LE PM à Tessalit, Kidal, Gao, Tombouctou, Koro, Bankass, Bandiagara et Djenné Boubèye marque des points en faveur d’IBK

7
Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga s’est rendu le vendredi 23 mars dans la ville de Kidal, fief des ex-rebelles du mouvement national de l’Azawad (MNLA). C’était la deuxième étape de la tournée du Premier ministre dans le nord et le centre du pays, qui s’est poursuivi à Gao (où en fils du terroir, il a été accueilli en héros), Tombouctou, Koro, Bankass, Bandiagara et Djenné. Par ce périple, le chef du gouvernement a mis du baume au cœur des populations, visiblement réconfortées par cette présence précieuse et désirée de l’Etat à leurs côtés. Après la visite mouvementée de l’ex-Premier ministre Moussa Mara en 2014, aucun chef de gouvernement ne s’est rendu, depuis lors, à Kidal. Ainsi, Soumeylou Boubèye Maiga vient de mettre fin à un mythe, celui de démontrer que la ville de Kidal est accessible aux autorités maliennes, malgré les appréhensions… Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga, en décidant d’effectuer cette mini-tournée dans les régions Nord et centre du Mali, voulaient marquer son territoire de ses empreintes réputées de «sécurocrate ». Et pour bien faire les choses, il a pris le temps de miner le terrain « sans arrogance », car en fin stratège en matière des questions sécuritaires, l’’homme n’a pas lésiné sur les moyens. Surtout pour l’étape de Kidal, qui était un grand challenge pour lui, si l’on se rappelle de la visite de son prédécesseur en mai 2014, qui a dégénéré et occasionné des morts. Malgré que les oiseaux de mauvais augure annonçaient un échec de sa part, le Premier ministre a bien pu fouler le sol de la cité de l’Adrar des Ifoghas, avec honneur et civilités dû à son rang. Le Mali de retour dans les jours à venir. Certes, le PM Maiga a été accueilli en héros à Kidal, mais l’on ne doit pas se leurrer la face, car il y a un travail colossal à abattre, pour soulager les populations de cette cité. Il faut, après la tournée du Premier ministre, s’attaquer avec célérité à l’urgence afin que l’administration et les services sociaux de base y signent leur retour définitif, pour le bien être de la population. Les nombreux promesses et engagements annoncés par le chef du gouvernement doivent se traduire sans tarder en actes concrets impactant positivement le quotidien de ses compatriotes de ces localités. Vu l’accueil réservé au chef du gouvernement par les Kidalois, cela démontre qu’ils n’aspirent qu’à vivre dans la paix et à accéder aux services sociaux de base. Avec huit membres du gouvernement, chacun aura touché du doigt les urgences qui concernent son département ministériel. Car à leur retour dans la capitale, ils devront trouver des solutions appropriées aux doléances des populations. Renforcer l’espoir renaissant A Kidal, Soumeylou Boubèye Maïga est venu écouter sans « fanfaronnade » les populations de l’Adrar des Iforas, recenser leurs besoins en vue d’apporter les solutions idoines et ainsi parer au plus pressé : l’école, la santé, l’eau, etc. Cette visite «marque le véritable retour de l’Etat» dans cette localité, tout comme dans tout le septentrion malien, les effets pervers de la crise persistent. D’où l’urgence d’accélérer la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation auquel adhère pleinement les populations, malgré ses insuffisances. Il faut rappeler que les secteurs de l’éducation, de l’eau et énergie, l’emploi et de la santé, sérieusement touchés par la crise, peinent à se remettre sur pied. En effet, la plupart des travailleurs ont déserté les lieux, ce qui entraîne une détérioration des conditions de vie des populations, due essentiellement à «l’absence de l’Etat». Même si le Premier ministre a dit avoir pris bonne note des besoins exprimés par les populations. «J’ai bien recensé les problèmes dont vous avez parlé», a-t-il déclaré, avant de promettre que le gouvernement fera tout pour atténuer les souffrances des Maliens partout où ils se trouvent. «Tout ce qui se fait partout dans le Mali, en termes d’accès à l’éducation, à la santé…, nous le ferons ici», a-t-il promis. Il urge que ses promesses se réalisent dans un délai raisonnable, pour que l’Etat puisse poser tout doucement les bases de son retour dans une cité qui, avant cette visite, était considéré comme un ‘’Guatanamo’’, pour les autorités maliennes. Pour la simple raison que qui s’y aventure, se frotte aux balles des ex-rebelles, à ses risques et périls. Le chef du gouvernement a donc marqué des points en faveur de la gouvernance IBK à laquelle des reproches d’abandon des populations sont constamment formulés par les populations. Car, avec ce périple qui l’a mené depuis Tessalit en passant par Kidal, Gao, Tombouctou, Koro, Bankass, Bandiagara et Djenné pour prêcher la paix, la réconciliation et soulager avec des dons de kits alimentaires, de céréales, de doses de vaccins pour les animaux, d’aliment-bétail, le locataire de la primature vient d’apporter une dose, si infime soit-elle, d’espoir et de soulagement aux Maliens de ces localités. Il ne reste qu’au gouvernement de capitaliser avec diligence cet espoir renaissant, la nature ayant horreur du vide, pour se donner une nouvelle conscience de… bons gouvernants. Paul N’GUESSAN & Bruno D S Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here