Flash – Kidal : Le PM attendu le 22 mars

34
Le premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga est attendu à Kidal le 22 mars prochain. Selon les autorités locales, cette visite s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix. Sa sécurité devrait être assurée par les membres de la Coordination des Mouvements de l’Azawad CMA. SAHEL Barkhane annonce la « neutralisation » de plusieurs djihadistes Les forces armées françaises déployées au Sahel pour l'opération Barkhane ont tué ou capturé en un mois une soixantaine de jihadistes dans la "zone des trois frontières" aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. "Depuis le 15 février, une soixantaine de terroristes ont été mis +hors de combat+ (tués ou capturés)" et "des matériels saisis ou détruits: des pickups, des motos, des équipements individuels ou collectifs, du matériel nécessaire à la confection d'engins explosifs improvisés", a détaillé le colonel Patrik Steiger dans un point presse du ministère français des Armées. Du 9 au 12 mars, deux opérations menées au sud de l'axe Ansongo-Menaka (nord-est du Mali) "aux côtés des forces armées maliennes, en lien avec les forces armées nigériennes", ont notamment "permis de mettre hors de combat une dizaine de terroristes", appartenant "vraisemblablement" au groupe État Islamique au Grand Sahara (EIGS), a-t-il déclaré. Le 17 février (bien le 17), "une dizaine de jihadistes" avaient été tués dans le nord-est du Mali par l'armée française. Deux autres opérations antijihadistes ont également eu lieu les 22 et 25 février, selon l'état-major. MINUSMA Le Canada en renfort… Le Canada a officiellement "notifié", vendredi dernier, aux Nations unies son "intérêt" à participer à la mission de maintien de la paix au Mali, et enverra des troupes et des hélicoptères dans ce pays d'ici l'automne. Les détails sur les effectifs ne sont pas connus. L'engagement du Canada au Mali sera "temporaire", avec l'intention d'être relevé au bout d'un an, et constituera la mise en oeuvre de la stratégie annoncée l'automne dernier par le Premier ministre Justin Trudeau à Vancouver, selon un responsable canadien. Le Canada a fait part en novembre dernier de son intention de renforcer son soutien aux missions de maintien de la paix en mobilisant 200 soldats, en favorisant la présence féminine au sein des Casques bleus ainsi qu'en fournissant du matériel et de l'entraînement militaire. L'armée canadienne enverra des soldats, des policiers et des hélicoptères sous commandement de la Minusma "autour de l'été ou de l'automne", selon le responsable. Elle agira dans un rôle "de soutien logistique et d'assistance". Le déploiement au Mali sera la première mission de paix des Forces armées canadiennes en Afrique depuis celle qui avait avorté au moment du génocide au Rwanda en 1994. AFFRONTTEMENT INTER-INTERCOMMNAUTAIRE Les peulhs dénoncent l’amalgame Les Peuls sont en colère. Ils dénoncent les amalgames qui tuent. Rien que la semaine dernière, plus de 25 d'entre eux ont été assassinés, soit sans raison, soit parce qu'ils sont accusés de collusion avec les jihadistes. Et lors d’un rassemblement, le jeudi dernier à Bamako, plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur ras-le-bol vis-à-vis de cette situation. C'est depuis 2015 que cet amalgame a fait surface au Mali, suite à l'émergence du Front de libération du Macina, un groupe terroriste composé essentiellement de Peuls, qui agit dans le centre du pays. Une région gangrénée aujourd'hui par l'insécurité. Et si des Peulhs sont affiliés aux groupes terroristes, la plupart des Peulhs sont aujourd'hui des victimes et c'est ce que tenaient à rappeler les manifestants. Victimes d'abord des jihadistes qui ont forcé certains chefs de villages peulhs à déménager, qui ont tué des habitants pour avoir informé l'armée, ou des religieux qui refusaient leur diktat. Victimes parfois d'exactions de l'armée également, par amalgame toujours. MIGRANTS Alger continue ses expulsions… L'Algérie expulse depuis le début de l'année des migrants sub-sahariens de son territoire. Jusqu'à présent, les migrants étaient amenés jusqu'à la frontière avec le Niger. Mais la semaine dernière, un groupe de migrants a été expulsé à la frontière malienne. Dans la capitale algérienne, mais aussi à Tamanrasset, au sud du pays, les arrestations sont désormais régulières. De nombreux migrants sub-sahariens sont interpellés sur les chantiers où ils travaillent, puis regroupés avant d'être emmenés jusqu'à la frontière avec le Niger. Mais la semaine dernière, c'est un groupe d'hommes arrêtés à Ghardaia, à 600 kilomètres au sud de la capitale qui a été expulsé à la frontière avec le Mali. Plus de 120 personnes, des Maliens, mais aussi des Guinéens, des Ivoiriens, des Gambiens des Sénégalais et des Burkinabè ont été emmenés jusqu'à Bordj Badji Mokhtar, côté algérien, puis ils ont dû marcher jusqu'à In Khalil, côté malien. Selon un communiqué de Human Rights Watch, ces migrants ont voulu rejoindre Gao. Ils ont alors payé un transporteur privé. Mais ils ont été attaqués par des hommes armés sur la route. Après deux jours de voyage, ils sont arrivés à Gao où ils ont été pris en charge par des associations. A Bamako, un groupe constitué d'anciens migrants a manifesté mardi devant l'ambassade d'Algérie pour protester contre les conditions d'expulsions. SANTE L’épidémie de rougeole s’étend La situation de l'épidémie de rougeole continue de s’étendre au Mali. 313 cas suspects ont été signalés. Sur 249 prélèvements, 84 cas positifs ont été déclarés avec 0 décès. L'information a été donnée par la direction nationale de la santé. Une opération ponctuelle de vaccination est en cours pour répondre à cette menace au niveau des districts sanitaires dans lesquels le seuil a été atteint. YOROSSO Les FAMa renforcent leur présence Une forte présence des militaires est signalée à Yorosso depuis le mardi dernier; cela après une menace des groupes terroristes dans la localité. Cinq communes du cercle de Yorosso font frontières avec le Burkina Fasso et une autre avec le cercle de Tominian. Les forces de l'ordre demandent la collaboration de la population. TESSIT Difficultés financière à la mairie La mairie de la commune rurale de Tessit dans le cercle d'Ansongo est confrontée à des difficultés financières dues à la crise qui sévit dans la zone. Une situation qui impacte sur le fonctionnement du service avec comme conséquence l'irrégularité des salaires des agents. Les autorités communales s'alarment de la situation et estiment que ces difficultés sont liées au non-paiement des impôts. MACINA Des suspects appréhendés Les chasseurs ont pris d’assaut, le vendredi dernier, le marché de Matomo, suite à des informations selon lesquelles 6 présumés djihadistes seraient présents dans la localité. Selon des sources locales, ils ont arrêté trois personnes suspectes et un notable du village accusé d’être un complice des djihadistes. KAYES Saisie de médicament 40 cartons remplis de tramadole ont été saisis le vendredi dernier à Kayes par l'Antenne Régionale de l'Office Central de Lutte contre les Stupéfiants. Le Tramadol est un médicament connu pour lutter contre les douleurs. Ces cartons étaient en partance pour Bamako. Ils ont été saisis sur un commerçant qui a été mis à la disposition de la justice. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here