Lutte contre le trafic de drogue: Des produits toxiques d’une valeur de plus d’un milliard de FCFA incinérés hier à Kati

34
Hier, mardi 27 mars 2018, l'Office Central des Stupéfiants (OCS) a procédé à l’incinération des produits toxiques dans la commune de Dio (cercle de Kati). Les produits incinérés étaient composés de 7 tonnes 700Kg de Cannabis, 10 kg d’Héroïnes, 05kg40 de Cocaïnes, plus de 500 kg de psychotropes et des centaines de kilo de produits pharmaceutique contrefaits. La drogue incinérée a été saisie de 2017 à février 2018 par l'office Central des Stupéfiants, la Police, la Gendarmerie et la Douane. La valeur des produits incinérés s’élève à plus d’un milliard de FCFA. La cérémonie d’incinération a enregistré la présence du Directeur de l'Office Central des Stupéfiants, Magistrat Colonel Adama Tounkara, du 2ème adjoint au préfet de Kati, Youssouf Bakary Traoré, du procureur, Youba Diop du pôle judiciaire spécialisé, du maire de la commune rurale de Dio, Daouda Kané et d’autres personnalités. C’est sous une forte escorte que les 8 tonnes de drogues ont été acheminées dans la commune rurale de Dio (cercle de Kati, région de Koulikoro) pour être incinérées. Arrivée sur le lieu situé à une vingtaine de kilomètre de Bamako, ces produits toxiques ont été déchargés dans trois véhicules. Et, c’est un petit espace aménagé au flanc de la colline de Dio qui a servi de cadre pour l’incinération au vu et au su de tout le monde. Au cours de cette cérémonie d’incinération, le directeur général de l'Office Central des Stupéfiants, Magistrat Colonel Adama Tounkara a accordé une interview à la presse dans laquelle, il indique que cet acte répond à un souci de transparence. « Chaque fois que nous avons fait des saisis, nous communiquons la quantité saisie. Chaque fois que nous avons rencontré la population, la question qui est toujours revenue, c’est de savoir quelle est la destination finale de ces produits. C’est pourquoi, ce matin, nous avons décidé d’appeler la presse à cette cérémonie d’incinération afin qu’elle soit de relai auprès de la population. Il faut que nos concitoyens comprennent que tous les produits stupéfiants qui sont saisis sont détruits et que les trafiquants comprennent que tous ceux que nous pourrons saisir entre leurs mains seront aussi détruits », a-t-il précisé. Avant d’ajouter que les produits incinérés sont composés d’environs 8 tonnes de cannabis (7 tonnes 700Kg de Cannabis), 10 kg d’Héroïnes, 05kg40 de Cocaïnes, plus de 500 kg de psychotropes et des centaines de kilo de produits pharmaceutique contrefaits. A l’en croire, les drogues incinérés ont été saisies par l'office Central des Stupéfiants, la Police, la Gendarmerie et la Douane entre 2017 à février 2018. « Nous sommes là pour assurer le bien être de la population et cela passe par la lutte contre la drogue. Cette activité a un impact important sur la jeunesse du point de vue mental », a déclaré le Magistrat Colonel Adama Tounkara. Il reconnait par ailleurs que son service est souvent en retard par rapport au mode opératoire des trafiquants de drogue. « Nous n’avons pas encore saisi la moitié de ce qui est importé au Mali. Par rapport au coût financier, une brique de cannabis se chiffre à 30 000 FCFA. Et il y’a 8000 kilogrammes de cannabis ce qui fait que nous dépassons la centaine de millions de FCFA », a-t-il dit. Selon lui, auparavant, les trafiquants de drogue faisaient entrer les stupéfiants à travers les sotrama mais, maintenant, poursuit-il, c’est par remorque qu’ils font entrer les produits toxiques. A ses dires, des véhicules ont certes été obtenus, mais il a souhaité d’autres pour faire face aux missions. Aux dires des responsables de l’OCS, la valeur de l’héroïne incinérée s’élève à plus de 400 millions FCFA, plus de 200 millions pour Cocaïne et plus de 400 millions pour les autres produits ce qui fait plus d’un milliard de FCFA, selon l’OCS. Pour sa part, le procureur, Youba Diop du pôle judiciaire spécialisé a fait savoir qu’il y a un pôle judiciaire spécialisé de la lutte contre la drogue. A l’en croire, la quantité incinérée cette année est le double de la précédente opération. Quant au 2ème adjoint au préfet de Kati, Youssouf Bakary Traoré, il a souhaité à ce que les personnes mal intentionnées soient mises hors d’état de nuire. Et d’ajouter que l’accompagnement de l’Etat ne fera pas défaut dans ce sens. Enfin, il a souhaité la conjugaison des efforts pour mettre fin à ce fléau. Le maire de la commune de Dio, Daouda Kané a apprécié cet acte d’incinération des stupéfiants. Il a invité les jeunes à ne pas prendre ces drogues qui nuisent à la santé humaine. A l’en croire, des mesures sont en train d’être prises pour prévenir la pollution de l’environnement par cette incinération. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here