Candidat à la candidature du Pasj : Le vieillard va-t-il se faire hara-kiri ?

13
L’homme semble un éternel insatisfait. C’est le moins que l’on puisse dire si le professeur Dioncounda Traoré venait à se présenter aux primaires de l’Adéma Pasj. Membre fondateur incontournable de ce parti, celui-ci lui a également tout offert. Au crépuscule de sa vie, il doit penser à autres choses. Mais, vouloir encore être candidat de ce parti n’est-ce pas synonyme de se faire hara-kiri ? "En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque vivante qui brûle.", a dit Amadou Hampaté Bah. Après une période de turbulence pour se choisir un candidat, l’Adéma Pasj a finalement opté pour ce choix. Depuis, les fronts se sont créés. Les pros et les contres de cette offre. Si depuis belle lurette, Pr. Moustapha Dicko, Kalfa Sanogo, Mme Konté Fatoumata Doumbia ou encore Dramane Dembélé entre autres sont dans cette lutte ; les ministres dans le gouvernement IBK et leurs alliés pensent autrement. Alors, tout a été planifié pour que les pros candidatures à l’interne cèdent. Malheureusement, déterminés, engagés à relever le défi, ils y parviennent. Aujourd’hui, ils sont tous sur la ligne de départ dans l’objectif de faire respecter le parti et de redorer son blason. Le parti qui a perdu sa crédibilité à cause du suivisme instauré depuis la fin de mandat d’Alpha Oumar Konaré à la tête de l’Etat du Mali en 2002. En effet, il nous revient que des millions de francs sont en train d’être distribués à travers la République pour permettre à Dioncounda Traoré d’être candidat. Et au bout du rouleau qu’il s’efface pour permettre au président sortant de la République Ibrahim Boubacar Kéïta de profiter de l’expertise et du soutien de la bête électorale qu’est l’Adéma Pasj. C’est normal pour tous les militants de se porter candidat pour la cause du parti. Cependant, chaque chose a son temps. Notamment au Mali, les vieilles personnes jouent le rôle d’avant-gardiste. Nous estimons donc que le vieux professeur qui a eu tous les honneurs, souvent contre vents et marées, ne doit plus tomber dans la désuétude. Il doit savoir raison garder pour lui-même, pour sa famille et l’avenir du parti. Car, l’erreur est humaine mais persister dans l’erreur est diabolique. A bon entendeur salut! Boubacar DABO Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here