Colloque du 26 mars : crise de citoyenneté au Mali au cœur des débats

27
Dans le cadre de la commémoration du 26 mars, le Ministère de la Culture à travers la Direction de la Pyramide du Souvenir, a organisé, le lundi 26 mars 2018, un colloque qui avait pour thème: “Crise de la citoyenneté au Mali”. Ce colloque a enregistré la présence de plusieurs personnalités dont le ministre de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo, accompagnée par ses collègues de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré et celui du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim; des leaders des associations démocratiques ainsi que des étudiants. Au cours de ce colloque plusieurs thèmes ont été exposés par les éminents conférenciers dont « La citoyenneté d’hier à aujourd’hui », par Pr. Jean Bosco Konaré; « la Culture comme fondement de la Citoyenneté », par Dr. Salia Malé, sociologue, directeur général adjoint du Musée national; « la Citoyenneté, une responsabilité démocratique », par Moussa Mara, ancien Premier ministre; « Citoyenneté et développement durable », par Pr. Famagan Oulé Konaté; « Y-a-t-il un âge pour la citoyenneté? », par Ismaël Samba Traoré; « la Citoyenneté à l’ère du numérique et de la mondialisation », par Tidiane Togola; « la Réflexion sur l’élaboration d’une charte des valeurs et de la citoyenneté au Mali », par Pr. Mamadou Bani Diallo. Ce colloque, inscrit dans une logique scientifique de la commémoration de la semaine des martyrs, fait suite à d’autres organisés en 2015, 2016 et 2017. Il tenterait de mobiliser l’intelligence collective autour de la problématique de la « Crise de la citoyenneté au Mali ». Les éminentes personnalités ont procédé à une analyse diagnostique et prospective de la citoyenneté au Mali, rappelé à la jeunesse les valeurs fondatrices de la grandeur du Mali, évoqué les liens conjecturaux et conjoncturels entre la citoyenneté et le développement économique et discuté de leur rapport avec la modernité. En outre, le colloque avait pour but de réévaluer, diagnostiquer la crise de la citoyenneté, et de proposer une charte pour la renaissance citoyenne. Le ministre de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo a dit dans son discours d’ouverture que cette commémoration chaque année, a fait de la Pyramide du Souvenir un sanctuaire de notre démocratie, et un haut lieu de questionnement et de propositions. Selon elle, les leaders de la démocratie et la jeune génération ont fait de la Pyramide du souvenir un espace d’échanges et de confrontation des idées, qui instaure chaque 26 mars un cadre démocratique de sensibilisation à la citoyenneté. Au dire du ministre, le thème retenu cette année est interpellateur. « Nous, citoyens du Mali, sommes dans une espèce de déni de ces valeurs constitutives de la grandeur du Mali. Du non respect du code de la route aux bravades répétées de l’autorité, en passant par la corruption grandissante, les atteintes à l’environnement et à l’hygiène publique, la publication de photos et vidéos obscènes sur les réseaux sociaux et des calomnies de toutes sortes sur des citoyens honnêtes, il n y a plus de doute que le Mali connaît des heures sombres quant à la pratique de la citoyenneté et la négation de nos valeurs morales sociétales », analyse-t-elle. A croire leministre de la Culture, la question de la citoyenneté se juxtapose aujourd’hui à celle de la perte de nos valeurs culturelles. « Le “Dambé” tant cher à nos ancêtres semble dénué de tout sens pour le citoyen d’aujourd’hui et nous semblons désemparés face à cette perte des repères » dit le ministre N’Diaye Ramatoulaye Diallo. Selon ses dires, son Ministère a pour mission première la promotion et le développement d’une culture ancrée dans les valeurs de la société malienne et de la civilisation universelle, est en droit de faire siennes ces critiques et de tenter d’y apporter des réponses appropriées, non pas pour un retour, mais pour un recours à nos valeurs intrinsèques. « Le ministère de la culture entend capitaliser ces communications et fera siennes des conclusions de ce colloque avec comme objectif final l’élaboration d’une Charte des Valeurs et de la Citoyenneté, pour un recours effectif à nos valeurs susceptibles de contribuer à l’émergence économique et au rayonnement international de notre pays », souligne-t-elle. Quel rôle joue le Gouvernement dans la citoyenneté Selon le ministre N’Diaye Ramatoulaye Diallo, conscient de l’état de fait sur la citoyenneté, le Gouvernement du Mali a créé un ministère dédié à la question de la citoyenneté qui depuis bientôt trois, ans œuvre à donner du sens à ce concept à nos enfants et à la jeunesse de notre pays. « Le rétablissement salutaire du service national des jeunes, le renforcement de l’éducation civique et morale à l’école ainsi que les actions de sensibilisation à la citoyenneté active, sont autant d’actions que l’Etat du Mali a entreprises pour renforcer la citoyenneté », indique-t-elle. Et de poursuivre que, d’autres chantiers restent entièrement ouvert à la prospective : La charte de Kourukanfuga, l’une des plus vieilles constitutions au monde, offre au Mali toute la matière politique et sociétale pour repenser un modèle de développement durable, bâtit sur le socle de la cohésion sociale, dans une dynamique de solidarité nationale et de gouvernance démocratique respectueuse des droits humains universels, mais résolument endogène et autocentrée. M.L. KONE Source : Le Fondement Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here