Présidentielle au Mali : Kalfa Sanogo investi candidat à la primaire de l’Adema

23
Le maire de Sikasso, Kalfa Sanogo, a officiellement été investi candidat à la primaire de l'Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ), ce samedi, par la section de sa ville. Le parti, principal allié de la formation d'Ibrahim Boubacar Keïta, présentera bien un candidat à la présidentielle du 29 juillet. Kalfa Sanogo a été officiellement investi candidat à la primaire de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ) par la section de Sikasso, ce samedi 10 mars, ville dont il est le maire. Plusieurs autres candidats se sont déjà déclarés pour porter les couleurs du parti à la présidentielle malienne du 29 juillet : Moustapha Dicko, ancien ministre et Dramane Dembélé, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2013. Le nom de Dioncounda Traoré, ex-président de la transition, circule également comme potentiel candidat à cette primaire du parti de l’abeille, jusque-là principal allié du Rassemblement pour le Mali (RPM), parti au pouvoir. Kalfa Sanogo a deux atouts majeurs : il est le maire d’une capitale régionale considérée comme l’une des plus importantes en nombre d’électeurs inscrits ; et il est l’ancien PDG de la Compagnie malienne de développement textile (CMDT) et dispose ainsi d’un réseau conséquent. « Il y aura élection » Le même jour, ce samedi 10 mars, une centaine d’associations de la majorité présidentielle apportaient leur soutien à une candidature du président Ibrahim Boubacar Keïta à cette élection. Par ailleurs, lors d’une rencontre samedi à Bamako avec des associations pour la jeunesse, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a réaffirmé que le scrutin aurait lieu à la date prévue, soit le 29 juillet prochain. Même si le président IBK est le seul candidat, il y aura élection », a déclaré le Premier ministre « Ceux qui veulent le pouvoir sans aller aux élections n’ont qu’à le savoir », a-t-il lancé à l’intention de l’opposition, au cas où celle-ci envisagerait un boycott pour obtenir un report du scrutin. « Même si le président IBK est le seul candidat, il y aura élection », a-t-il insisté. En savoir plus sur http://www.jeuneafrique.com/541287/politique/presidentielle-au-mali-kalf...
Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here