1eres concertations populaires du CDR pour sauver le Mali : – La classe politique invitée à s’inscrire dans la dynamique d’une véritable alternance systémique !

34
Un manifeste pour un Mali nouveau en phase d’élaboration sera soumis aux candidats ! Les travaux des premières concertations populaires de l’ensemble des comités du Collectif pour la Défense de la République (CDR) se sont tenus les 24 et 25 mars 2018, au Carrefour des jeunes de Bamako. Véritable cadre d’échanges, la rencontre a regroupé plus de 500 délégués venus de tous les horizons (Afrique, Europe, Amérique et Asie). Présidée par le porte-parole du CDR, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, la cérémonie d’ouverture a enregistré la présence des plus hautes personnalités du pays, de plusieurs chefs et représentants des partis politiques notamment l’honorable Soumaila Cissé de l’URD, Cheick Modibo Diarra du RpDM, TiebiléDramé du Parena, Abdine Sangaré (Yelema), Moussa Sinko Coulibaly, des représentants de plusieurs organisations de la société civile, des leaders d’opinion et des leaders religieux. Le ton de la rencontre a été donné par l’exécution de l’hymne national. Ainsi s’en est suivie l’intervention du représentant des familles fondatrices de Bamako. Moussa Touré a réitéré le soutien sans faille et indéfectible de la famille aux membres du CDR. A sa suite, NiamaBérété a pris la parole au nom des membres de la Commission scientifique. Il a rendu compte des travaux de cette Commission. Composée par des experts dans différents domaines, la Commission a recensé pendant plus de deux mois les différentes propositions de tous les comités dans sept domaines dont l’éducation, la santé, l’économie, sécurité et défense, la justice, l’accès à l’eau. Après son l’intervention, la parole a été donnés aux représentants des CDR de l’intérieur du Mali et de la diaspora. Et quant aux différents chefs de partis politiques présents qui sont succédé au pupitre, ils ont tous jugé nécessaire qu’il faut aller à l’alternance, tant prônée par le CDR, pour sauver le Mali. Renverser le courant des choses au Mali par une prise de conscience Dans ses interventions, le porte-parole du CDR Ras Bath a indiqué que L’objectif principal de ces concertations populaires est de renverser, dans l’ordre normal, le courant des choses au Mali par une prise de conscience du peuple. Car, explique Ras Bath, depuis le régime Moussa Traoré jusqu’à nos jours, tous les dirigeants maliens n’ont fait que du copier-coller avec leur programme de société, sans aucune implication du peuple. «Aujourd’hui, nous disons qu’on est plus là à suivre un programme dont on a pas pris part à sa conception. Nous réclamons notre droit du Peuple et nous attendons l’exercer à travers un débat intellectuel qui consiste à se dire que je n’attends pas de l’autre qui vient me dire qui je suis… », a-t-il laissé entendre. Avant d’ajouter qu’il y a deux mois, le CDR a adressé une lettre à tous les comités (de l’intérieur comme de l’extérieur) afin qu’ils réfléchissent, en amont, sur les problèmes actuels du pays. « Personne n’a besoin d’aller à l’école pour savoir quelles sont les difficultés auxquelles sa région, son cercle ou son village est confronté. Personne n’a besoin d’aller à l’école pour savoir que même s’il y a un centre de santé dans ma localité, il faut aussi un plateau technique à la hauteur pour prendre en charge les malades etc. », a expliqué le porte-parole du CDR. Et le porte-parole Bathily de rappeler que le CDR se bat, depuis des années, pour la justice sociale, la cause des opprimés… « Pour se rendre plus utiles, nous nous sommes dits qu’il faut s’intéresser aux échéances électorales. Car, ceux-là qui seront désignés par le peuple, exerceront au nom de ce peuple », a-t-il souligné. Et de préciser que le choix nécessite une mure réflexion pour ne pas tomber dans les erreurs du passé. Au niveau du CDR, les membres travaillent de sorte à avoir leurs « mots à dire concernant la gestion de la nation ». « Raison pour laquelle, nous avons invité tous les comités CDR à travers le monde pour qu’ensemble, nous proposons une ligne de conduite à suivre dans tous les domaines. Et le document qui sortira de ces échanges aura la valeur d’un manifeste. C’est sur la base de cette vision qu’on ouvrira le dialogue probablement avec tous ceux-là que nous avions invité, afin que nous puissions cheminer ensemble vers le salut du Mali», a déclaré Ras Bath. Des recommandations pertinentes formulées En marge de la cérémonie d’ouverture, les participants ont été répartis entre (7) groupes de travail correspondants aux thématiques ci-après :Groupe 1 : Questions politique, législative et de justice ;Groupe 2 : Questions sécurité et défense de l’intégrité du territoire; Groupe 3 : Développement économique et emploi; Groupe 4 : Questions sanitaires et sociale ; Groupe 5 : Questions scolaires et universitaires ; Groupe 6 : Questions genre, Maliens de l’extérieur et immigration ; Groupe 7 : Question Agro-pastorales, foncières et de développement durable. Chaque groupe, en ce qui le concerne a reçu mandat : d’examiner la cohérence des mesures proposées par les comités de base à travers leurs relevés des préoccupations ; d’enrichir, au besoin rectifier et proposer toute mesure complémentaire et faire des recommandations et d’attirer l’attention sur certaines actions qui auraient pu être omises, sous-estimées. A l’issue des travaux, l’Assemblée plénière a fait des recommandations générales, des motions et donné mandat au comité scientifique pour l’élaboration du Manifeste pour un Mali Nouveau et :Invite le CDR à accélérer l’élaboration du manifeste ; décide de ne pas présenter de candidature aux élections présidentielles de 2018 ; décide de soutenir aux élections présidentielles de 2018 le candidat qui adhérera aux valeurs du CDR et répondra aux critères définis par le CDR ; Invite le Gouvernement de la République du Mali à diligenter le retour de l’Administration et à assurer le fonctionnement des services sociaux de base, notamment l’école, les services sanitaires, les services en charge de l’eau et de l’électricité, dans toutes les régions du Mali et en particulier les localités affectées par la crise du Nord et du centre du Mali ; Exhorte le Gouvernement à prendre toutes les dispositions pour un retour rapide des populations réfugiées et déplacées ; Invite la classe politique à s’inscrire dans la dynamique d’une véritable alternance systémique ;Exhorte les structures et organes des partis politiques à la vigilance pour que le processus électoral se déroule de manière transparente ; Invite les forces vives de la nation à renforcer leur implication dans la vie de leurs localités… Tientigui Ils ont dit TIEBILE DRAME, PRESIDENT DU PARTI PARENA : « Il faut que nous nous unissions pour aller à l’alternance… » « Le chemin de votre porte-parole, Ras Bath, et notre chemin se sont croisés dans la lutte contre la révision constitutionnelle. Dans le collectif An tè A bana, nous avons mené une lutte implacable contre la volonté du pouvoir d’instaurer une monarchie au Mali… Au CDR, vous avez dit ‘’ Alternance, ma carte Nina, mon arme’’, vous avez raison. Il faut que nous nous unissions pour aller à l’Alternance pour sauver le Mali. Si nous nous n’unissons pas nos forces, nous périssions…. » Cheick Modibo Diarra, président du RpDM : « L’état actuel du pays ne laisse aucun patriote dormir dans la tranquillité… » « Aucun malien, vu l’état actuel du pays, ne peut dormir dans la tranquillité. A cause de la mauvaise gestion, le Mali actuel est devenu un grand corps malade qui est en pleine agonie. Il est temps de mettre le Mali au-dessus des considérations partisanes. Il faut que nous nous donnions la main pour sauver le Mali. Car, des vautours n’espèrent que sa mort définitive pour se partager entre eux son cadavre. Vous, les Maliens et surtout la jeunesse, êtes-vous prêts pour qu’une pareille tragédie se produise ? » Soumaïla Cissé, président de l’Urd : « Waati sera… il est temps que nous nous asseyons et discutons pour la gestion commune du pays » « Nous sommes fiers du CDR, et nous vous disons de continuer à dire la vérité à tout le monde. A l’Urd, nous avons longtemps dit ‘’ TiekorobaDèesera’’. Et au CDR, vous dites ‘’ Boua ka bla’’. Nous nous retrouvons donc et il est temps de fédérer nos forces pour l’alternance. Wati sera ! wati sera… Aucun homme politique ne peut prendre le pouvoir sans la jeunesse. Alors, il est temps que nous nous asseyons et discutons pour la gestion commune du pays…. » Moussa Sinko Coulibaly : « Donnons-nous la main pour sauver le Mali… » « Notre pays commun, le Mali, est en phase de disparition à cause de la gestion calamiteuse. Il urge que nous nous donnions la main pour le sauver. Ensemble, nous pouvions trouver la solution aux maux qui minent le développement de notre pays commun. Il ne faut pas penser que la crise que nous vivons actuellement est une fatalité. On a la chance dès le mois de juillet prochain de commencer à écrire un nouveau chapitre de notre histoire. Donnons-nous la main pour que l’opportunité qui nous est offerte de changer le cours de notre histoire qu’on ne rate pas cette opportunité de sauver notre pays… » Le Député de Yélémané, l’honorable Mamadou HawaGassama : « Ras Bath nous a corrigé… » « Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath est un homme véridique. Dans un premier temps, il a commencé dans ses émissions à fustiger les chefs des partis politiques de l’Opposition, en occurrence, TiébiléDramé, Soumaïla Cissé, et moi-même. Certains membres du parti au pouvoir lui ont même rapproché pour lui donner de l’argent afin qu’il continue de tirer à boulet rouge sur nous. Mais quand Ras Bath a changé de fusil d’épaule, le régime a cherché à tout prix de lui clouer le bec. J’ai commencé à admirer Ras Bath le jour où il a indiqué quand il est à la maison ‘’ il respecte son père, mais dehors quand il s’agit de défendre la Patrie il n’hésitera pas à lui dire la vérité. Ras Bath nous a tous corrigé. J’ai dit à Soumaïla Cissé, ici présent dans la salle, que s’il ne suit pas Ras Bath, je quitterai l’Urd pour adhérer au CDR…Bravo à mon fils Ras Bath, une fierté pour le Mali tout entier… » Rassemblés par Tientigui 1ERES CONCERTATIONS POPULAIRES DU CDR : Un 1er coup d’essai, un 1er coup de maître ! Le samedi 24 et dimanche 25 mars 2018 se sont tenus les travaux des premières concertations populaires des comités du Collectif pour la défense de la République(Cdr). Des membres de ce collectif sont venus de partout dans le monde, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, du coup la salle des conférences du Carrefour des jeunes de Bamako magistralement décorée sous les couleurs du drapeau tricolores national( vert, or, rouge) qui a servi de cadre, était archicomble. L’éclat de la cérémonie d’ouverture a été rehaussé par la présence des grandes personnalités, politiques et religieuses ; le représentant des familles fondatrices de Bamako, des représentants de plusieurs organisations de la société civile, des leaders d’opinion… En plus de cela, les travaux de groupes se sont déroulés dans la plus grande courtoisie et dans une joie totale et sans aucun incident. Dans l’ensemble, ces premières concertations populaires des comités Cdr ont été un succès total. Tientigui POUR SON ENGAGEMENT PATRIOTIQUE: Deux trophées décernés à Ras Bath Commencés le samedi 24 mars 2018, les travaux des premières concertations populaires des comités du ‘’ Collectif pour la défense de la République (Cdr)’’ ont pris fin dimanche 25. A la fin de la cérémonie de clôture, deux trophées ont été décernés au porte-parole du CDR Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath. L’un de la part du CDR Ségou et l’autre de la part de la diaspora pour son dévouement, pour sa lutte et son engagement patriotique. Les membres de ces deux comités n’ont pas manqué d’encourager Ras Bath à continuer sur la voie de dénonciation de la mauvaise gouvernance, car désormais il a le soutien des maliens à l’intérieur comme à l’extérieur du Mali. Tientigui Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here