Renforcement des compétences professionnelles par la pratique en entreprise : 150 demandeurs d’emploi prérecrutés par l’Anpe et le groupe Proveqtüs

44
Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle a procédé, le mardi 27 mars 2018 au Radisson Blu, au lancement officiel du programme de pré-recrutement de 150 demandeurs d’emploi au sein de la première entreprise d’entrainement créée au Mali, à savoir Acexpro (Accès à l’expérience professionnelle) du groupe Proveqtüs, partenaire de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe). Le partenariat Anpe-Proveqtüs (une société internationale de recrutement et de conseil en gestion des ressources humaines), selon le directeur général de l’Anpe, Ibrahim Ag Nock, a pour objectif de mettre en place un contrat pluriannuel reconductible pour la mise en œuvre de plusieurs éditions par an du programme de pré-recrutement des demandeurs d’emploi dans le district de Bamako qui concentre 70 % des entreprises industrielles et où le secteur tertiaire y est le plus développé, notamment dans le domaine de l’artisanat et du commerce. « Ce programme vise à favoriser par la pratique des fonctions et activités d’une entreprise réelle, l’intégration au travail et à l’entrepreneuriat des demandeurs d’emplois afin qu’ils puissent gagner leur vie, participer à la vie économique et sociale et accéder à leurs responsabilités d’adultes. Les 150 demandeurs d’emploi prérecrutés seront formés, outillés et prêts en situation professionnelle en entreprise. Il reste entendu que pour favoriser l’employabilité optimale chez les nombreux demandeurs d’emploi, il faudrait les aider à développer les compétences qui leur font défaut, ainsi que des aptitudes entrepreneuriales par des outils appropriés d’insertion en emploi. Ce qui leur permettra de se familiariser avec le monde du travail, les tâches à exercer, tout comme les étapes du plan d’affaires et du lancement d’entreprises. C’est ce que notre partenaire Proveqtüs nous a proposé à travers son offre technique qui a acquis notre adhésion. Le projet a été rendu possible grâce à l’accompagnement du Réseau canadien des entreprises d’entrainement (Rcee) et du Réseau mondial Pen international basé en Allemagne », a expliqué le directeur général de l’Anpe. D’après lui, les demandeurs d’emploi prérecrutés, constituant la première promotion d’Acexpro, ont été sélectionnés selon les besoins identifiés des entreprises. Ces besoins sont repartis en 7 filières correspondantes au profil des demandeurs d’emploi recherchés. Il s’agit de : secrétariat, assistanat de direction ; informatique, technicien spécialisé ; électromécanique ; commerce et marketing ; logistique ; ressources humaines, administration du personnel et GRH ; banque, finance, comptabilité. Cette première promotion du projet a coûté à l’Anpe, la somme de 23 800 000 Fcfa couvrant les frais pédagogiques, d’établissement des programmes de formation, de formation pratique en métiers et de mise en situation réelle des demandeurs d’emploi sélectionnés. Les 3 axes du programme Les trois axes couverts par le projet sont : l’actualisation des connaissances ; l’acquisition d’expérience pratique et la construction d’un projet de création d’activité, la recherche de financement et la recherche d’emploi active. « Ce projet pilote concerne les demandeurs d’emploi de tous âges. Ils effectueront un stage de formation technique en entreprise réelle dans un premier temps, tout en participant à un programme d’aide à la création d’emploi et à l’entreprenariat sous la supervision d’intervenants compétents. Une attestation d’expérience professionnelle et un certificat de qualification professionnelle leur seront délivrés. Le groupe Proveqtüs est tenu d’informer mensuellement de la mise en œuvre et du déroulement des activités et le suivi sera effectué par les 2 parties Anpe-Proveqtüs. Il faut signaler qu’il est prévu également par le partenaire Proveqtüs le coaching, le tutorat et le suivi-évaluation post-formation de ces 150 demandeurs d’emploi du projet pilote. Nous fondons beaucoup d’espoir sur cette expérience qui permettra, nous l’espérons, de booster l’employabilité des demandeurs d’emploi à travers l’intermédiation qui constitue le cœur de métier de l’Anpe », a précisé le Dg de l’Anpe. Les avantages du programme de pré-recrutement Expérience inédite, le présent projet apporte un exemple de réussite internationale ayant fait ses preuves à travers le monde et notamment au Canada. L’entreprise d’entrainement permet de former et de renforcer les capacités des demandeurs d’emploi ou des créateurs potentiels d’entreprise dans les diverses fonctions de l’entreprise et les processus de lancement d’entreprise ; d’entraîner les participants pour des fonctions réelles de travail en les amenant à partir de situation réelles à acquérir des connaissances et des compétences nécessaires et requises afin de leur permettre d’intégrer rapidement le marché du travail avec un fort potentiel de productivité, de créer leur propre emploi ou leurs propres entreprises ; de cultiver chez les demandeurs d’emploi des qualités indispensables au travail et à l’entreprenariat comme l’autonomie, la prise d’initiative et le travail d’équipe ; d’augmenter l’employabilité des participants grâce à l’acquisition d’expérience professionnelle et de maîtrise d’un savoir-faire métier pouvant aboutir à la création de son propre emploi grâce à l’entreprenariat ; de se faire évaluer le niveau de compétence métier. Le ministre Ben Kattra : « Pour résorber le chômage des jeunes, il faudra que l’économie crée des emplois accessibles, surtout aux jeunes » Présidant la cérémonie de lancement du programme, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra, a indiqué que l’emploi des jeunes est aujourd’hui inscrit au sommet des préoccupations du gouvernement du président Ibrahim Boubacar Kéita, des partenaires techniques et financiers, des acteurs locaux impliqués et des organisations de solidarité internationale et ce, notamment à cause de la pression récente des actualités démographiques, sociales, politiques et économiques que connaît le Mali. « Les conséquences d’un chômage rampant et du sous-emploi ne sont pas à sous-estimer car c’est ce chômage qui conduit à aggraver des problèmes sociaux sérieux comme la délinquance, la criminalité, l’instabilité sociale, etc. Ainsi, les politiques et stratégies présentes et futures choisies par le gouvernement malien font que la jeunesse sera un atout pour la transformation du Mali. […] Il faudra donc d’emblée, pour résorber ce chômage, que l’économie crée des emplois accessibles surtout aux jeunes car au Mali 90 % de la population active n’est pas dans un registre d’économie salariée. Le secteur informel dominant est celui de la très petite entreprise et de l’agriculture familiale. Pourtant, nous avons constaté que depuis des décennies, l’économie malienne avait été organisée sur le principe du salariat, alors que le secteur moderne salarial ne représente en réalité que 10 % des emplois. Il n’est donc pas surprenant qu’on note une dissociation profonde entre le système d’éducation et de formation professionnelle et le système productif. Le système éducatif fonctionne dans l’ignorance complète des besoins des grandes, moyennes, petites et micro entreprises. Nous arrivons au résultat que près de 90 % de jeunes (scolarisées, déscolarisés et non scolarisés) finissent tous par rejoindre le secteur dit informel », a-t-il souligné. Sur le programme, le ministre Kattra dira qu’une entreprise d’entrainement est une entreprise modèle utilisée comme centre de formation pratique, pour placer des personnes sans emploi dans un contexte professionnel réel. Elle fonctionne comme une entreprise réelle dont elle copie les procédures, produits et services. Le directeur technique de Proveqtüs a salué le partenariat Anpe-Proveqtüs qui permettra aux demandeurs d’emplois d’acquérir le savoir-faire par la pratique. Siaka DOUMBIA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here