Le Premier ministre dans la Région de Kidal aujourd’hui : Les enjeux et les attentes

19
La Région de Kidal que le Premier ministre visite aujourd’hui, plus de 3 ans après l’expérience malheureuse de Moussa Mara (alors à la tête du gouvernement), est au cœur des enjeux du défi sécuritaire au Sahel. Malgré cet antagonisme récurrent que renvoie Kidal au reste du pays, Soumeylou Boubèye Maiga s’évertue à y aller en messager de paix du président de la République. Le chef du gouvernement, accompagné d’une forte délégation (dont une dizaine de ministres), s’imprégnera de la situation sécuritaire dans la perspective de l’organisation de l’élection présidentielle prochaine. A Kidal, cette visite est perçue comme un tournant décisif. Il s’agit en effet pour le chef du gouvernement de discuter de paix, de réconciliation, de vivre ensemble, mais surtout de développement intégré de la 8ème région. L’exercice est délicat, mais le PM tient les bonnes cartes. Il dit partir «sans esprit de revanche» et surtout sans «militarisme». L’objectif est plutôt de donner un nouvel élan au processus de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger et de favoriser ainsi le vivre ensemble. L’étape de Kidal fait suite à une série de visites de terrain que le chef du gouvernement a entamée depuis sa nomination. Comme c’était le cas dans les localités du Centre, le défi à relever est double: la sécurisation de tout le territoire et la relance du développement socio-économique des zones handicapées par le terrorisme et le banditisme en bande organisée. Sur place, la commission d’organisation, mise en place à cette occasion, assure que la capitale de l’Adrar des Iforas est fin prête pour l’accueil du visiteur de marque. Joint au téléphone, le chef de l’exécutif régional, Sidi Mohamed Ichrach, explique que « le chef du gouvernement aura un agenda très chargé». D’abord, dit-il, la visite débutera par Tessalit où le Premier ministre rendra visite aux forces armées et de sécurité en poste. Il faut noter que la présence de ce bataillon des FAMAs à Tessalit constitue un grand réconfort pour la population de la zone aussi bien en termes de sécurisation que d’accompagnement socio-sanitaire. «Le chef du gouvernement ira donc à la rencontre de nos forces armées au camp de Tessalit où il aura droit aux honneurs militaires à travers la levée des couleurs nationales au son de l’hymne du Mali», affirme le chef de l’exécutif régional. Le Premier ministre aura l’occasion d’encourager nos forces dévouées pour la cause nationale, avant de s’enquérir de leurs conditions de vie sur le terrain», a t-il précisé. Pour le gouverneur, l’étape de Tessalit sera aussi marquée par des rencontres entre l’exécutif et les leaders communautaires et religieuses, les chefs de fractions de la zone ainsi que les responsables locaux des groupes armés. «Bien sûr, la substance de toutes ces rencontres sera la paix et la réconciliation», a-t-il insisté. Il s’agit également pour le chef du gouvernement, ajoute Sidi Mohamed Ichrach, d’encourager ces hommes et femmes qui animent les services sociaux de base et certains services de l’administration déployés sur le terrain dans la Région de Kidal et qui, malgré les aléas, évoluent à un rythme encourageant. À L’ÉCOUTE DES KIDALOIS. De Tessalit, la délégation mettra le cap sur Kidal où le Premier ministre est attendu dans l’après-midi. «L’arrivée du PM dans la ville de Kidal sera l’un des moments forts de la visite. Après son accueil, le chef du gouvernement animera, avec les ministres sectoriels, une conférence de cadres avec toutes les forces vives de la région, les leaders des groupes armés, les chefs communautaires, coutumiers et religieux», détaille le gouverneur. Il ajoute que «cette rencontre sera l’occasion pour le Premier ministre de prendre note des préoccupations de la région et d’éclairer les Kidalois sur les actions entreprises par le gouvernement, notamment le dispositif de sécurisation, le retour définitif de l’administration, la paix et la réconciliation ainsi que la nouvelle approche participative des acteurs locaux dans la mise en œuvre du processus de paix engagé par notre pays depuis la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger». Le principal enjeu, analyse notre interlocuteur, est bien évidemment d’accélérer le retour de l’administration et la normalisation, mais aussi de donner une nouvelle cadence au processus de paix et de réconciliation. Selon le député Hamoudene Ag Ikmasse, «la mise en œuvre adéquate et urgente de l’Accord de paix et de réconciliation est une attente forte de la population de Kidal qui est de plus en plus impatiente de voir les dividendes de la paix». «Nous attendons donc du Premier ministre, une véritable impulsion du processus, à travers une réponse adaptée aux attentes des populations», a-t-il déclaré. Sur le plan socioéconomique, le député indiquera que la région est particulièrement frappée cette année par la sécheresse. «Les conséquences de la crise sécuritaire associées à la mauvaise pluviométrie ont engendré une précarité alimentaire cyclique aussi bien pour les populations que pour le cheptel. «Nous attendons donc du gouvernement un appui alimentaire conséquent, aussi bien à l’endroit des hommes que des animaux», a indiqué le député élu à Kidal. En outre, il souhaite que le gouvernement initie un programme de développement en faveur du développement intégré de la région prenant en charge les besoins des jeunes sans emploi devenus la proie des narcotrafiquants et des djihadistes. L’honorable Hamoudene Ag Ikmasse dit attendre également du Premier ministre «des éclaircissements et des assurances par rapport au processus électoral en cours, particulièrement la tenue de la présidentielle». «Dans la mise en œuvre du processus de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, le gouvernement doit observer une certaine neutralité entre les groupes armés. Il doit prendre en compte les positions de tous afin d’éviter le favoritisme et les préjugés. Sur le plan local, nous avons su mettre en place un mécanisme local de paix qui a permis, non seulement de mettre fin aux conflits intercommunautaires, mais également d’asseoir une certaine stabilité dans la région. Cela doit inspirer le gouvernement», a-t-il développé. C’est dire que les attentes sont grandes et immenses les enjeux de cette visite. Doussou DJIRÉ
Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here