Maitre MountagaTall : « Ce programme d’urgence présidentielle est la reconnaissance de ce qui devrait être fait en quatre années et qui ne l’a pas été… »

18
Le président du Congrès national d’initiative démocratique (Cnid) était, le dimanche 1er avril, l’invité de l’émission ‘’Politik’’ d’Africable, au cours duquel, il est revenu sur les raisons de son départ du gouvernement. « Nous ne nous reconnaissons pas dans tout ce qui se faisait et se préparait. Nous n’étions pas prêts à continuer notre collaboration », a déclaré Maitre MountagaTall, président du Cnid. Le ton est ainsi donné. L’ancien ministre de la communication et porte-parole du gouvernement charge le régime IBK. Selon lui, la gestion du pays pose problème. « La corruption, le népotisme et la patrimonialisation de l’Etat empêchent la traduction dans les faits, les résultats macroéconomiques », a-t-il affirmé. Maitre Tall n’en décolère pas et ajoute « l’instabilité gouvernementale explique pour beaucoup l’accroissement de la pauvreté de la population ». Car, l’Etat est le premier investisseur au Mali, a-t-il précisé. Aussi, l’ex député reproche au gouvernement son incapacité à endiguer l’insécurité, le banditisme, à restaurer l’autorité de l’Etat et surtout la tenue aléatoire de l’élection présidentielle. Et Maitre Tall d’enfoncer le clou « ce programme d’urgence présidentielle est la reconnaissance de ce qui devrait être fait en quatre années, qui n’a pas été fait et qu’il faudra le faire en quatre mois. » Par ailleurs, le patron du parti du soleil levant fustige le manque de concertation du gouvernement sur le projet de révision constitutionnelle. Maitre MountagaTall dresse un satisfecit sur son passage au gouvernement. Au ministère de l’Enseignement supérieur, poursuit-il « nous avons stabilisé et normalisé avec l’institutionnalisation des rentrées solennelles des Universités et de grandes écoles. » Au ministère de l’économie numérique, ajoute-t-il « en neuf mois nous avons fait adopté et transmis vingt projets de textes ». Il est également revenu sur la coupure de l’internet au moment du débat sur la révision constitutionnelle. « La suspension de l’Internet ne relève de la compétence du ministère mais de l’Amrtp. Une structure rattachée à la présidence », a-t-il souligné. Sur sa candidature à l’élection présidentielle, Maitre MountagaTall est resté évasif. « Donne-moi quelque temps pour que je sois en conformité avec les textes de regroupements auxquels j’appartiens », a-t-il conclu. Abdrahamane Sissoko Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here