Accords de financement entre la Banque Mondiale et le Mali : Environ 62,4 milliards FCFA pour le développement socio-économique du pays

23
Dans le cadre du financement du développement socio-économique, la directrice des opérations de la banque mondiale pour le Mali, Soukeyna Kane et le ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé ont procédé, le jeudi 29 mars dernier, dans les locaux dudit Ministère, à la signature d’une convention de financement de trois projets dont le montant global est fixé à environ 62,4 milliards FCFA. Keïta Aïda M’bô, ministre de l‘Environnement et du Développement Durable, Kané Rokiatou Maguiraga, ministre de l’Élevage et de la Pêche ont pris part à la signature de ces importants projets qui concernent leurs départements respectifs. Selon Soukeyna Kane, il s’agit d’une signature d’accords de don et de prêt entre son institution et le gouvernement du Mali. Et ces financements concernent trois projets à savoir: le Projet d’Appui Régional à l’Irrigation au Sahel (PARIIS), le Projet d’Appui au Développement du secteur de l’Élevage(PADEL) et le Projet de Réhabilitation Économique et Environnementale du Fleuve Niger(PREEFN). Elle a souligné que c’est suite à la demande des gouvernements de six pays au Sahel (le Mali, le Tchad, le Burkina-Faso, le Niger, la Mauritanie et le Sénégal) et leurs partenaires, au cours d’un forum tenu en octobre 2013 à Dakar, visant à exploiter des millions d’hectares au Sahel à l’horizon 2020, que le conseil d’administration de l’Association Internationale de Développement (IDA) a approuvé ces projets soutenus par la Banque Mondiale dont l’enveloppe globale allouée s’élève à 170 millions US dollars. Elle a précisé que le financement du Mali dans ce projet régional est d’environ 25 millions US dollars. A en croire la directrice des opérations de la banque mondiale pour le Mali, ces projets contribueront à améliorer la capacité des intervenants à développer le secteur de l’agriculture et de l’agro-industrie, à renforcer la productivité et la commercialisation des produits animaux non pastoraux dans les filières viandes et lait, volailles et œufs, l’aviculture et l’apiculture. Mais aussi à améliorer la capacité du pays à faire face aux situations d’urgence, à rendre la navigation et les services y afférant plus efficaces etc. « Ces projets vont profiter à plus de 500.000 personnes dans les domaines concernés dans plusieurs régions qui ont trait à la sécurité alimentaire, à la résilience face au changement climatique et la réduction de la pauvreté» a-t-elle déclaré. Dr Boubou Cissé pour sa part dira que c’est dans le souci d’apporter des réponses aux besoins de la population face à l’insécurité alimentaire, au changement climatique et pour la réduction de la pauvreté que les signatures de ces trois accords d’un montant global de 62,4 milliards FCFA ont eu lieu. Pour lui, ce montant est réparti entre les trois projets comme suit: 13,75 milliards FCFA composés d’un prêt de 9,17 milliards et d’un don de 4,58 milliards FCFA pour le financement du Projet d’Appui Régional à l’Irrigation au Sahel (PARIIS), 33 milliards FCFA, composés d’un prêt de 16,50 milliards et d’un don de 16,50 milliards FCFA pour le financement du Projet d’Appui au Développement du secteur de l’Élevage(PADEL) et enfin 15,29 milliards FCFA dont 7,64 milliards FCFA en prêt et 7, 65 milliards FCFA en don pour le financement du Projet de Réhabilitation Économique et Environnementale du Fleuve Niger (PREEFN). D’après lui, le PARIIS remédiera aux problèmes récurrents du développement de l’agriculture irriguée et le PADEL soutiendra les filières d’élevage sédentaire sélectionné de la production jusqu’à la commercialisation. Tandis que le PREEN réduira les contraintes du transport intérieur par voie navigable. Moussa Sékou Diaby Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here