Rencontre internationale sur la réforme du secteur de la sécurité : Les derniers réglages en cours

34
En prélude à l’atelier de haut niveau sur la réforme du secteur de la sécurité, prévu du 27 au 29 mars courant à Bamako, une réunion préparatoire se tient, depuis hier mardi, dans les locaux du Commissariat à la réforme du secteur de la sécurité. Elle regroupe une quinzaine de participants qui vont examiner, deux jours durant, les documents à soumettre à cet atelier de haut niveau. Il s’agit, en l’occurrence, Dans ses propos introductifs, M. Diallo a rappelé que l’avant-projet de stratégie nationale a été déjà discuté à la faveur de plusieurs rencontres au niveau national. Et les riches contributions apportées par les uns et les autres ont pratiquement permis de remodeler le document. «L’atelier de haut niveau sera l’occasion de présenter encore ce document afin de recueillir des observations pour finaliser le projet de stratégie qui sera soumis à l’approbation du Conseil national pour la réforme du secteur de la sécurité», a-t-il expliqué. Aussi, l’atelier de haut niveau aura-t-il à examiner les notions «d’armée nouvelle reconstituée» et de «police territoriale», évoquées dans l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Selon l’inspecteur général Ibrahima Diallo, des exposés seront faits sur ces notions par le ministère de la Défense et des Anciens combattants et celui des Collectivités territoriales. «Il faudrait que les trois parties signataires de l’Accord s’entendent sur ces deux notions», a-t-il insisté. De son point de vue, la notion de «police territoriale» n’est autre que la mise à «disposition des collectivités» d’une police qui «puisse les aider à assurer leurs missions administratives». Quant à la notion «d’armée nouvelle reconstituée», elle renverrait plutôt à la «question de déploiement des hommes». «Pour chaque secteur, il faut tenir compte des dangers, des compétences qu’il faut ; des unités qu’il faut y déployer… Tout cela est extrêmement important pour avoir une armée capable de faire face aux menaces», a-t-il détaillé. La rencontre internationale va regrouper les membres du Commissariat à la réforme du secteur de la sécurité, du Conseil national de la réforme du secteur de la sécurité ainsi que d’autres personnalités. «Nos partenaires (Minusma, EUTM, NDI, Union africaine…) et les ambassades seront également invités pour apporter leurs contributions à cet important travail qui nous permettra d’avoir une vision commune», a indiqué Ibrahima Diallo. Issa DEMBÉLÉ Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here