Mouvement pour l’Union des Maliens (MUM) dans la région de Mopti : Cheick Arouna Sankaré, plus que jamais engagé pour la paix entre les Maliens

17
Sur initiative du président du Mouvement pour l’Union des Maliens (MUM), M.Cheick Arouna Sankaré, une caravane de mobilisation et de sensibilisation pour la paix et la cohésion sociale a sillonné les 8 cercles de Mopti. Le clou de cette caravane fut le grand meeting, tenu le samedi 24 février dans la ville de Mopti. Cette caravane du MUM a pu être organisée grâce au partenariat avec le ministère de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale et le projet d’appui à la stabilisation et à la paix du GIZ. Lors du meeting de Mopti, le président du MUM a affirmé que son mouvement est né de la volonté de ses membres à promouvoir l’unité et l’union des Maliens sans distinction de sexe, de race et de religion. Un mouvement qui se donne comme priorité, la consolidation de la paix, la cohésion sociale et la promotion du vivre ensemble. D’où son soutien à toutes les initiatives allant dans ce sens. Selon lui, la finalité recherchée par son mouvement est d’amorcer un développement global et durable dans toutes ses zones d’intervention. « Cette rencontre vise à établir un dialogue fécond entre nous fils de la région de Mopti, de redéfinir nos rôles et nos responsabilités dans la gestion des défis sécuritaires qui prévalent sur le terrain » a déclaré le président du MUM lors de ce meeting. Parce que, selon lui, l’urgence s’impose d’initier cette campagne pour relancer le dialogue social, de consolider les acquis déjà existants tout en instituant une série de mesures visant à réduire au minimum les facteurs liés à l’insécurité. C’est pourquoi selon lui ce dialogue interethnique va permettre à tout un chacun de parler librement sans contraintes, d’évoquer les réalités et de faire des propositions de solutions à l’endroit des décideurs. Dans la même dynamique, M. Sankaré a déclaré que la consolidation des acquis afin de préserver la paix sociale et le vivre ensemble pacifique est un impératif incontournable et exige une implication effective de tous les Maliens. Pour lui, au Mali, il n’y avait pas d’associations des Bambaras ni de groupements de Peulhs, encore moins de collectif des Dogons. Même si au lendemain de l’avènement de la démocratie, on a assisté à la prolifération des groupements ou des associations, toutes ces structures associatives doivent contribuer à aider les autorités dans la mise en œuvre de leur projet de société. Selon lui, parmi les accords signés pour la paix et la réconciliation nationale le plus inclusif est la signature de l’accord d’Alger paraphé à Bamako le 15 mai et signé le 30juin 2015 (Date du paraphe à Alger et de la signature à Bamako par le gouvernement à vérifier). A cet effet, selon le président du MUM, la mise en œuvre de cet accord interpelle tous les Maliens. Les difficultés rencontrées pour cela, selon Cheick Arouna Sankaré, sont liées à sa mauvaise lecture et aux campagnes de désinformation de la population par les ennemis de la paix. Pour pallier celles-ci, il a invité tous les Maliens épris de paix et de justice à une appropriation de cet outil précieux pour la stabilisation. Lors de ce meeting, M. Sankaré a tenu à remercier et féliciter le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita pour ses efforts dans l’opérationnalisation de la force G5 Sahel. Une force, selon lui, qui constitue une aubaine dans la gestion de cette crise. Il a aussi adressé ses reconnaissances au ministre de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale, le partenaire Allemand(GIZ) pour leur accompagnement dans la réussite de cette caravane. Par Fatoumata COULIBALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here