62e Session du statut de la femme à l’ONU: le Mali fortement représenté

11
Le siège des Nations Unies à New York abrite, depuis lundi 12 mars, la 62e session sur le statut des femmes. Le Mali est fortement représenté par une forte délégation conduite par Mme la ministre en charge de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille et une dizaine d’ONG. Le thème de cette année est : « La participation et l’accès des femmes aux médias et aux technologies de l’information et des communications, les incidences de ceux-ci et leur intérêt pour la promotion et l’autonomisation des femmes ». Outre ce thème, il s’agit aussi pour les participantes de ce rendez-vous de se pencher sur les possibilités à exploiter pour parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural. Au cours de la session annuelle de la Commission, d’une durée de deux semaines, des représentants des États membres des Nations Unies, d’organisations de la société civile et d’entités des Nations Unies se réunissent au siège de l’ONU à New York. Ils évaluent les progrès réalisés et les écarts à combler dans la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing de 1995, notamment le document de référence en matière de lutte pour l’égalité des sexes à l’échelle internationale. La 23e session extraordinaire de l’Assemblée générale qui s’est tenue en 2000, à Beijing, ainsi que les nouveaux enjeux qui touchent l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes seront aussi au menu des débats. Les États membres conviennent des mesures à adopter pour accélérer les progrès et promouvoir la pleine jouissance par les femmes de leurs droits politiques, économiques et sociaux. Les conclusions et les recommandations de chaque session sont transmises à l’ECOSOC afin qu’il en assure le suivi. Pour le MALI, il s’agira de la participation des femmes dans le processus de paix et de sécurités, de la lutte contre les violences basées sur le genre dont des femmes du Mali ont été victimes ces derniers mois. Pour les ONG, il s’agira de la lutte contre ce que les femmes ont subi pendant la crise multidimensionnelle de 2012, notamment dans les régions du Nord. Le mariage précoce des filles et les MGF seront aussi à l’ordre du jour. « Plus de vingt ans après la tenue de la conférence de Beijing, des progrès ont été réalisés, mais nous sommes très loin de l’égalité. La violence à l’égard des femmes continue de briser des vies dans le monde entier, les conflits et les courants fondamentalistes ébranlent les acquis. Beaucoup de défis pointent à l’horizon face à l’égalité Homme/Femme proclamée par les Nations Unies d’ici à 2030 », a déploré Mme Bintoufouné BOUARE de l’ONG WILDAF qui participe aux travaux de cette 22e session. Les participantes maliennes sont donc décidées à changer la donne en faveur des Africaines en générale et des Maliennes en particulier. Signalons que la commission des travaux adopte des programmes de travail pluriannuels pour évaluer les progrès réalisés et émettre de nouvelles recommandations en vue d’accélérer la mise en œuvre du Programme d’action. Ces recommandations prennent la forme de conclusions négociées et concertées sur un thème prioritaire. Quant aux travaux spécifiques, ils porteront sur le renforcement des capacités concernant l’intégration d’une perspective de genre dans tous les programmes et politiques adoptés, de nouvelles questions ayant des incidences sur l’égalité des sexes. Ainsi, le Bureau de comité examinera, à huis clos, le rapport de son Groupe de travail sur les communications, pour convenir des mesures visant à promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes par l’adoption de conclusions concertées et de résolutions. Signalons que le Bureau de la Commission joue un rôle crucial dans la préparation des sessions annuelles de la Commission et contribue grandement à en assurer le succès. Les membres du Bureau sont nommés pour deux ans. En 2002, afin d’améliorer son travail et d’assurer la continuité, la Commission a décidé d’organiser la première réunion de sa session suivante juste après la clôture de la session ordinaire, dans le but d’élire le nouveau Président et les autres membres du Bureau. Ledit Bureau de cette 62e session de 2018 est composé des représentants de chaque continent. Ainsi, le continent africain est représenté par Mme KOKI Muli GRIGNON du Kenya. PAR CHRISTELLE KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here