1ère session du Conseil d’Administration du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne

13
Une quarantaine de délégués venus de pays africains, européens, américains et asiatiques ont pris part les 24 et 25 mars 2018 à la toute première session ordinaire du Conseil d’Administration du Conseil Supérieur de la Diaspora (CSDM). Présidée par M. Chérif Mohamed Haïdara, président dudit conseil, la rencontre s’est déroulée au siège de la structure, dédiée à la promotion de la diaspora malienne. A l’ouverture des travaux de cette session, le président Haïdara a déclaré qu’ «aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années». Cela, pour rappeler les prouesses accomplies par l’organisation durant ses trois petites années d’existence. «Quand nous créions le CSDM, nous avons pensé à la tous ceux qui étaient nostalgiques d’une vraie organisation qui répondrait aux besoins réels des Maliens de la Diaspora : à savoir la défense de leurs droits sans états d’âmes face aux pratiques en cours» a-t-il rappelé. En outre, il indiquera que le CSDM n’a pas failli à cette dynamique. Ce qui lui vaut aujourd’hui, à la fois l’admiration mais aussi l’inimité. Car, selon son président, des oiseaux de mauvais augures avaient prédits la durée de vie du CSDM à mois. «Nous sommes à notre troisième année et nous rendons grâce à Dieu et les efforts que n’ont cessé de mettre en œuvre des hommes et femmes convaincus d’être dans le droit chemin» dit-il. En effet, le CSDM, en ce si peu de temps, a créé des conditions de saines informations de l’opinion publique nationale et internationale sur la migration aussi bien à l’intérieur qu’en dehors du Mali. Pour le président Haïdara, les refoulements de l’Algérie, de la Lybie, l’accord de réadmission ont été des moments épiques dans la lutte du CSDM. Ces actions mises en œuvre ont permis de faire comprendre aux Maliens de la diaspora que le CSDM est l’organisation de référence dans la défense des droits des immigrés. « Un CSDM engagé dans une lutte d’intérêt individuel, polémiquant, divisé est contraire à notre serment. C’est malheureusement ce qui se passe depuis un bon moment animé par le CSDM France. Le problème est donc présent épineux, difficile qui nécessite un débat pour être solutionné une fois pour toute», a avoué Cherif Mohamed Haïdara. Il importe de souligner qu’au cours de cette première session, il a été question surtout de la présentation et de l’adoption du rapport d’activités et financier. Il a été aussi question de débattre sur le problème de CSDM France, de la question d’implantation du CPDM, du fonctionnement de la structure, les cartes de membres et de la mobilisation des ressources. Egalement, plusieurs recommandations ont été faites pour la bonne de l’association, au service des soldats de l’économie que sont les migrants. Nous reviendrons, dans nos prochaines éditions, plus en détails sur le rapport d’activités et les recommandations issues de cette session. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here