3ème conférence annuelle des agences de développement régional : Les programmes d’activités et les budgets 2017-2018 des ADR examinés

20
Les Agences de développement régional (Adr) ont tenu le jeudi 22 mars 2018 leur 3e Conférence annuelle au Centre de formation des collectivités territoriales sous la présidence du Premier ministre représenté par le ministre des Collectivités territoriales, Alhassane Ag Hamed Moussa, qui avait à ses côtés le ministre du Développement local, Zoumana Mory Coulibaly et le maire de la Commune urbaine de Kati, Yoro Ouologuem. Organisée par le ministère du Développement local dirigé par Zoumana Mory Coulibaly, la 3e Conférence annuelle des Agences de développement régional (Adr) a pour objectif général d’apprécier la performance des Adr et de réaffirmer la volonté du gouvernement d’approfondir la décentralisation. Il s’agit aussi, de façon spécifique, de faire le point des programmes d’activités et des budgets 2017 ; d’examiner les programmes d’activités et les budgets 2018 des Adr ; de formuler des recommandations pour améliorer l’efficacité et la pertinence des interventions des Adr ; de mobiliser les partenaires au développement pour l’accompagnement des Agences de développement régional. Cette 3e Conférence annuelle a été une occasion pour les directeurs généraux et des présidents des conseils d’administration de faire le point de l’état des lieux des Adr et de partager avec les acteurs les initiatives et actions envisagées pour donner un réel élan aux Adr dans l’appui aux collectivités territoriales. Elle est aussi une occasion pour les plus hautes autorités de réaffirmer leur volonté de faire des Adr des instruments adaptés aux besoins spécifiques des collectivités territoriales et de donner les indications et orientations nécessaires pour leur fonctionnement. Représentant le Premier ministre à la cérémonie d’ouverture de la 3e Conférence annuelle des Adr, le ministre des Collectivités territoriales, Alhassane Ag Hamed Moussa, tout en remerciant le ministre du Développement local pour la bonne organisation de la conférence, a rappelé que le renforcement du rôle de la région comme stratégie pour approfondir la décentralisation au Mali a été réaffirmé par le président IBK qui a souhaité que, durant son mandat, la vocation économique de la région soit réaffirmée afin qu’elle serve de point nodal pour accélérer le développement de notre pays. “En créant dans chaque région du Mali et dans le district de Bamako une Agence de développement régional (Adr), le gouvernement a honoré son engagement dans l’opérationnalisation des recommandations issues des états généraux de la décentralisation d’une part et la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger d’autre part. La réussite du processus de décentralisation repose sur la capacité des collectivités territoriales à jouer pleinement leurs rôles en matière de fourniture de services de base aux populations et de la promotion du développement économique”. Il poursuit ainsi : “Pour assurer cette mise en capacité des collectivités territoriales, le gouvernement du Mali s’est résolument engagé dans le renforcement des capacités de la collectivité région à travers la signature de Contrats plan Etat-région ou District de Bamako, augurant ainsi un nouveau type de relations avec les collectivités territoriales, basé sur le partenariat et assurant une prévisibilité des ressources. Il a, en outre, procédé courant 2017 à la relecture des textes fondamentaux de la décentralisation, notamment le Code des collectivités territoriales, la loi sur la libre administration et la loi portant statut particulier du district de Bamako”, a-t-il indiqué. Il a informé qu’à ce jour, six régions (Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal) ont signé leur Contrat plan d’un coût total de plus de 19 milliards Fcfa. Des dispositions sont en cours en vue de la signature des contrats plans des régions de Kayes, Koulikoro et le district de Bamako au cours de l’année 2018. Alhassane Ag Hamed Moussa (ministre des Collectivités territoriales) : ” En vue d’impulser ce processus de décentralisation, le gouvernement du Mali s’attelle à transférer aux collectivités territoriales 30 % de recettes budgétaires à l’horizon 2018 “ Le ministre des Collectivités territoriales, représentant le Premier ministre, a réaffirmé que l’approfondissement du processus de décentralisation se traduira concrètement par le transfert des ressources de l’Etat aux collectivités territoriales. “En vue d’impulser ce processus de décentralisation, le gouvernement du Mali s’attelle à transférer aux collectivités territoriales 30 % de recettes budgétaires à l’horizon 2018, suivant un agenda échelonné comme suit : 24,7 % pour 8 points de pourcentage d’augmentation entre 2016 et 3017 ; 30 % en 2018 pour 5,3 points de pourcentage d’augmentation entre 2017 et 2018. Pour la dotation des collectivités en moyens humains et techniques, un projet de décret a été élaboré pour transférer des services déconcentrés de l’Etat aux collectivités territoriales “, a-t-il révélé. Sur le point des activités, il a été constaté que toutes les Agences de développement régional des 9 régions ont tenu leur conseil d’administration. Et en perspectives, il s’agit de poursuivre la communication sur les missions de l’Adr auprès des acteurs pour plus de sollicitation et d’implication des Adr par les Collectivités territoriales (CT) dans le cadre de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage du développement régional et local ; augmenter les ressources allouées par l’Etat aux Adr pour l’appui aux CT ; concevoir/répliquer un logiciel pour la gestion budgétaire et comptable des CT ; capitaliser les démarches sur le terrain (mise à disposition, suivi-contrôle des investissements, …) ; suivre les cadre de concertation et d’orientation (Crocsad, Clocsad, Ccocsad) ; suivre les transferts de ressources et des compétences aux CT du niveau régional jusqu’au niveau local ; créer au niveau régional une émulation entre les CT lors de la Journée africaine de la décentralisation et du développement local ; signer des conventions de partenariat avec les CT pour les Adr qui ne l’ont pas fait ; réfléchir sur la 2e génération de Cper pour les régions dont la mise en œuvre du 1er Cper est avancée. Le chef de file des partenaires techniques et financiers, le président des Agences de développement régional, le maire de Kati, ont salué la tenue de cette 3e Conférence annuelle des Adr qui contribueront, à leurs dires, à la stabilité du pays à travers la décentralisation. Siaka DOUMBIA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here