Visite du PM à Kidal : Le mea culpa du patron de la MINUSMA

122
La visite de quelques heures effectuée par le PM SBM à Kidal, la semaine dernière, a vu des masques tombés et non les moindres dans cette crise que vit notre pays depuis quelques temps. Et pour cause, les déclarations du représentant spécial de l’ONU au Mali, le Tchadien Annadif sur les antennes de nos confrères de RFI parlant de la visite du PM à Kidal donnent froid dans le dos de tout patriote : « C’est le plus beau jour de ma vie en tant que représentant du SG de l’ONU au Mali car, nous avons permis son arrivée à Kidal ». En clair, il aura fallu le feu vert de l’institution onusienne pour que le PM de la République du Mali puisse atterrir sans encombre dans la capitale des Ifoghas, celle-là même qui a été hostile à la grande surprise des maliens toute tendance confondue, en 2014 à l’arrivée de Moussa Mara, alors PM du même Président IBK. Alors n’est-ce pas là une attitude bizarre de la MINUSMA au Mali ? Ces propos d’Annadif ressemblent fort bien à une sorte de mea culpa suite aux évènements de 2014 qui a vu le pouvoir Central de Bamako perdre le contrôle de cette partie du territoire au nom d’un accord d’Alger censé ramener lune prétendue paix qui mettra encore du temps pour arriver. N’est-ce pas avec la visite du bouillant PM Mara à Kidal qui a été salué par tout le peuple pour sa bravoure et son acte patriotique, l’Onu à travers sa force de la MINUSMA a décliné sa responsabilité des conséquences de cette la visite du PM à Kidal. D’où cette question de savoir : Pourquoi la MINUSMA n’a pas voulu accompagner le PM Mara dans sa visite normale dans cette partie du territoire national ? Pourquoi, aujourd’hui, le patron de la MINUSMA se félicite d’avoir aidé le PM SBM à effectuer sa visite sans aucun problème? D’où, cette interrogation de bon nombre de maliens que nous avons interrogé, à quoi joue cette force dite de « la paix » et qui au fur et à mesure, montre son vrai visage d’impartial par un laxisme qui ne dit pas son nom pendant que le démantèlement programmée du pays se précise de jour en jour avec les pressions permanentes de la CMA et de leurs alliés. La visite (de quelques heures) du PM SBM sans les FAMAS, encore moins les chefs de services, les Préfets et Sous-Préfets de la région qui vivent pour la plupart entre Bamako et Gao, que ses supporters qualifient de réussie totale, démontre une fois de plus que sans le feu vert de la France, de l’Algérie et de la MINUSMA, le pouvoir Central ne saurait avoir sa main mise sur cette partie du territoire national. « Du coup, notre indépendance n’est qu’un leurre », remarque ce fin observateur. Mieux, poursuit cet autre interlocuteur qui a gardé l’anonymat : « Cette visite de SBM ressemble à une sorte de deal entre Bamako et les éléments de Kidal. Un gros Business qui en dit pas son nom ». « En regardant, les actes posés par le PM SBM et son Président, tout est fait pour montrer aux maliens qu’il est possible d’organiser cette présidentielle à la date du 29 juillet prochain. Je suis pessimiste quant à la faisabilité de cette élection car, il sera très difficile de juguler l’insécurité grandissante, tout comme réunir toutes les conditions pour aller aux élections le 29 juillet prochain », nous confie un fin observateur qui préféré garder l’anonymat. « Nous assistons à un véritable cirque qui ne dit pas son nom de la part des acteurs de notre crise », a dit cet autre cadre du Nord. Entre temps, le PM a réussi à fouler la terre de Kidal et de certaines villes du Centre comme Djenné, Bandiagara, Koro, donnant l’impression comme quoi, rien n’est impossible. La grande question qui reste est de savoir où est notre souveraineté ? Wait dans see ! B.D Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here