Faculté de médecine et d’Odontostomatologie: la 9E promotion baptisée par Ibrahim Ag Alwata

18
Parrainée par le Pr Samba Ousmane SOW, ministre de la Santé et de l’hygiène publique, la 9e Promotion du Numerus clausus de la Faculté de médecine et d’odontostomatologie, baptisée feu Pr Ibrahim Ag ALWATA, a célébré, hier jeudi, dans l’amphi de ladite Faculté, sise au Point G, sa sortie officielle, avec pour thème : « La profession du médecin : quelle place dans le Mali de demain ? ». Présidée par le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, Dr Mama COUMARE, l’exaltante cérémonie s’est déroulée en présence du représentant du ministère de l’Enseignement et de la recherche scientifique ; du doyen de la FMOS, Seydou DOUMBIA. On y notait également la présence d’éminentes personnalités du monde de la médecine, des amis, parents et connaissances (dont la veuve Mme ALWATA, les anciens Premiers ministres Ag HAMANI et Ousmane Issoufi MAIGA, d’autres parents venus de son Gabéro natal) ; le secrétaire général du Comité AEEM de la Faculté, le des étudiants finalistes, etc. Selon le président de la promotion, section médecine, Tounko FAYINKE, sans prétention, mais avec beaucoup d’ambitions, leur promotion s’est donnée comme devise et slogan : « marcher avec notre siècle qui avance allègrement vers une mondialisation aux exigences pédagogiques et techniques qui s’appliquent à tous ». D’où, pour lui, le choix du thème : « La profession du médecin : quelle place dans le Mali de demain ? ». « Rares sont les médecins en activités qui n’ont pas reçu d’enseignement du feu Pr ALWATA », a fait savoir M DANSOKO. Et d’ajouter : « Parce que transmettre le savoir, le savoir-faire et le savoir-être requiert un professionnalisme. Laissez-nous exprimer notre profonde gratitude à la famille du feu Pr Ibrahim ALWATA. Aussi, a-t-il remercié et félicité tous les professeurs, notamment le parrain Samba Ousmane SOW et d’autres, qui ont contribué à leur formation. Enfin, il a invité ses promotionnaires à doubler d’effort en cette période de mondialisation et de compétition sans pitié ; à respecter cette profession de médecine en guise de récompense la profession leur rendra ; à bien suivre les traces de leurs professeurs qui n’ont jamais violé le serment Hippocrate. Quant au secrétaire général du comité AEEM de la FMOS, Abdoulaye Fantamady DANSOKO, il a rendu un vibrant hommage aux vaillants maîtres et à tout le corps administratif de la FMOS : à l’impossibilité de récompenser tous leurs efforts individuels et collectifs pour l’épanouissement de nos facultés. Voici, pour lui, l’occasion de leur prouver à jamais combien de fois, ils leur sont reconnaissants. «Soyez en rassurer que cette promotion aura à même de traduire vos sacrifices en bonheur de nos populations », a-t-il soutenu. Le leader de l’instance revendicatrice des deux facultés, M. DANSOKO, a déploré les situations précaires et les mauvaises conditions que leurs camarades de la 9e promotion ont affrontées tout le long de leur cycle. Il a invité les deux responsables ministériels et le corps administratif à trouver des solutions à ces situations alarmantes. Le Pr Ibrahim Ag ALWATA, traumatologue, a rappelé le secrétaire général du ministère de la Santé, dont la 9e promotion porte désormais le nom, a été d’abord technicien supérieur de santé, médecin généraliste, Maître de conférences. Aussi, dira le Dr COUMARE, leur parrain a servi dans plusieurs localités du Mali avec dévouement et abnégation pour enfin prendre sa retraite au service de traumatologie de l’hôpital Gabriel TOURE. « Ce scientifique hors pair n’a jamais couru derrière la gloire, mais est resté simplement dans la constance des prouesses scientifiques. Le travail titanesque qu’il a abattu en matière de traumatologie dans notre pays, a convaincu plus d’un sur le sens du devoir et du sacrifice de ce disciple d’Hippocrate», a témoigné le secrétaire général du département de la Santé. S’adressant aux étudiants finalistes, le Dr COUMARE dira que leur promotion porte le nom d’un illustre homme, qui a œuvré pour la valorisation de la profession médicale. Les diplômés de cette promotion, a-t-il souligné, verront leurs destinées confondues d’avec l’expérience de cet homme plein de qualités sociales et professionnelles, largement évoquées par tous les intervenants qui ont un moment donné côtoyés ALWATA. Selon le Dr COUMARE, le choix du Pr Samba Ousmane SOW, comme parrain, qu’il représente, traduit la volonté des jeunes sortants de se faire identifier à des références de la santé d’hier et d’aujourd’hui. En tout cas, est-il convaincu, ces deux personnalités partagent en commun les mêmes valeurs cardinales. L’historique de la Faculté ; les émouvants témoignages des parents, amis d’enfance et anciens étudiants et des prestations musicales, qui ont fait couler les larmes de la veuve ALWATA, ont été les autres temps forts de la cérémonie qui s’est poursuivie avec la conférence-débat sur le thème. L’expression numerus clausus provient du latin où elle signifie littéralement «nombre fermé». Elle caractérise la limitation, décidée par une autorité publique ou professionnelle, du nombre de personnes admises à concourir, à exercer une fonction ou un métier, à recevoir un grade, etc. Cette limitation, exprimée par la fixation d’un effectif limite, est censée permettre le déploiement de moyens nécessaires et suffisants pour répondre aux besoins. Par Sékou CAMARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here