En concertation le week-end dernier à Bamako : Le CDR n’est pas candidat aux présidentielles de 2018, mais…

13
Le Collectif pour la défense de la République après son premier congrès ordinaire tenu du 24 au 25 mars a rencontré ce lundi les journalistes à la Maison de la presse pour faire la restitution de ces deux jours de rencontres. Venus de toutes les régions du Mali et de la diaspora (l’Allemagne, l’Espagne, la France, les Etats Unis…) ; les chefs et militants des partis politiques ont pris part à ce 1er congrès jugé capital pour la vie du collectif. Au cours des deux jours de concertations populaires, des groupes de travail thématiques ont réfléchi sur les grands enjeux de la nation et exprimer les préoccupations des militants de manière inclusive et participative. Les différents groupes ont travaillé sur les questions politiques, législatives et de justice ; de sécurité et défense de l’intégrité du territoire; du développement économique et emploi; de la santé et de la société. Ils se sont également penchés sur les questions scolaires et universitaires ; des questions genre, des Maliens de l’extérieur et immigration ; de l’agro-pastorale, du foncier et de développement durable. Les résultats des travaux des différents groupes ont été présentés, discutés, amendés et adoptés en séance plénière, et serviront de base pour l’élaboration d’un Manifeste pour un Mali Nouveau. A l’issue des travaux, l’assemblée plénière a fait des recommandations générales, des motions et donné mandat au comité scientifique pour l’élaboration du Manifeste pour un Mali Nouveau. Elle a invité le CDR à accélérer l’élaboration du manifeste ; tout en écartant l’idée de présenter une candidature interne à la présidentielle de 2018. En revanche elle a décidé de soutenir à cette élection le candidat qui adhérera aux valeurs du CDR et répondra aux critères définis par celui-ci, invité le gouvernement de la République du Mali à diligenter le retour de l’Administration et à assurer le fonctionnement des services sociaux de base, (l’école, les services sanitaires, les services en charge de l’eau et de l’électricité), dans toutes les régions du Mali et en particulier les localités affectées par la crise du nord et du centre du Mali ; exhorté le gouvernement à prendre toutes les dispositions pour un retour rapide des populations réfugiées et déplacées. L’assemblée a également invité la classe politique à s’inscrire dans la dynamique d’une véritable alternance systémique tout en exhortant les structures et organes des partis politiques à la vigilance pour que le processus électoral se déroule de manière transparente. Enfin, elle a invité les forces vives de la nation à renforcer leur implication dans la vie de leurs localités. Ousmane Sagara Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here