Présidentielle du 29 juillet: l’UM-RDA Faso Jigi appelle à la candidature d’IBK

27
Sans beaucoup de surprises, à la suite de la jeunesse, le 24 février 2018, le bureau politique national de l’Union malienne du Rassemblement démocratique africain (UM-RDA Faso Jigi) vient d’apporter son soutien à la candidature du président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA, en l’appelant à se porter candidat à sa propre succession, à la présidentielle du 29 juillet 2018. L’appel solennel a été lancé, ce samedi 31 mars 2018, au cours d’un point de presse organisé à cet effet, au mémorial du père fondateur de la république du Mali, Modibo KEITA, fondateur dudit parti. Cette conférence de presse était animé par le président du parti, Ibrahim Boubacar BAH ; en présence de plusieurs membres du directoire du parti, dont l’honorable Mme HAÏDARA Aïchata CISSE, Chato, député élue à Bourem ; du ministre du Travail et de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, Mme Diarra Raky TALLA, non moins vice-présidente. Dans son exposé liminaire, le conférencier, Ibrahim Boubacar BAH, a fait savoir que cette décision a été prise à l’issue d’une réunion extraordinaire du BPN de l’UM-RDA Faso Jigi, tenue le 26 mars 2018, à son siège à Korofina-Nord. L’ordre du jour de ladite rencontre portait justement sur le choix de son candidat à l’élection présidentielle de 2018. La réunion a enregistré la présence de 44 membres du BPN pendant que 9 se sont fait excuser. Aux dires du conférencier, en l’absence de candidatures à l’interne pour la prochaine élection présidentielle, les discussions se sont focalisées sur celle du président, Ibrahim Boubacar KEITA, très probable candidat à sa propre succession pour la présidentielle 2018. Au terme des échanges, a-t-il expliqué, le consensus a été dégagé pour que le parti fasse appel, pour la seconde fois consécutive, à la candidature de l’actuel locataire de Koulouba. Les raisons d’un choix Cette décision de son parti s’explique selon le conférencier, par le fait qu’au plan idéologique, Ibrahim Boubacar KEITA est un homme de gauche, un patriote aimant profondément attaché au Mali, et le RDA est également un parti de Gauche. Aussi, a-t-il justifié, les relations du parti avec le président actuel remontent à plusieurs décennies. Par ailleurs, a égalent rappelé M. BAH, depuis son accession à la magistrature suprême du pays, il a constamment fait appel à l’UM-RDA Faso Jigi pour participer à la formation des gouvernements successifs avec des portefeuilles stratégiques comme le ministère de l’Éducation nationale et celui du Travail et de la fonction Publique, chargé des relations avec les institutions, actuellement occupé par Mme Diarra Raki TALLA. Au regard de ce qui précède, il a affirmé que l’UM-RDA Faso Jigi est comptable du bilan de l’action gouvernementale et elle ne saurait s’y soustraire. Satisfécit Cette rencontre avec les hommes de média a été une occasion pour l’UM-RDA de revenir sur le bilan des 5 ans du mandat du président de la république. Il est ressorti de ses propos qu’en termes de performances économiques, des avancées substantielles ont été obtenues grâce à une volonté politique réelle d’extirper le pays de la triple crise politique voire institutionnelle, sécuritaire et économique. Notamment, sur le chantier économique, grâce à des politiques économiques judicieuses et incitatives, le Mali est sorti de la récession pour renouer avec la croissance économique. Dans le domaine social, d’énormes sacrifices ont été consentis également pour améliorer les rémunérations des fonctionnaires et agents de l’état. Ces avantages ont pu être consentis aussi à la faveur des performances obtenues dans la gestion des finances publiques et de l’accroissement de la richesse nationale (PIB). De même, a-t-il dit, les cadres de l’UM-RDA Faso Jigi auxquels, il a été fait recours, notamment pour assurer la responsabilité de postes de secrétaire général de la présidence ; de Médiateur de la République, doublé de président de la Conférence d’Entente Nationale ; de ministres, ou de Conseiller spécial du président de la République ainsi que leurs collaborateurs issus du parti se sont impliqués de toutes leurs forces à la réussite du mandat du Président Ibrahim Boubacar KEITA. Les efforts du gouvernement salués En termes de difficultés, le conférencier a indiqué que sur le front sécuritaire, il est ressorti de l’analyse des membres du Bureau Politique National que le Président IBK a eu à faire face à la gestion d’un lourd héritage accumulé sur des décennies, et aggravé par le coup d’État de mars 2012 qu’on lui fait porter aujourd’hui, et qu’il doit résoudre en l’espace d’un mandat. «La question sécuritaire est réelle, mais beaucoup d’efforts sont déployés au nord comme au centre du Mali pour l’enrayer sans perdre de vue les énormes sommes d’argent dépensées dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) et la Loi d’Orientation et de Programmation Sécuritaire (LOPS)», a-t-il justifié. Comme en 2013, l’UM-RDA Faso Jigi a invité IBK à présenter sa candidature à la prochaine élection présidentielle de 2018. «En choisissant le candidat IBK, il s’agit d’une option pour la stabilité, la continuité et la cohérence», a dit M. BAH. Par Abdoulaye OUATTARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here