MENC: Une deuxième chaine de l’ORTM ?

7
L’actuel ministre de l’économie numérique et de la communication dont l’action doit être de promouvoir l'action gouvernementale est dans la peau de revanchard semble-t-il contre l’ORTM à travers des pratiques peu recommandables. De nombreux observateurs s’interrogent de savoir pour quelle motivation. Sidiki n'fa Konaté est victime des détracteurs du régime en place parce qu'il est entrain de rendre service au président de la république IBK, avec la promotion de l'action gouvernementale. Ce qui cadre avec les textes régissant la structure. L’Ortm et son directeur général ont échappé de justesse à ceux qui voulaient marcher sur Bozola ? Si même le chef du département de tutelle n'a aidé la cible, contribue à étouffer son Directeur actuel de pourfendeur en diable car, il vient de surprendre les observateurs par la nomination de l'ex dg Bally Idrissa Sissoko qui a brillé par son manque d'expérience pour n’avoir pas comblé des attentes. En plus son ancien adjoint aussi nommé au département, conseiller technique. Nous nous interrogeons pour ce qu'ils peuvent apporter ? Le ministère est-il devenu une deuxième chaine de l'Ortm ? Sidiki N’fa Konaté, une cible à abattre La pression autour de l’actuel directeur de l’Ortm ne faiblit. Bien au contraire, des éléments nouveaux dont la lettre ouverte du célèbre cinéaste Souleymane Cissé et la nomination de l’ex directeur au poste de conseiller au ministère de l’économie numérique et de la communication viennent accentuer cette pression. Si pour le premier, le ton et la voix choisie pour se faire entendre rappelle les circonstances que le ministre est dans l’eau trouble, la nomination de Bally Idrissa au poste de conseiller au ministère parait suspect. Le ministre est-il à la recherche de l’efficacité en s’offrant les conseils de Bally Idrissa ? Après deux passages à la tête de l’Ortm, l’impact laissé par le nouveau promu est à chercher à la loupe. Toute promotion étant sous-tendu par le mérite, on peut légitiment douter de la motivation et de l’objectivité du ministre de l’économie numérique et de la communication. Règlement de compte ou volonté de déstabiliser Sidiki N’Fa Konaté? Toute compte fait, la gestion de Bally à la tête de L’Ortm ne milite pas en sa faveur surtout quand on sait qu’il sera chargé de conseiller le ministre pour la bonne marche de son département avec des employés beaucoup plus expérimentés dont l’actuel directeur. On peut l’aimer ou le haïr, mais aujourd’hui Sidiki N’Fa Konaté fait partie des rares hommes de médias de notre pays dont la compétence et l’expérience ne souffrent d’aucune ambigüité. Sous sa direction, l’Ortm a entamé sa mue avec sa nouvelle grille qui s’adresse désormais à toutes les composantes de notre population. Malgré tout, il est accusé de favoritisme par les uns et obstacle à la liberté d’expression pour Souleymane Cissé. Dans une longue lettre adressée à l’intéressé, Souleymane Cissé a cru bon de partager sa colère et son incompréhension avec l’opinion nationale. Après lecture de la lettre ouverte, les défenseurs de la liberté d’expression et de la justice ne peuvent que compatir à douleur de l’auteur et inviter les plus hautes autorités à s’impliquer davantage dans la lutte contre toutes les formes d’abus. Cependant, les avis peuvent être partagés sur le fond. L’œuvre à la base de la mésentente entre le directeur de l’Ortm et le cinéaste retrace les péripéties d’une saga judiciaire entre deux familles (dont celle de l’auteur) autour d’un domicile familial. La lettre ouverte ne précise pas si l’affaire est close au niveau de la justice. Par contre, elle fait état de la suspension d’une ordonnance d’expulsion et la sollicitude du tribunal de la commune II qui a offert un toit à la famille Cissé en amont de la décision de la cour suprême. Toute porte à croire que l’affaire est pendante au niveau de la justice. L’avis d’un juriste serait d’un apport considérable pour éclairer l’opinion nationale sur la légalité de la diffusion du film dans ce contexte. Loin de rentrer dans la polémique, la lettre ouverte adressée à Sidiki N’Fa Konaté participe à la croissance de la pression qui pèse sur l’homme et le ton lève un coin de voile sur la volonté de l’auteur qu’il qualifie d’entrave à la liberté d’expression. Le pouvoir aura-t-il assez de lucidité pour préserver un cadre compétent dont le seul tort est la quête de l’excellence dans le respect des limites fixées par les lois qui régissent sa fonction ? Nul n’est parfait, cependant Sidiki N’Fa Konaté semble être victime de son engagement à traduire dans les faits le slogan de L’ORTM « la passion du service public. Bouba Sankaré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here