6ème session du Conseil d’administration de l’Institut national de formation judiciaire, Me Demba Diallo, (INFJ)

32
L’Institut National de Formation Judiciaire, Me Demba Diallo, (INFJ) a tenu le jeudi 8 mars 2018 la sixième session ordinaire de son Conseil d’Administration. Présidée par M. Hamidou Yanoussa Maiga, ministre de la Justice, la rencontre s’est ouverte en présence du Dr Toubaye Koné, directeur général de l’INFJ et des autres administrateurs de la structure. Cette session avait à son ordre du jour l’examen et l’adoption du procès-verbal de la précédente séance, le programme d’activités et le projet de budget pour l’exercice 2018. Pour le président du Conseil d’administration de l’INFJ et non moins ministre de la Justice, M. Hamidou Yanoussa Maiga, la présente session se tient à un moment décisif dans l’évolution de l’Institut qui est désormais au service de l’ensemble des acteurs de la justice. Pour l’atteinte de cet objectif, dira le ministre Maiga, l’INFJ a besoin d’une prise en main totale et également de se positionner au cœur de la politique de formation du département de la Justice. «Les différentes actions vont, à ce titre, s’inscrire dans une réforme en profondeur de l’institut. C’est pourquoi, il doit mener une réflexion stratégique sur la conduite du changement et susceptible de mettre en œuvre un management efficace capable de faire le meilleur usage des apports de l’Etat et des partenaires techniques et financiers», dira le ministre. Pour lui, l’Institut doit s’imposer l’ambition de former des femmes et des hommes capables d’assumer, avec excellence, les immenses responsabilités que la société va leur confier. C’est pourquoi, dit-il, l’INFJ doit se donner les moyens humains et financiers pour faire face aux besoins de formation des auditeurs de justice et de l’ensemble du corps de la magistrature. Cela, dans le cadre d’un programme de mise à niveau, avec pour objectif le respect du serment professionnel qui les engagent tous à se «conduire en tout, en digne et loyal magistrat. En outre, indiquera le ministre, «après avoir traversé une période de turbulences suite à la crise de 2012, il est temps que l’Institut reprenne de la force et redevienne le centre de toute formation destinée aux acteurs de la justice. Pour lui, un effort vient d’être réalisé par le recrutement de 40 auditeurs de justice et cela continuera par le recrutement et la formation de nouveaux auditeurs, des greffiers et des secrétaires de greffes et parquets pour l’année 2018. Au plan financier, il faut retenir que le budget de l’Institut a été équilibré en recettes et en dépenses à 1 milliard 74 millions 722 mille F CFA contre 1 milliard 41 millions 328 mille F CFA en 2017, soit une croissance de 3,21%. Cela s’explique, d’une part, par l’augmentation de la ligne de crédit destiné à la formation qui passe de 33 millions 200 mille F CFA en 2017 à 58 millions 200 mille en 2018 et, d’autre part, par une prévision de 16 millions de F CFA en ressources propres. Ce qui permettre d’améliorer et de renforcer les conditions de travail et d’accueil des auditeurs de justice et des autres apprenants qui relèvent du département de la Justice. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here