Pour dynamiser la production laitière locale au Mali : Urgence de sécuriser les débouchés !

7
Le Mali est un grand pays d’élevage avec un potentiel important de production de lait. Ce lait n’est malheureusement pas suffisamment valorisé. Le lait frais produit en grande quantité dans les campagnes ne parvient pas dans les centres urbains où la demande est très forte. De nos jours, se développe dans les périphéries des centres urbains un élevage laitier intensif, utilisant des races améliorées à fort potentiel de production laitière soutenue par un dispositif de commercialisation et de transformation du lait produit. Les producteurs périurbains ne produisent encore que 2% de la production nationale contre 98% pour les élevages traditionnels. Même si elle était totalement collectée, la production nationale couvrira-t-elle les besoins nationaux ? Quant on sait que la consommation moyenne de lait est d’environ 18 litres par personne et par an, alors que la norme établie par la FAO est de 62 litres. Notre pays importe une grande quantité de lait en poudre qui est consommé par les Bamakois et les citadins en général. Ces importations coûtent en moyenne 12 milliards de FCFA. Aujourd’hui, le lait, abondant dans les campagnes, est encore trop rarement utilisé par les industries. Il semble donc indispensable d’instaurer des politiques sectorielles visant à renforcer la structuration des filières locales. Elles devront s’inspirer du modèle contractuel des minilaiteries et des nouvelles industries laitières rurales, et s’appuyer sur des politiques fiscales et commerciales adaptées. Plusieurs ateliers nationaux, organisés au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal, ont permis de valider ces résultats. Les participants ont insisté sur le fait qu’il était urgent de sécuriser les débouchés pour dynamiser la production laitière locale. Sambou Sissoko Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here