Porte-parole De Yiriba Koro, Sidiki Kouyaté : « La crise au Mali est née de la volonté manifeste des autorités françaises voulant pérenniser le colonialisme jusqu’à la fin des temps chez les peuples dominés…. »

19
Yiriba Koro est un collectif qui veut porter haut la voix du peuple malien. Pour expliquer les origines et la nature de la crise malienne, le collectif a organisé une conférence samedi 17 mars 2018 au Carrefour des jeunes de Bamako. Le porte-parole de Yiriba Koro, Sidiki Kouyaté, a indiqué que la crise malienne est montée de toute pièce. « La crise au Mali est montée de toute pièce. Elle est née de la volonté manifeste des autorités françaises voulant pérenniser le colonialisme jusqu’à la fin des temps chez les peuples dominés », a déclaré d’entrée de jeu le porte-parole de Yiriba Koro, Sidiki Kouyaté. Pour arriver à une meilleure compréhension des crises que traverse le Mali, M.Kouyaté a remonté les faits jusque dans la nuit des temps. « Ces crises trouvent leur origine dans les années 1958-1960. Le projet de création d’une Organisation Commune des régions sahariennes (OCRS) ayant fait échec à cause du refus des indépendantistes, la France a alors proposé trois choix aux peuples colonisés : devenir des Territoires ou des Départements d’outre-mer en intégrant la République française, devenir des États associés ou encore devenir des États totalement indépendants », explique-t-il. Avant d’indiquer que le Mali a opté pour la seconde proposition jusqu’en 1960, année à laquelle les Maliens pensaient enfin retrouver leur indépendance totale. « Or, cette possibilité est inadmissible aux yeux des Français. La tendance socialiste adoptée par le Mali était contraire aux visions du colonisateur. En conséquence, De Gaulle, président français à l’époque, n’a pas tardé à envoyer son Premier ministre, André Malraux pour dire aux Maliens toute sa désapprobation face à la politique de son ex-colonie à son égard », explique M.Kouyaté. Et de souligner : « qu’à travers tout ce processus, de la création de l’OCRS jusqu’au problème Azawad avec l’avènement d’Iyad, le Mali s’est laissé avoir. C’est dans ce contexte que les conférenciers ont tenu à rappeler les hommes des médias cette pensée d’Amadou Traoré : « La méthode pour recoloniser un pays : instrumentaliser un gros désordre et lui proposer une aide. Résultat : on est gagnant sur toute la ligne. Le plus triste, c’est la misère qui perdure dans le pays colonisé. Belle partie de poker menteur ! ». Parlant de l’Accord pour la paix et la réconciliation d’Alger, M.Kouyaté a indiqué « cet accord est signé sans l’aval du peuple malien et qui leur fait prendre dans leurs propres pièges ». FousseniTogola

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here