Seydou Maïga, secrétaire général de la fédération malienne de basketball : “Je n’ai pas connaissance d’une candidature externe. Nous sommes dans la dynamique de la continuité afin de conserver nos acquis”

8
Dans cet entretien exclusif, le secrétaire général de la Fédération malienne de basket-ball, Seydou Maïga, estime que tout est fin prêt pour la tenue du Conseil national électif dont les travaux sont prévus pour les 28 et 29 avril prochains, à Bamako. Selon lui, il s’agira de consolider les acquis avec la mise en place d’un nouveau bureau fédéral pour un mandat de 4 ans. Pour le moment, aucune candidature externe n’a été annoncée. Aujourd’hui : Monsieur le Secrétaire général, comment se prépare le Conseil national électif de la Fédération malienne de basketball ? Seydou Maïga : Effectivement, le 18e Conseil national de la Fédération malienne de basketball se prépare bien. Nous sommes dans une année élective. Aujourd’hui, c’est effectif, c’est officiel. Le Conseil se tient les 28 et 29 avril 2018 ici à Bamako. Normalement, notre mandat prend fin le 4 mai 2018 puisque nous avons été élus le 4 mai 2014, mais pour question de bonne gouvernance, nous avons souhaité anticiper sur le 4 mai parce que nous avons eu la bonne chance d’avoir notre président comme ministre des Sports. Nous avons commencé à entendre beaucoup de rumeurs par rapport à cette transition. Donc, nous avons jugé nécessaire d’anticiper au niveau du Bureau fédéral, au lieu d’ajouter deux ou trois jours pour entrer dans un week-end électoral. Donc, ça va être le dernier week-end du mois d’avril au lieu que ce soit le premier week-end du mois de mai. Donc, le Conseil va se tenir les 28 et 29 avril 2018. Je pense qu’il n’y a pas de grands problèmes. Le président Jean Claude Sidibé a travaillé dans ce sens. Dans la famille de la Fédération malienne de basketball, les gens sont soudés, même si dans la famille il peut y avoir de petites frustrations. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il n’y a pas de grands problèmes. Nous exhortons toute la grande famille du basket malien à se réunir autour de ses résultats, autour de ses acquis, parce que nous sommes à notre deuxième ministre au niveau du basket. Je pense que les autorités nous ont reconnu cela et nous devons avoir le sens de la responsabilité. Y a-t-il des candidatures déclarées ? Au niveau de la Fédération malienne de basketball, il n’est pas fait exigence aux candidats de se déclarer officiellement au Secrétariat de la Fédération. Mais j’avoue que je n’ai aucune idée. Ce que je peux dire, c’est que le président Jean Claude Sidibé, en partant au ministère des Sports, a délégué tous ses pouvoirs au 1er vice-président Bassékou Doucouré. C’est le texte qui le prévoit. Il a souhaité que nous restions dans la continuité pour conserver nos acquis. Je pense que nous sommes dans cette dynamique. Au moment venu, la famille du basket verra comment décider de cette situation. Pour le moment, je n’ai pas connaissance d’une candidature externe, mais je pense que nous sommes dans la dynamique de la continuité parce que les résultats nous obligent aujourd’hui à préserver ces acquis. Quel est l’ordre du jour de ce Conseil ? C’est classique. Il y aura l’examen des différents rapports. Il y aura d’abord le rapport moral du secrétaire général sur les activités, sur la vie du basket au Mali. Il y aura les rapports des différentes commissions, le rapport financier. Ensuite, le bureau va démissionner et il y aura l’élection du nouveau bureau pour 4 ans. Comment va se passer l’élection du nouveau bureau fédéral ? A la Fédération malienne de basketball, c’est simple. Nous avons la chance de pouvoir hériter de grands hommes à la tête de la Fédération. Donc, nos textes sont clairs : ce sont les 9 ligues seulement (9 voix) qui mettent le Bureau fédéral en place. C’est une bonne gouvernance. Cela veut dire que depuis un certain temps nous avons créé les districts et des districts nous sommes passés aux ligues. Les districts ont été mis en place tout comme toutes les ligues en dehors de la Ligue de Sikasso dont la mise en place est programmée pour ce samedi 7 avril 2018. Donc, aujourd’hui, il n’y a aucun problème. Toutes les ligues ont été renouvelées. Les 9 ligues auront la responsabilité de mettre un nouveau bureau qui va conduire les destinées du basket à partir du 29 avril 2018. Si on vous demandait de tirer le bilan de votre mandat que direz-vous ? Cela est une très bonne question. J’avoue que je suis à l’aise par rapport à ce bilan parce que le 4 mai 2014, quand le président Jean Claude Sidibé et son équipe ont été élus, ils étaient attendus sur beaucoup de plans. D’abord, il y avait des acquis qu’il fallait conserver. Ensuite, dans sa campagne, Jean Claude avait promis de faire des innovations. Donc, aujourd’hui, à l’heure du bilan, j’avoue que je suis satisfait en tant que secrétaire général et ensuite en tant que membre du bureau qui a été très actif pendant les 4 ans de son mandat. Je suis très satisfait parce que nous avons conservé et renforcé tous les acquis que nous avons trouvés sur place. Nous avons fait des innovations. Je peux parler de la première division que nous avons créée et qui crée un engouement au niveau de la jeunesse du basket. La première division n’est pas donnée à tout le monde. Je sais combien ça coûte. Nous avons créé la 1ère et la 2e divisions qui se passent bien. Nous sommes à notre 2e année. Ensuite, dans le cadre de la formation, Jean avait promis une innovation nationale. A ce niveau, je peux vous dire ce que nous avons fait en termes de formations, les statistiques le prouvent. Durant 4 ans, nous avons fait 26 formations au niveau des arbitres et 25 formations au niveau des entraîneurs. Ces formations vont de la base jusqu’au sommet. Et c’est ce qui reflète un peu nos résultats au niveau du basket. Après cela, il y a aussi les dispositions financières. Quand nous venions, les ligues avaient monté la barre très haute par rapport à certaines dispositions. Le Bureau fédéral a exécuté tous ses engagements. Le président Jean Claude, avant d’être indisponible, a réglé tous ces problèmes. Nous avons augmenté la subvention des ligues. Quand nous venions ces subventions étaient à 2 millions de Fcfa. Jean avait promis de faire une augmentation des subventions au niveau de toutes les ligues. Ces subventions sont aujourd’hui à 2 500 000 Fcfa pour toutes les ligues, pour leur fonctionnement. Ce qu’il faut ajouter, c’est que la 1ère division n’était pas créée. Aujourd’hui, nous donnons à chaque équipe de la 1ère division (elles sont 16) un million de nos francs pour démarrer la saison. Et chaque équipe a deux jeux de maillots par saison. Ce sont des innovations que Me Jean Claude Sidibé a apportées dans notre basket. C’est important. Nous avons l’inter-ligues, c’est-à-dire la montée. Quand nous venions c’était 3 millions Fcfa. Aujourd’hui, Dieu merci, cela fait deux ans que nous finançons à 5 millions Fcfa pour la bonne organisation de l’inter-ligues. Les ligues peuvent en témoigner. Voilà un peu un certain nombre d’acquis et des innovations que le président Jean a apportées au basket. Au-delà de tout ça, nos relations avec nos instances que sont Fiba-Afrique et Fiba-monde, aujourd’hui, le Mali est devenu un pays de basket, un pays choyé par Fiba, par tous nos organismes internationaux. La raison, depuis que Jean est venu, on s’est donné un créneau, c’est que chaque année, au minimum, il faut organiser une compétition africaine à Bamako. On l’a commencé en 2015 avec les U16. En 2017, c’était l’Afro basket senior dames. En 2018, nous allons organiser les juniors garçons à Bamako. Cela est un acquis. Nous avons organisé le tournoi Salamatou Maïga en juniors. Nous avons organisé le tournoi de la Zone II en 3 contre 3. Ceci démontre réellement la bonne relation entre Fiba-Afrique et la Fédération malienne de basketball. Et cela, grâce au leadership du président Jean Claude Sidibé. Et en termes de trophées, combien en avez-vous remportés ? Je peux entrer dans les détails. Depuis 2014, nous avons commencé par les juniors filles. En 2015, nous avons remporté les U 16 filles et la médaille d’or avec les seniors dames. En 2016, nous avons remporté les juniors filles. En 2017, nous avons eu pour la première fois les U 16 garçons. Nous avons eu la coupe 3 contre 3 qui, grâce au Comité olympique, est devenu une discipline olympique. Nous avons pris la Coupe d’Afrique à Cotonou chez les seniors dames. Nous avons pris ici les juniors dames ici à Bamako en 3 contre 3. En termes de trophées, j’avoue que sur tous les plans, nous avons gardé les acquis et renforcé ce qu’on devait faire. En 2017, nous avons eu un grand challenge, c’est-à-dire l’Afro basket senior dames que nous avons organisé ici à Bamako. Vraiment, pour la première fois, l’Etat malien a mis de gros moyens à la disposition de la Fédération malienne de basket pour que notre équipe puisse avoir l’Afro basket. Nous avons été 3e chez nous. Je pense que ce n’est pas mauvais parce que, certes, les gens veulent des résultats, mais nous avons un autre devoir, c’est d’amener notre public à voir le basket sur le plan mondial. Grâce à notre très bonne relation avec Fiba, le Mali a été un terrain neutre pour organiser les éliminatoires des qualifications pour la Coupe du monde. Tout ça parce que nous avons de très bonnes relations avec Fiba. Nous avons aussi eu la chance d’organiser les éliminatoires de la première fenêtre de la Coupe du monde. C’est la première fois que notre équipe nationale séniors est qualifiée pour participer à une coupe du monde. Nous avons joué la 1ère fenêtre. Nous sommes en très bonne position pour passer à la 2e phase. La 2e fenêtre est en juin 2018. Je pense que c’est des acquis à l’actif du Bureau fédéral. Réalisé par A.B. HAÏDARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here