travers des mécanismes qui seront mis en place comme le système de contrôle à travers les bracelets électroniques. Les délits légers pourront être sanctionnés par des amendes au lieu d’un emprisonnement. Afin de lutter contre la surpopulation, Macron va augmenter les places de prison. La France se verra doter de 7000 nouvelles places prêtes à accueillir les détenus. Ce nombre reste quand même inférieur à ses promesses de campagne qui étaient de 15 000 places. Outre tous ceux-ci, la rééducation des incarcérés est à l’œuvre également dans sa réforme pénitentiaire. Il faudrait donner l’opportunité aux détenus de mener des activités ou d’apprendre des métiers. Leur droit de vote doit être garanti. Emmanuel Macron, à travers cette politique de refondation de l’espace carcérale ne met-il pas ses pieds sur les traces d’un illustre écrivain de son pays, Michel Foucault. Celui-ci a également proposé des pistes pour repenser voire moderniser les conditions de détention. La prison ne doit pas être un espace de punition uniquement, mais de rééducation afin d’assurer aux prisonniers une réinsertion sociale garantie. Cette modernisation proposée il y a déjà quelques années est sur la voie de devenir une réalité. Foucault devrait s’en réjouir. Cette réforme qu’entreprit le chef de l’État français intervient après plusieurs mouvements de protestations de la part des gardiens de prison et dans les établissements pénitentiaires. Des mouvements dénonçant les conditions exécrables de détention. Cette nouvelle politique reçoit dès lors l’approbation de l’union Syndicale des magistrats qui limite ses conditions aux moyens. Elle recommande que les moyens nécessaires soient mis à sa disposition pour la bonne exécution de ces réformes. Fousseni TOGOLA

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here