A la Une: le Mali gangréné par les conflits intercommunautaires

25
« Ce qui préoccupe aujourd’hui la Nation malienne, pointe le quotidien malien Le Sursaut, ce sont la perte, de facto, des régions du Nord », mais aussi « l’insécurité qui fait vivre dans l’angoisse dans le Centre du pays. Des Bozos contre des Peuls (dans le cercle de Djenné), des Dogons contre des Peuls (dans le cercle de Koro), des Bamanans contre des Peuls (à Niono), des Sonrhaïs contre des Arabes (à Gao) : le spectre des conflits intercommunautaires s’est déployé sur certaines de nos contrées, conséquence de l’extrême affaiblissement de l’autorité de l’Etat. Cela ne date pas d’aujourd’hui. Par le passé, cela a même été encouragé par le pouvoir, déplore Le Sursaut. La tendance à favoriser les affrontements intercommunautaires atteindra son paroxysme à la suite de l’invasion de 2012. Le pouvoir n’hésite pas à traiter avec des narcotrafiquants libérés de prison, à garantir leur immunité en les faisant siéger dans des assemblées, mais à une condition : qu’ils aident à constituer des milices. Conséquence de l’adoption d’une telle attitude : le rôle de l’armée nationale se trouve minoré. » Alors, s’exclame Le Sursaut, « comment en ces moments tragiques ne pas rappeler les qualités de notre peuple dont, en particulier, son attachement à un ensemble de valeurs fondement de l’humanisme soudanais ? Puissent nos gouvernants restaurer les conditions de la renaissance afin que le Mali redevienne ce bloc sans couture contre lequel plus d’un envahisseur a épuisé ses armes en vain. » Personne ne veut baisser les armes Le week-end dernier, rapporte le RépublicainMali, autre périodique malien, l’opposition a dénoncé « ces affrontements intercommunautaires meurtriers. » Selon elle, « le président de la République et ses gouvernements successifs de 2015 à nos jours sont entièrement responsables de ce sombre tableau. A cet effet, l’opposition a invité le gouvernement à désarmer tous ceux qui détiennent illégalement des armes de guerre et à éviter l’instauration d’une politique de “deux poids, deux mesures”. » Certes, le gouvernement malien a engagé « un processus d’apaisement », comme le souligne le Zénith Balé, notamment « suite aux conflits interethniques entre les Dogons et les Peuls dans les cercles de Koro et de Douentza. » Mais, « sur le terrain, pointe le site Mondafrique, la voix des chefs communautaires de Bamako n’a pas beaucoup de portée. » Témoin, la réaction de Moïse, interrogé par Mondafrique. C’est le chef de Dan na ambasagou, le groupe d’autodéfense qui réunit les chasseurs des quatre cercles du pays dogon. Pour lui, ces opérations, qui visent les « djihadistes-malfaiteurs » majoritairement composés de Peuls, sont nécessaires pour ramener la sécurité dans ces zones où l’État est absent. En clair, les Dogons refusent d’être désarmés. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here